Summer
league
Summer
league
CHI81
MIL76
NYK40
CHA47
BOS
MIA0:30
PHI
DET1:00
TOR
OKC2:30
POR
SAS3:00
DAL
UTH4:30
GSW
PHO5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Un nouveau « mur » allemand face à Giannis Antetokounmpo ?

Euro 2022 – Pour espérer passer l’obstacle grec en quart de finale, le sélectionneur allemand Gordon Herbert est conscient que le premier objectif est de limiter Giannis Antetokounmpo.

« On en est à une victoire et deux défaites face aux superstars. On veut être à 2-2. » Gordon Herbert a une drôle de façon de résumer les dernières semaines de compétition de son équipe.

Le sélectionneur allemand fait (vraisemblablement) référence à la victoire fringante de son équipe, fin août, face à la Slovénie de Luka Doncic en éliminatoire de la Coupe du monde. Ainsi qu’aux défaites concédées face à la Serbie de Nikola Jokic en amical puis contre les mêmes Slovènes à l’Euro, en phase de poule.

Ce soir, à 20h30 (Canal+ Sport 360), l’Allemagne fait face à une autre formation portée par une superstar, la Grèce de Giannis Antetokounmpo. Les trois clés de ce quart de finale à domicile selon le technicien ? « Primo : la défense en transition va être très importante. Secundo : si nous pouvons contenir Giannis. Je ne sais pas encore comment. J’espère que demain (aujourd’hui), j’en saurai un peu plus. Tertio : le fait de jouer notre jeu. »

Contenir le « Greek Freak » est un casse-tête commun à toutes les équipes de cet Euro. Une compétition qu’il survole puisque le Grec en est le meilleur marqueur avec une efficacité toujours aussi déconcertante : 29 points de moyenne (56% de réussite au tir) en… 28 minutes de jeu.

Lors du tour précédent, la République tchèque pensait bien avoir trouvé une parade en reprenant une stratégie qui a fait ses preuves en NBA : « construire » un mur face à lui. En gros, faire en sorte que les cinq défenseurs restent en aide à proximité de la raquette pour l’empêcher d’attaquer le cercle et le pousser à tirer extérieur. Là où il a encore du mal à sanctionner avec constance (20% de réussite derrière l’arc).

« Nos attentes vont plus loin »

Un choix défensif qui fonctionne sur jeu placé uniquement. Car dès que le Grec accélère et trouve des espaces, en transition notamment, le double MVP est tout simplement inarrêtable. D’où l’importance aussi, pour un adversaire de la Grèce, de bien exécuter son attaque pour limiter ces départs en transition. Les Tchèques, qui avaient pourtant contenu le Grec à quatre points à la pause, n’ont pas réussi à arrêter le monstre (27 points) pendant 40 minutes.

« On affronte l’une des meilleures équipes avec l’un des meilleurs joueurs du monde. Notre alchimie est très bonne. On a nous aussi de bons joueurs », rappelle de son côté Gordon Herbert, qui va peut-être devoir faire avec un groupe incomplet. Nick Weiler-Babb (épaule) et surtout Franz Wagner (cheville) étaient toujours incertains, tandis que Johannes Voigtmann (rhume) a dû zapper un entraînement.

Pour l’Allemagne, pays hôte, atteindre le quart de finale était quelque chose d’attendu. Mais comme le dit le sélectionneur, « nos attentes vont plus loin. On voulait aller à Berlin, on voulait gagner à Berlin. La façon dont les gars sont restés ensemble, leur alchimie, notre unité est la chose dont je suis le plus fier. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités