Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Interview Nicolas Batum : « Je n’ai que de très bons souvenirs avec Thomas Heurtel en Bleu »

NBA – Encore blessé, Nicolas Batum en profite pour répondre (à nouveau) à Basket USA sur Joel Embiid, Thomas Heurtel, le poste de meneur de jeu en Bleu ou encore Evan Fournier et son avenir.

Une semaine après nous avoir déjà accordé une longue interview en déplacement à Golden State, Nicolas Batum se livre de nouveau dans nos colonnes, alors qu’il reste toujours gêné par cette cuisse qui lui a valu de rater les quatre derniers matchs de Philadelphie.

L’occasion d’évoquer l’absence de Joel Embiid mais surtout l’équipe de France, en marge de la défaite des Sixers face aux Mavs et entre des photos et autographes avec des Français venus à Philly dans le cadre d’un « Kobe Tour ».

« On ne doit pas s’arrêter de jouer »

Nicolas, comment vous sentez-vous physiquement, alors que vous n’avez plus joué depuis plus d’une semaine ?

[Ça me gêne] un peu. Mais ça devrait me prendre encore trois matchs, [pour un retour] juste avant le All-Star Break.

Quelle est l’ambiance dans le vestiaire, maintenant que Joel Embiid est forfait pour plusieurs semaines ? Vous vous préparez déjà comme si vous alliez le retrouver cette saison ?

Ça va bien, car ça fait partie du jeu après tout… On ne sait pas encore [combien de temps ça prendra], on est un peu dans le flou comme tout le monde, mais on ne va pas s’arrêter de jouer. On a des mecs qui sont encore là et il faut continuer le travail en attendant, on ne doit pas s’arrêter de jouer. On espère juste.

À l’approche de la « trade deadline », comment vous sentez-vous alors que vous avez déjà été échangé cette saison ? Pas d’inquiétude particulière ?

Tu sais, au bout de seize ans… On s’en fiche de ça, tu ne fais plus attention. Quand tu te sens en sécurité, tu te fais transférer et quand tu ne te sens pas en sécurité, tu ne te fais pas transférer. Comme tu ne peux pas le gérer, tu t’en fiches. Alors bien, je suis [la journée], et si ça arrive pour toi, alors ça arrive pour toi.

« C’est dommage que ça se finisse comme ça pour Thomas… »

Par rapport à l’équipe de France, vous avez dû voir les déclarations de Thomas Heurtel concernant la Fédération, qui aurait été au courant de sa décision de signer en Russie avant l’Eurobasket 2022. En tant que capitaine, c’était aussi votre cas ?

Franchement, comme je n’y étais pas [à l’Euro], je ne sais pas ce qu’il s’est passé. J’ai suivi tout ça de l’extérieur, j’étais en mode famille cet été-là. Je parlais davantage basket avec Vincent [Collet], mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé par rapport à Thomas et au processus de la chose. Je n’étais pas au courant. Je ne peux pas trop te commenter le truc, car je ne connais pas le timing ni le calendrier de tout ça. Qui est au courant de quoi et quand, je n’en sais franchement rien.

Quel est votre point de vue sur cette situation, avec Thomas Heurtel et la Fédération qui se renvoient la balle à tour de rôle ?

C’est vraiment dommage, parce que Thomas est quelqu’un qui a beaucoup compté pour l’équipe de France. C’est dommage que ça se finisse comme ça pour lui…

Donc pour vous, Thomas Heurtel et les Bleus c’est terminé ?

Il y a beaucoup de paramètres que l’on ne peut pas gérer, surtout pas moi… Juste, j’ai été champion d’Europe avec Thomas, j’ai une médaille d’argent aux JO avec lui et je n’ai que de très bons souvenirs avec Thomas en Bleu. C’est quelqu’un qui m’a marqué, car j’ai vécu beaucoup avec lui dans l’équipe. C’est juste dommage cette situation…

Vous échangez régulièrement ensemble ?

Oui, on s’envoie des messages de temps en temps, comme tous les gars. On a le groupe après tout, où ça parle souvent.

En tant que capitaine, sa présence vous aurait fait plaisir aux JO ?

Si on ne parle que basket, ça reste un très bon meneur de jeu… Beaucoup de personnes disent : « Oui, mais… », sauf que ça reste un très bon joueur Thomas.

« Il faut arrêter de s’attendre au nouveau Tony Parker »

Justement, en parlant de la mène, cela fait plusieurs années que c’est peut-être LE problème de l’Equipe de France…

[Le vide laissé par Tony Parker] a été comblé. Depuis 2016, on a eu Antoine [Diot], Thomas [Heurtel], Andrew [Albicy], Frank [Ntilikina]… Et on a eu des résultats, on a gagné des médailles, on a fait des choses. Quand même. Là, il faut déjà arrêter de s’attendre au nouveau Tony Parker. Mais on a Killian [Hayes], avec qui on pourra trouver une solution prochainement je l’espère, il y a Frank qui apporte à chaque fois des choses intéressantes dans le jeu FIBA.

L’environnement y est pour beaucoup, aussi…

Oui, ça dépend beaucoup de l’environnement : il y a des joueurs NBA qui sont encore meilleurs en FIBA, [qui se transcendent] pour le pays. Si tu mets un de nos meneurs de jeu avec les « Twin Towers » [en référence à Victor Wembanyama et Rudy Gobert, ndlr], pour fermer la défense et jouer le pick-and-roll, tu peux avoir un impact différent. Donc peut-être que Killian [Hayes] peut être intéressant dans cet environnement.

Vous allez forcément surveiller les fenêtres qualificatives pour l’Eurobasket 2025 ?

Oui, je les suis tout le temps. [Il revient sur les meneurs de jeu] On a quand même Sylvain [Francisco] qui fait une grosse saison, je vois qu’il y a Nadir Hifi qui grimpe, Matthew [Strazel] qui fait une superbe saison avec Monaco. Puis Frank [Ntilikina] qui est là, Théo [Maledon] je ne sais pas ce qu’il fait avec Phoenix, Andrew [Albicy] qui reste une valeur sûre et qui est peut-être le regret [de la Coupe du monde 2023] comme je le disais avec Vincent [Collet]… Donc il y a du talent, il y a des choses à la mène. Mais il faut arrêter de penser qu’on a le gars que l’on avait quand il y avait l’autre fou [il rigole, en référence à Tony Parker, ndlr]… On a juste plein de gars qui peuvent faire le boulot dans différentes situations.

« Evan n’a pas oublié comment jouer au basket »

Maintenant, cela penche surtout à l’intérieur en équipe de France : Victor Wembanyama, Rudy Gobert, Guerschon Yabusele, Moustapha Fall, Mathias Lessort, Vincent Poirier et même vous qui pouvez jouer 4 voire carrément 5 en NBA.

Je peux jouer 4 oui, mais je suis plus 3 maintenant. Après, tu l’as dit : Victor, Rudy, les intérieurs du Real, Mathias, Mouss… On a du choix !

On doit donc s’attendre à vous voir majoritairement en 3 lors des JO ? Avec éventuellement Bilal Coulibaly au poste 2 aussi…

Je ne suis pas coach, mais je vois où tu veux en venir ! [rires] On m’en parle souvent : « Un cinq avec Wemby, Rudy, Bilal et toi… ». Alors ouais, défensivement, c’est clair que ça peut être mignon. Offensivement aussi, car je pense que tu peux gérer les choses.

Il ne faut pas non plus oublier Evan Fournier, même si sa situation est problématique à New York… Pas trop embêtant pour les Bleus ?

Oui et non. Ça peut poser problème de l’extérieur, aux yeux du public. Mais c’est à nous de déterminer en équipe et en interne comment faire [pour le mettre à l’aise]. Le groupe vit bien et Evan n’a pas oublié comment jouer au basket, il sait ce qu’il doit faire. Ce sera à nous de voir comment faire pour mettre correctement les choses en place.

Pour finir, vous avez déjà laissé entendre que ce serait entendre votre dernière compétition en Equipe de France. Aux Sixers, vous êtes titulaire et encensé régulièrement, mais vous arrivez en fin de contrat.

Tout le monde me la pose cette question… [Il sourit] Laissez-moi déjà revenir de ma blessure, on parlera du reste ensuite. C’est encore trop tôt, je suis toujours en train de jouer et je me concentre là-dessus. On verra ça plus tard.

Propos recueillis à Philadelphie

Nicolas Batum Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2008-09 POR 79 18 44.6 36.9 80.8 1.1 1.7 2.8 0.9 1.8 0.6 0.6 0.5 5.4
2009-10 POR 37 25 51.9 40.9 84.3 0.9 3.0 3.8 1.2 2.2 0.7 0.7 0.7 10.1
2010-11 POR 80 32 45.5 34.5 84.1 1.4 3.2 4.5 1.5 2.4 0.9 1.0 0.6 12.4
2011-12 POR 59 30 45.1 39.1 83.6 1.4 3.2 4.6 1.4 1.8 1.0 1.5 1.0 13.9
2012-13 POR 73 38 42.3 37.2 84.8 1.3 4.3 5.6 4.9 1.9 1.3 2.6 1.1 14.3
2013-14 POR 82 36 46.5 36.1 80.3 1.4 6.0 7.5 5.1 1.9 0.9 2.5 0.7 13.1
2014-15 POR 71 34 40.0 32.4 85.7 0.9 5.0 5.9 4.8 1.5 1.1 1.9 0.6 9.4
2015-16 CHA 70 35 42.6 34.8 84.9 0.8 5.3 6.1 5.8 1.6 0.9 2.9 0.6 14.9
2016-17 CHA 77 34 40.3 33.3 85.6 0.6 5.7 6.3 5.9 1.4 1.1 2.5 0.4 15.1
2017-18 CHA 64 31 41.5 33.6 83.1 0.9 3.9 4.8 5.5 1.1 1.0 2.1 0.4 11.6
2018-19 CHA 75 31 45.0 38.9 86.5 1.0 4.3 5.2 3.3 1.9 1.0 1.6 0.6 9.3
2019-20 CHA 22 23 34.6 28.6 90.0 1.1 3.4 4.6 3.0 1.9 0.8 1.0 0.4 3.6
2020-21 LAC 67 27 46.4 40.4 82.8 0.8 4.0 4.7 2.2 1.5 1.0 0.8 0.6 8.1
2021-22 LAC 59 25 46.3 40.0 65.8 0.5 3.8 4.3 1.7 1.4 1.0 0.7 0.7 8.3
2022-23 LAC 78 22 42.0 39.1 70.8 0.8 3.0 3.8 1.6 1.9 0.7 0.6 0.6 6.1
2023-24 * All Teams 60 26 45.3 39.5 71.4 1.2 3.0 4.1 2.1 1.8 0.8 0.7 0.6 5.3
2023-24 * PHL 57 26 45.6 39.9 71.4 1.2 3.0 4.2 2.2 1.8 0.8 0.7 0.6 5.5
2023-24 * LAC 3 18 37.5 28.6 0.0 0.0 2.3 2.3 1.7 1.7 1.0 0.3 1.3 2.7
Total   1053 30 43.7 36.6 83.2 1.0 4.0 5.0 3.3 1.8 0.9 1.6 0.6 10.4

Comment lire les stats ? MJ = matches joués ; Min = Minutes ; Tirs = Tirs réussis / Tirs tentés ; 3pts = 3-points / 3-points tentés ; LF = lancers-francs réussis / lancers-francs tentés ; Off = rebond offensif ; Def= rebond défensif ; Tot = Total des rebonds ; Pd = passes décisives ; Fte : Fautes personnelles ; Int = Interceptions ; Bp = Balles perdues ; Ct : Contres ; Pts = Points.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités