Bein
Matchs
du soir
Matchs
du soir
TOR
CLE2:30

"Magazine"

Spurs et Warriors doivent s’adapter à des adversaires qui ont disséqué leur jeu

NBA: San Antonio Spurs at Golden State Warriors

Toujours intéressant, Danny Green a plutôt bien expliqué le problème qui se pose pour les Spurs face au Thunder. Dominants en saison régulière, les Texans n’arrivent pas à mettre leur jeu en place dans cette série. Evidemment, la troupe de Gregg Popovich souffre d’un déficit physique. Mais ils affrontent aussi un groupe bien préparé. Lire la suite »

Entorse et renforcement musculaire : Stephen Curry, la cheville ouvrière

stephen-curry

Son préparateur physique, Brandon Payne, expliquait récemment que c’est une grossière erreur de croire que réduire la distance constitue la meilleure solution pour défendre sur Stephen Curry. Capable de changements de direction subits, de dribbles croisés qui en ont laissé plus d’un sur les fesses, le double MVP est devenu un véritable casse-tête pour les défenseurs adverses. Mais voilà, un tel jeu exige des articulations souples et costaudes, et ça n’a pas été toujours le cas… Lire la suite »

Jeunesse contre Expérience : l’éternelle opposition entre Thunder et Spurs

thunder-spurs

Deux chiffres : 27 et 31. Ce sont les moyennes d’âge du Thunder et des Spurs dans cette demi-finale passionnante de la conférence Ouest. La différence est minime a priori, mais elle pourrait bien faire la pencher la balance dans cette série très indécise à l’orée du match 5, cette nuit dans le Sud Texas.  Lire la suite »

Les Bleus d’Europe : Adrien Moerman colossal

adrien-moerman

Deuxième contingent d’expatriés le plus important en NBA, les joueurs français s’exportent également avec succès sur le Vieux Continent. Le nombre de tricolores hors NBA s’élève cette saison à neuf, répartis sur quatre championnats…

Sur nos parquets de Pro A, on retrouve cinq bronzés du dernier EuroBasket (auxquels on a ajouté, pour faire bonne mesure, deux postulants à la sélection A, selon leur performance du week-end). Les Bleus d’Europe, c’est votre rubrique hebdomadaire pour suivre, à l’année, les joueurs de l’Equipe de France. Lire la suite »

Devin Booker : brillera bien qui brillera le dernier

Devin Booker

À l’instar de son pote de fac Karl-Anthony Towns, Devin Booker a parfaitement géré la transition entre Kentucky et la NBA. Treizième choix de la dernière draft, il peut prétendre à une place sur le podium du trophée de meilleur rookie de l’année, derrière KAT, justement, et sans doute Kristaps Porzingis. Gros plan sur l’une des très bonnes surprises de cette cuvée 2015. Lire la suite »

Festus Ezeli, le grain de sable dans l’excellente réponse de Portland

NBA: NOV 19 Warriors at Clippers

Les playoffs sont des matchs de ping-pong tactique, les entraîneurs se répondant d’une rencontre à l’autre pour tenter de piéger l’adversaire. Au premier tour, on a ainsi vu les Clippers considérablement gêner le pick-and-roll des Blazers en faisant des « blitz » agressifs sur Damian Lillard et C.J McCollum, les obligeant à lâcher le ballon.

Le but était ainsi de couper la tête des deux stars pour forcer Al-Farouq Aminu, Moe Harkless et les autres « role players » à rentrer leurs tirs. La stratégie avait fonctionné lors des deux premiers matchs mais lors du retour dans l’Oregon, Terry Stotts avait adapté ses plans, demandant à ses joueurs de poser des écrans plus hauts pour offrir davantage d’espace à son duo d’arrières ou permettre à Mason Plumlee de plonger dans la raquette en forçant d’autres aides.

Andrew Bogut attend Damian Lillard en tête de raquette

Même si les blessures de Chris Paul et Blake Griffin avaient définitivement condamné les Clippers, les écrans plus hauts de Portland avait enrayé leur dynamique. De son côté, Golden State a choisi une approche différente face à la paire Lillard/McCollum. À Oakland, pas de prise à deux puisqu’Andrew Bogut est trop lent pour couvrir les pénétrations des deux Blazers. Du coup, le pivot « zone up », c’est-à-dire qu’il descend en tête de raquette lorsque ses adversaires jouent un pick-and-roll central, comptant sur son partenaire pour gêner le trois points et se préparant à bloquer une éventuelle pénétration.

Invité à jouer le un-contre-un face aux intérieurs adverses, Damian Lillard était tombé dans le piège lors du Game 1, se cassant les dents face à Andrew Bogut, Draymond Green ou encore Anderson Varejao, qui l’attendaient.

Lors du troisième quart-temps du Game 2, alors que Golden State augmentait son intensité défensive et que Portland avait besoin des points de son meneur, les Blazers ont répété la même situation, se servant du fait qu’Andrew Bogut soit bas pour offrir d’excellents tirs à trois points à Damian Lillard grâce à un écran plus haut, posé sur sa droite.

Libéré par le pick de Mason Plumlee, et alors qu’Andrew Bogut « zone up » pour lui bloquer la pénétration, l’oublié du All-Star Game piège cette stratégie en se posant simplement derrière la ligne à trois points pour dégainer.

Festus Ezeli à la rescousse

Si Golden State avait bien gêné le pick-and-roll de l’Oregon en mettant par exemple Draymond Green sur Mason Plumlee en début de match, la lenteur d’Andrew Bogut ouvrait des brèches dans lesquelles les Blazers s’étaient engouffrés. C’est alors que Steve Kerr a décidé de faire appel à Festus Ezeli, pourtant oublié durant ce début des playoffs.

Plus mobile que son acolyte australien, le Nigérian peut monter sur Damian Lillard lorsque ce dernier joue le pick-and-roll vers sa droite. Dans le quatrième quart-temps, il a réussi à faire dérailler la mécanique mise en place par Portland pour renverser une situation qui semblait mal embarquée.

« Est-ce que vous l’avez vu sur les pick & roll sur Damian Lillard quand Lillard a essayé de prendre le match à son compte ? Est-ce que vous l’avez vu sur C.J McCollum ? Est-ce que vous l’avez vu stoppé McCollum puis revenir à temps pour contrer Plumlee sous le cercle ? » demandait Draymond Green après le match.

Les Bleus d’Europe : Heurtel et De Colo dans l’histoire de l’Euroligue

thomas-heurtel

Deuxième contingent d’expatriés le plus important en NBA, les joueurs français s’exportent également avec succès sur le Vieux Continent. Le nombre de tricolores hors NBA s’élève cette saison à neuf, répartis sur quatre championnats…

Sur nos parquets de Pro A, on retrouve cinq bronzés du dernier EuroBasket (auxquels on a ajouté, pour faire bonne mesure, deux postulants à la sélection A, selon leur performance du week-end). Les Bleus d’Europe, c’est votre rubrique hebdomadaire pour suivre, à l’année, les joueurs de l’Equipe de France. Lire la suite »

Karl-Anthony Towns, le futur des Wolves mais aussi de la NBA

towns-blazers

« Meilleur intérieur rookie depuis Tim Duncan ». Cette phrase, Karl-Anthony- Towns l’a lue et entendue tout au long de sa première saison NBA, sans jamais manquer d’honorer la comparaison. Désigné meilleur rookie de la conférence Ouest chaque mois et probable Rookie Of the Year, l’ancien joueur de Kentucky a montré toute l’étendue de son talent au cours des quatre-vingt deux matches débutés comme titulaire cette saison. Lire la suite »

Que retenir du premier tour des playoffs ? Dwyane Wade, Stephen Curry et les autres…

curry-wade

Alors que les demi-finales de conférence viennent tout juste de débuter, Basket USA vous propose un bilan du premier tour des playoffs. Il faut dire que les premières séries ont été animées, même s’il n’y a eu qu’une seule surprise.

Mais entre les blessures, les performances individuelles et les embrouilles, il s’en est passé des choses. Lire la suite »

Le cinq majeur du premier tour des playoffs

Contrairement à la NBA qui ne décerne pas de trophées en playoffs, on a choisi de poursuivre nos traditionnels « cinq de la semaine ». Sauf qu’on les a transformés en cinq type pour chaque tour de playoffs. Aujourd’hui, Basket USA ne vous propose pas un, mais deux « cinq majeur » du premier tour. Lire la suite »