"Magazine"

Comment les Warriors ont-ils réussi à se sortir du rythme lent de Cleveland ?

andre-iguodala-curry

En intégrant Andre Iguodala à son cinq majeur, à la place d’Andrew Bogut, Steve Kerr a réussi un nouveau coup de poker tactique. Pourtant, ce changement n’était qu’un élément de l’évolution stratégique de Golden State, piégé jusqu’à présent dans le rythme de Cleveland et qui n’arrivait pas à développer son jeu.

Comme le note ESPN, la durée des possessions des Cavaliers était extrêmement longue durant les trois premiers matches de la série. Alors que Golden State jouait à son rythme classique (13.6 secondes par possession, contre 13.4 lors de la saison régulière), la troupe de David Blatt a ralenti le rythme au point d’atteindre les 17.9 secondes par possession durant les trois premières rencontres !

Retrouver du rythme offensif

Monopoliser ainsi le ballon (55.9% du temps avant le Game 4), c’est une technique classique pour les outsiders. Et pour Cleveland, cela a produit plusieurs effets :

– les multiples isolations de LeBron James ont permis d’éviter les efforts répétés trop vite
– les Warriors ne pouvaient pas profiter de contre-attaques
– Golden State n’arrivait pas à prendre de rythme

En effet, la grande force des Warriors cette saison fut leur capacité à produire des vagues offensives que les adversaires ne pouvaient pas suivre. Lors de ces Finals, Cleveland a de son côté fait un gros travail pour que ça n’arrive pas. Après chaque panier marqué par les Californiens, la troupe de l’Ohio calmait le jeu, donnait le ballon à LeBron James qui jouait l’isolation pendant 20 secondes et même si le panier ne rentrait pas, les « Splash Brothers » et leurs camarades ne pouvaient pas enchaîner.

Pour Steve Kerr, l’essentiel était donc de retrouver ce rythme offensif perdu. Insérer un autre créateur dans son cinq majeur fut ainsi la première étape, que Mike Prada détaille très bien sur SB Nation, alors que Half Court Hoops montre comment Golden State a fait varier ses systèmes avec un cinq majeur plus petit.

Enlever la balle des mains de LeBron James

Mais le plus important pour Golden State, c’était peut-être de raccourcir les possessions de Cleveland, surtout avec un groupe qui allait forcément souffrir au rebond.

Peut-être parce qu’il avait fini le Game 3 à l’hôpital, peut-être parce qu’il n’a pas l’habitude de jouer autant ou peut-être parce qu’il était à 2/9 de loin en trois matches, les Warriors ont identifié Matthew Dellavedova comme le shooteur faible des Cavaliers. Stephen Curry était donc en charge de quitter l’Australien pour venir doubler sur LeBron James et le forcer à faire tourner le ballon.

C’était prendre le risque d’offrir des positions ouvertes mais Golden State avait besoin de ça pour enlever le ballon des mains de LeBron James et accélérer le jeu. Même si Matthew Dellavedova, Iman Shumpert ou JR Smith rentraient leurs tirs, cela créait des possessions plus courtes bénéfiques pour les Warriors.

Comme Cleveland avait choisi de se concentrer sur les « Splash Brothers » en décidant de faire avec les shoots ouverts pour Harrison Barnes, Andre Iguodala et Draymond Green, Golden State a fait la même chose en se concentrant enfin sur LeBron James pour tenter Matthew Dellavedova, Iman Shumpert et JR Smith de loin. Ça a parfaitement fonctionné puisque les trois hommes ont fini à 3/22 en cumulé…

Les Cavaliers, qui sont apparus très fatigués lors du Game 4, ont pourtant besoin de cette adresse extérieure s’ils veulent remporter la série. En tout cas, la partie d’échecs continue et elle est passionnante.

Interview Andre Iguodala : « Je pense que je joue juste »

andre-iguodala-G1

Andre Iguodala a été le grand artisan de la victoire de Golden State, jeudi soir, à Cleveland. Introduit dans le cinq de départ par Steve Kerr, l’ailier a parfaitement rempli sa mission des deux côtés du terrain en cadenassant LeBron James et en rentrant des tirs clés tout au long de la partie. Il est revenu sur son match et sur son impact la série face aux Cavaliers. Lire la suite »

Et maintenant, quel avenir pour les Pistons ?

Quel avenir pour les Pistons ?

Les années passent et à force de saisons sans playoffs, la sixième de suite pour les Pistons, on en oublierait presque l’histoire glorieuse de cette franchise (trois titres NBA, le dernier en 2004). Depuis le départ de Flip Saunders en 2008 (trois finales de conférence consécutives), « Motor City » n’a cessé de voir son équipe décliner et les coaches valdinguer. Six entraîneurs différents ont ainsi posé leurs valises ces six dernières saisons, le dernier en date n’étant en autre que Stan Van Gundy, appelé à enfin s’inscrire dans le long terme avec la franchise. Également nommé à la présidence, l’ex-coach du Magic a désormais les pleins pouvoirs pour mener à bien une reconstruction salvatrice. Celle-ci a commencé dès cette saison, et s’il y a eu quelques fulgurances encourageantes, les efforts furent insuffisants pour incarner une quelconque menace (32 victoires – 50 défaites). Le tacticien a désormais un été devant lui pour accélérer le processus et peut-être offrir à Detroit l’espoir de retrouver la post-saison. Lire la suite »

Golden State poussé à l’extrême pour libérer Stephen Curry

warriors-curry-1

Stephen Curry a-t-il vraiment trouvé une faille dans la défense des Cavaliers ? En regardant à nouveau le dernier quart-temps, ce n’est pas évident, le MVP ayant surtout rentré des tirs très compliqués. Pour SB Nation, Mike Prada montre ainsi que les Cavaliers ont décidé de ne jamais laisser un espace libre aux « Splash Brothers » tout en faisant très souvent l’impasse sur leurs camarades. Lire la suite »

Matthew Dellavedova, le héros qui roule en Mazda

delly

Il a tellement donné… qu’il a fini sa soirée à l’hôpital ! Il est comme ça, Matthew Dellavedova.

Il n’a certes pas le talent offensif de son titulaire habituel, Kyrie Irving ; il n’a pas le physique de son leader, LeBron James; et il est tout simplement le joueur qui participe à ces Finals avec le plus petit salaire (816 000 dollars cette saison)… mais Delly est la star incontournable du moment ! Lire la suite »

Interview Boris Diaw : « Cet Euro, c’est un peu la compétition de notre carrière »

NBA: NOV 10 Spurs at Clippers

De passage à Paris en amont du Quai 54 et de l’anniversaire de Jordan Brand, Boris Diaw a pris quelques minutes pour dialoguer avec nous, hier. Détendu, l’international français est notamment revenu sur la fin de saison des Spurs, avant d’évoquer sa prochaine campagne avec les Bleus.

Lire la suite »

Andy Murray dévoile son cinq majeur : « Nadal comme meneur de jeu, et Federer à l’arrière »

murray-tennis

Invité par la NBA à participer au HalfCourt Challenge, Andy Murray en a profité pour évoquer sa passion pour le basket. Domicilié à Miami une partie de l’année, il est évidemment fan du Heat… Lire la suite »

Clutch City : Mario Elie revient sur l’aventure des Rockets double champions NBA

elie

Le documentaire « Clutch City » a été diffusé hier sur la chaine officielle de la NBA, et dans le cadre de sa promotion, c’est Mario Elie qui a répondu aux questions du plateau de NBA TV. Lire la suite »

Une finale NBA placée sous le signe de Mike D’Antoni

kerr d'antoni

Après un premier match terminé avec 208 points inscrits, 58 tentatives à trois points, 24 points en contre-attaque et 13 changement de leaders, la finale NBA est revenue à un score plus régulier sous les 100 points pour les deux équipes lors de la seconde levée. Plus défensive, la série semble tourner à l’avantage des Cavs, privés de deux de leurs meilleurs joueurs offensifs (Kevin Love, Kyrie Irving). Plus offensive, on suppute que les Warriors prendront le meilleur sur Cleveland.

Mais dans tous les cas de figure, il est d’ores et déjà établi que la philosophie des Suns version Mike D’Antoni est omniprésente dans ces Finals. Avec Steve Kerr et Alvin Gentry dans le staff du côté californien et Leandro Barbosa sur le terrain, et David Griffin, Raja Bell voire Shawn Marion et James Jones dans l’équipe des Cavs, ça fleure bon l’Arizona des années 2000 durant ces séries finales.  Lire la suite »

Quand Allen Iverson dominait le rookie Stephen Curry

ai steph

C’est en décembre 2009 qu’Allen Iverson a bouclé la boucle. Lancé dans sa course-contre-la-montre, The Answer comptait redonner un dernier élan à sa carrière en partant dans le Tennessee… mais l’aventure avec les Grizzlies a tourné court. Au lieu de ça, le génial arrière est revenu à Philly. Sa ville ! Lire la suite »