"Magazine"

[match du soir] LA Lakers – Philadelphie, Game 4 des Finals 1983

Battus en 1980 puis en 1982 par les Lakers en Finals, les Sixers n’arrivent pas à surmonter l’obstacle Los Angeles pour aller décrocher le titre de champion.

Seulement, en 1983, Philadelphie a trouvé la pièce manquante : Moses Malone, arrivé de Houston, et qui vient d’être élu MVP de la saison. Il a confirmé qu’il était le parfait joueur pour arriver au sommet puisqu’il a fait le doublé pour le MVP et les Sixers ont écrasé la saison et les playoffs.
Lire la suite »

Le meilleur et le pire des logos « alternatifs »

r3htbw6ghslnszfkusgr6wvq6

Après vous avoir présenté les logos les plus vintage et l’histoire de tous les logos NBA, Basket USA se propose de vous familiariser avec les logos alternatifs.

Ces derniers sont par définition moins visibles que leurs homologues « primaires » et « secondaires » car apparaissant lors d’occasions exceptionnelles. Pour vous rafraîchir la mémoire, ou simplement pour vous faire découvrir, jetez donc un oeil sur le meilleur… et le pire des logos alternatifs en NBA.  Lire la suite »

Vince Carter se confie sur ses embrouilles avec T-Mac et son fameux dunk aux JO de Sydney

vince-carter-498x288

Alors qu’il se prépare pour sa 18e saison en NBA, au sein des Grizzlies, Vince Carter demeure un des joueurs les plus légendaires de la ligue. Huit fois All Star et fournisseur officiel de highlights pendant une bonne moitié de son immense carrière, Carter est passé subrepticement, et par voie téléphonique, dans le show de Dan Le BatardLire la suite »

David Robinson a 50 ans : Admirable Amiral

amiral-admirable

Rares sont les joueurs NBA à avoir été, comme David Robinson (né le 6 août 1965), respectés pour leur talent sur le terrain comme pour leur générosité et leur probité en dehors.

Homme pieux, sportif accompli, intronisé au Hall of Fame en 2009, l’Amiral est un être exceptionnel qui a bâti sa légende parallèlement à celle des Spurs. Lire la suite »

Quand New York était solide sur ses Pat

riley-ewing

Alors que l’équipe reste sur la pire saison de son histoire (17 victoires – 65 défaites), plusieurs d’entre vous sont nostalgiques du New York des années 90. Nous vous proposons un petit voyage dans le temps. 1991. Depuis des lustres, les Knicks passent pour des pommes avec quatre défaites au premier tour.

Pour Patrick Ewing (53 ans aujourd’hui) et ses potes, c’est la honte. L’Amérique n’aime pas les losers. Mais Pat Riley, le coach aux quatre titres NBA, traverse tous les States pour relever le défi… Lire la suite »

[match du soir] Chicago – Detroit, Game 3 de la finale de conférence 1990

Après deux matches plutôt compliqués (et perdus) avec 27 points à 39 % au shoot de moyenne, Michael Jordan doit réagir dans la finale de conférence 1990 face aux « Bad Boys » des Pistons.

Le Game 3 à Chicago est donc décisif. Pour faire tomber les champions en titre, l’arrière des Bulls sort le grand jeu : 47 points à 17/32 au shoot, 10 rebonds et 4 passes. Bien aidé par Scottie Pippen qui compile 29 points et 11 rebonds et 5 passes.
Lire la suite »

[collector] Les highlights de la saison rookie de Michael Jordan

Image8

Il y a 30 ans, en 1985, Michael Jordan finissait sa première saison en NBA. Une saison pleinement réussie avec une participation au All-Star game, un titre de Rookie Of The Year et même une participation aux playoffs.

En compilant 28.2 points, 6.5 rebonds, 5.9 passes et 2.4 interceptions par match, l’arrière des Bulls a fait l’effet d’un ouragan. Jamais depuis Kareem Abdul-Jabbar un rookie n’avait été aussi prolifique offensivement et aucun rookie (à l’époque), depuis Oscar Robertson n’avait compilé 20 points, 5 rebonds et 5 passes de moyenne. Des statistiques qui classent déjà le joueur, 22 ans seulement, parmi les meilleurs du monde.
Lire la suite »

[Portrait] Cedric Ceballos, le dunkeur masqué

cedric-ceballos

Basketteur, rappeur, acteur, DJ, consultant télé et animateur radio : Cedric Ceballos (né le 2 août 1969) est un homme aux multiples talents. « Ice » a le sens du spectacle. Il le prouva lors du Slam Dunk Contest 1992 en réussissant un dunk les yeux bandés.

Sa carrière NBA ne répondit pas tout à fait aux attentes. Il loupa les Finales 1993 avec Phoenix et quitta les Lakers après une sale affaire… Lire la suite »

Les pionniers du basket américain : les Cleveland Rosenblums (1919-1930)

yy

Le basket est aujourd’hui l’un des sports les plus populaires du monde et la NBA s’exporte sur tous les continents. Mais ce sport n’a pas toujours tenu le haut de l’affiche. Fondé en 1891 par James Naismith, le basket existait depuis plus de 50 ans avant la création de la NBA et une multitude d’équipes ont contribué à sa popularité et son expansion dans les gymnases américains. L’une d’entre elles, les Harlem Globetrotters, existe encore de nos jours, mais les autres grandes équipes d’avant-guerre ont disparu des parquets… mais pas des mémoires…

Cleveland Rosenblums

Les Cleveland Rosenblums ont été fondés à la fin des années 1910 par Max Rosenblum, le propriétaire d’un grand magasin de la ville de Cleveland. D’abord nommée « Rosenberg Celtics », cette équipe domine facilement toutes les équipes de basket de l’Ohio avant d’être logiquement nommée meilleure équipe de l’Etat par un journal sportif local.

Dans les années 1920, les Rosenblums prennent peu à peu de l’importance sur le plan national et sont considérés comme l’équipe la plus rapide de tout le pays, avec le redoutable Kelly McBride comme scoreur. L’équipe est alors coachée par Bill Lange qui conduira plus tard les North Carolina Tar Heels à leur première participation au tournoi NCAA en 1941. En avril 1924, les Rosenblums sont invités à participer à un tournoi exhibition regroupant les meilleures équipes de basket de tous les Etats-Unis. Ils s’inclinent en finale face aux Original Celtics sur le score de 25 à 17. Le match restera célèbre en raison de la bagarre opposant Nat Holman des Celtics et Marty Friedman, l’ailier des Rosenblums. Tous deux seront exclus de la partie. Malgré cette défaite, les Rosenblums font à présent partie du paysage américain de la balle orange.

Peu de temps après, Max Rosenblum invite d’autres propriétaires d’équipes à Cleveland, à l’Hotel Statler dans le but de fonder une grande ligue professionnelle de basket. L’American Professional Basketball League voit le jour l’année suivante et elle devient rapidement la plus grande ligue de tout le pays. Lors de la saison inaugurale, les Rosenblums compilent un bilan de 23 victoires en trente matchs. John « Honey » Russell termine meilleur marqueur de la ligue et terrorise les défenses. Le 9 avril 1926, les Cleveland Rosenblums remportent la première édition de l’ABL en dominant les Brooklyn Arcadians en finale en trois matchs secs, le dernier sur le score de 23 à 22. Le New York Times raconte que les joueurs de Cleveland ont conservé la balle pendant les quatre dernières minutes, se faisant des passes courtes, sans aucune volonté d’attaquer le cercle et de marquer…

La saison suivante commence sur les chapeaux de roues pour les champions en titre avec un bilan de dix-sept victoires pour quatre petites défaites à la trêve, mais une querelle entre le propriétaire Max Rosenblum et son joueur vedette John Russell ruine la deuxième partie de saison… Russell est envoyé aux Chicago Gears, et Cleveland, malgré le duo de choc Nat Hickey (343 points au total) et Carl Husta (330 points), s’incline en finale face aux Original Celtics. L’équipe remporte tout de meme deux titres supplémentaires en 1929 et 1930 avant de disparaître le 8 décembre 1930 des suites du Jeudi Noir et de la Grande Dépression qui brisent l’économie nord-américaine.

Palmarès

1924 – Exhibition Tournament
1926 – American Basketball League
1929 – American Basketball League
1930 – American Basketball League

Les pionniers du basket américain

Original Celtics

New York Rens

Philadelphia Sphas

Wilkes Barre Barons

Oshkosh All Stars

Black Fives

Buffalo Germans

Décès de Bob Kauffman, premier All-Star des Buffalo Braves

Franchise ancêtre des Clippers, les Buffalo Braves viennent de perdre le premier All-Star de leur histoire puisque Bob Kauffman est décédé le 1er août à l’âge de 69 ans.

Passé d’abord par Chicago et Seattle, Kauffman a rejoint les Braves lors de leur arrivée en NBA, en 1970-71. Avec 20.4 points, 10.7 rebonds et 4.5 passes de moyenne, il devient All-Star et marque l’histoire de sa franchise. Il restera parmi la crème de la crème en 1972 et 1973.
Lire la suite »