NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DAL
BOS2:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Coaching | Luka Doncic, le magicien qui punit les dilemmes des Wolves

NBA – Luka Doncic n’a pas seulement écœuré les Wolves avec son tir de la gagne lors du Game 2, il a également sanctionné Minnesota par sa capacité à punir les dilemmes défensifs.

Coaching de Luka DoncicDepuis ses premiers pas en NBA, on sait que Luka Doncic est une incroyable « triple menace », mais on sait aussi que ce qui le rend si difficile à contrôler est sa capacité à lire les aides défensives adverses.

En demi-finale de conférence, le Thunder avait fait un choix drastique pour simplifier ses choix défensifs face aux problèmes posés par la vision du jeu du Slovène. L’équipe de Mark Daigneault avait ainsi décidé de se concentrer sur la menace dans la raquette, bloquant au maximum les options de lob. Quitte à ouvrir des espaces de loin.

Le « Lob Duo » de Dallas réactivé face aux Wolves

Cela avait permis à PJ Washington de briller à 3-points, ses 23 paniers extérieurs sur la série (47% de réussite) ayant fait très mal à Oklahoma City, alors que le duo Gafford/Lively était de son côté plutôt bien contrôlé, avec seulement 45 paniers inscrits (sur 75 tirs) en six matchs au total. Les Wolves ont eux choisi… de ne pas choisir, et de tenter de contrôler à la fois la menace sur les lobs, et les sorties de balle à 3-points.

Le résultat, c’est que PJ Washington (2/12) et les autres « role players » de Dallas ont beaucoup moins d’espace pour shooter de loin. Mais que le « Lob Duo » Gafford/Lively a lui été réactivé. Sur les deux premiers matchs, ils viennent ainsi d’inscrire 23 paniers en cumulé (sur 29 tirs). C’est déjà plus de la moitié de la série précédente.

La carte des tirs des Mavericks

Comment les Mavericks se servent de la stratégie défensive à leur profit ? Ben Taylor, de Thinking Basketball, l’a justement évoqué, avec notamment un schéma de jeu dont les Mavs ont abusé lors du Game 2.

L’idée, c’est celle d’un double écran très haut qui met en lumière plusieurs limites exploitables des Wolves. Car si Jaden McDaniels est un très bon défenseur sur l’homme, il n’est pas aussi puissant qu’un Lu Dort et il a donc du mal à rester collé à Luka Doncic lorsqu’il doit « transpercer » des écrans, ce qui offre plus d’espace au Slovène.

Ce double écran fait également sortir Rudy Gobert très haut, ce qui laisse de l’espace dans le dos du Français avec un intérieur adverse qui coupe très rapidement vers le cercle.

La moindre hésitation est sanctionnée

Comme les Wolves ne veulent pas choisir entre les lobs et les 3-points, les Mavericks placent ainsi Kyrie Irving mais surtout Luka Doncic en position d’utiliser les deux, forçant le « tagger » (c’est-à-dire le joueur qui vient aider sur le joueur qui coupe dans la raquette) à naviguer entre les deux options.

Or, le Slovène excelle particulièrement dans l’art de punir cet entre-deux, jouant de l’hésitation et de sa capacité à masquer jusqu’au dernier moment ses choix, pour punir tout retard ou anticipation.

Ainsi, à chaque fois que Karl-Anthony Towns a hésité à venir sur le « roller », de peur de laisser ouvert son shooteur à 3-points ouvert, Luka Doncic a pu trouver la passe dans la peinture pour sanctionner les Wolves…

L’instinct de « Luka Magic » pour repérer et punir les dilemmes défensifs chez l’adversaire est assez magique. À l’image de cette séquence, à l’approche de la dernière minute du Game 2, où Kyrie Irving a mis la défense de Minnesota en rotation, la balle revenant à son coéquipier du « backcourt ». Ce dernier évalue ses options de passe sans en trouver une suffisamment ouverte, mais quand Kyle Anderson se replace, il voit que le mouvement de Jaden McDaniels vers le centre a laissé Mike Conley entre Derrick Jones Jr et Kyrie Irving.

Ce dernier « oublié » par le meneur adverse, il peut être servi par son chef d’orchestre pour un panier ultra précieux.

Les Wolves vont-ils devoir faire un choix clair ?

Mais l’art de Luka Doncic à jouer avec les hésitations de la défense s’illustrera difficilement mieux qu’avec cette séquence, à six minutes de la fin. Le All-Star est ainsi servi avec un peu d’avance sur Kyle Anderson, après être remonté depuis la ligne de fond. Il peut donc attaquer son adversaire pour aller dans la raquette.

Le problème, c’est que Rudy Gobert l’attend, avec Naz Reid pour contrôler le lob vers Daniel Gafford.

Mais là, avec Kyle Anderson qui le colle et cinq joueurs des Wolves qui l’entourent, Luka Doncic va fixer Naz Reid d’une feinte du regard vers PJ Washington, dans le corner. D’instinct, le 6e homme de l’année fait un pas de recul pour se préparer à contester le tir extérieur au besoin. Ce qui libère Daniel Gafford. Et dans la foulée, Luka Doncic s’élève comme s’il allait shooter, ce qui fixe également Rudy Gobert, en lui faisant faire un pas vers l’avant.

Le Texan a donc une petite fenêtre pour servir Daniel Gafford au-dessus du quadruple meilleur défenseur de l’année, en ayant joué sur les dilemmes défensifs de ses deux adversaires.

Les Wolves vont-ils continuer dans cette stratégie, en misant sur le réveil d’Anthony Edwards et de leur attaque pour contrebalancer les options laissées à Luka Doncic de l’autre côté du terrain ? Vont-ils, comme le Thunder, faire un choix clair, quitte à laisser une option plus ouverte ? Réponse la nuit prochaine (02h00), lors du Game 3.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →