Pariez en ligne avec Unibet
  • ATL1.1ORL7.45Pariez
  • NEW1.71BRO2.2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Sixers – Jazz : le chef-d’oeuvre de Joel Embiid !

Il veut le titre de MVP, et face au leader Utah, Joel Embiid a été monstrueux : 40 points et 19 rebonds, et surtout le panier pour arracher la prolongation puis la victoire (131-123).

Logiquement, Joel Embiid est cherché constamment par ses coéquipiers dans ce début de rencontre. Agressif, le pivot camerounais est motivé à l’idée d’affronter Rudy Gobert. Mais il en faut plus pour faire douter la meilleure équipe de la NBA. Peu d’équipes dans la ligue ont la force collective du Jazz et ce premier acte est une démonstration. Sans rythme en attaque, les Sixers butent sur une défense agressive de leurs adversaires. Porté par le duo Bogdanovic/Mitchell, Utah installe son jeu et rentre tous ses tirs de loin. Obligé de stopper la partie afin de recadrer ses hommes, Doc Rivers peut être inquiet. Son équipe n’est pas au niveau (21-14).

Joel Embiid continue de faire mal à Rudy Gobert et Derrick Favors, mais tant que les Sixers n’arriveront pas à enchaîner les stops défensifs, les efforts de son meilleur joueur ne serviront à rien. Comme très souvent, Jordan Clarkson se balade en sortie de banc et il peut compter sur le soutien de Mike Conley qui punit tous les retards défensifs adverses. Phily doit se réveiller (34-26).

Embiid trop seul

Dépassés défensivement, Dwight Howard et la « second unit » de Philly n’ont pas le talent offensif pour rivaliser (45-32). Obligé de remettre ses meilleurs joueurs, Doc Rivers espère voir une réaction. Mais à chaque fois que les 76ers arrivent à revenir sous la barre des 10 points, le Jazz marque à 3-points (54-47). Esseulé, Joel Embiid donne tout et domine Rudy Gobert dans la raquette, mais de l’autre côté du terrain, il est logé à la même enseigne que ses coéquipiers… Chaque intervalle est attaqué à la perfection par les ailiers d’Utah, chaque tir est pris dans le bon tempo et pour l’instant, Philadelphie n’a pas les armes pour répondre. À la pause, Utah maîtrise son sujet (60-52).

Les intentions défensives des coéquipiers de Ben Simmons sont plus franches au retour des vestiaires. Ils enchaînent plusieurs stops défensifs ce qui leur permet d’avoir plus de rythme en attaque et donc de trouver des tirs ouverts.

Trouvé poste bas puis à mi-distance, Joel Embiid brille. Les efforts du natif de Yaoundé motivent Ben Simmons et Seth Curry et tout le banc des Sixers se lève (72-69). Tout est relancé, mais Utah remet un coup d’accélérateur. À la baguette ? Donovan Mitchell. C’est compliqué de défendre sur l’électron libre du Jazz qui sait très bien profiter des écrans portés par ses coéquipiers. Ses qualités sur le un-contre-un sont craintes par les Sixers qui lui laissent donc un peu d’espace sur le tir extérieur. Mauvaise idée, « Spida » est en feu et le Jazz s’échappe à nouveau (86-77). C’est dur pour les Sixers qui passent leur temps à courir derrière le score.

Dwight Howard marque à 3-points !

À une époque, Philadelphie aurait sans doute lâché le match… Mais cette saison, Doc Rivers a réussi à inculquer une autre mentalité à cette équipe. Après un premier passage manqué, Dwight Howard est de retour et cette fois, il guide ses coéquipiers. Néanmoins c’est toujours Utah qui mène la danse (89-84).

D’entrée, Joe Ingles plante un nouveau tir primé (92-84), mais Dwight Howard va lui répondre. Non, vous ne rêvez pas, Dwight Howard, celui qui peine à marquer des lancers-francs, plante un tir du parking à quelques secondes du buzzer des 24 secondes. Il ne le sait pas encore, mais il vient de changer le cours du match. L’ancien pivot d’Orlando est en feu et il permet à son équipe d’infliger un 11-0 au leader de la conférence Ouest, et même de la NBA (95-92).

Au buzzer !

Debout le long de sa ligne de toucher, Quin Snyder ne panique pas. Il sait que ses hommes ont les capacités pour répondre. Donovan Mitchell et Joe Ingles par deux fois à 3-points puis Rudy Gobert au alley-oop remettent Utah devant au score (103-99). C’est donc l’heure du money time… Ou plutôt l’heure de Joel Embiid. Il sait que son équipe a besoin de lui. Tous les ballons sont dans ses mains et il va montrer à Rudy Gobert à quel point défendre sur lui est pratiquement impossible. Près du cercle ou à longue distance, c’est un calvaire que vit le pivot français mais Mitchell puis Bogdanovic compensent de l’autre côté du terrain (112-109).

Ce match est loin d’être terminé. Actif aux rebonds offensifs, Rudy Gobert redonne 5 points d’avance à Utah, mais Joel Embiid est là pour lui répondre (114-113). Rudy Gobert ne lâche pas le morceau et il redonne trois points d’avance à son équipe (116-113). Intelligemment, Tobias Harris marque vite et Curry fait la faute (118-115). Il reste 20 secondes et le ballon est dans les mains des Sixers. Trouvé poste bas, Joel Embiid hésite à jouer Bogdanovic, mais le favori au titre de MVP sait qu’il doit marquer à 3-points pour aller chercher la prolongation. La belle défense du Croate ne change pas grand-chose. Plus grand et plus tout simplement plus fort, Embiid offre la prolongation à son équipe, à cinq secondes de la sirène (118-118).

Joel Embiid se moque (encore) de Mitchell

C’est indéniable, Utah a pris un coup derrière la tête avec ce tir. Surtout, le Jazz dans la difficulté joue de moins en moins collectif. Donovan Mitchell notamment, qui veut être le sauveur et Utah déjoue.

Compliqué car en face, Tobias Harris, davantage dans l’ombre depuis le début du match, va mettre le nez à la fenêtre. Dominateur par la taille sur Bojan Bogdanovic, il s’efforce à jouer constamment l’ancien de Pacers. Près du cercle et sur la ligne des lancers-francs, il ne laisse rien en route. Agacé et surtout déçu, Donovan Mitchell craque et se fait exclure. Bien sûr, Joel Embiid n’oublie pas de se moquer de lui. La prolongation est de trop pour le Jazz qui s’incline face aux derniers assauts du Camerounais (131-123).

Une belle victoire pour des Sixers qui conservent la première place de l’Est avant le All-Star Game. Utah peut être déçu d’avoir laissé échapper ce match, mais ils ont encore démontré que leur première place à l’Ouest était méritée. On pourrait retrouver les deux formations en finale en juillet…

76ers / 131 Tirs Rebonds
Joueurs Min Tirs 3pts LF O D T Pd Fte Int Bp Ct Pts Eval
T. Harris 38 9/18 0/3 4/5 0 10 10 2 2 1 0 1 22 26
D. Green 22 1/6 1/5 0/0 0 4 4 0 0 1 0 1 3 4
J. Embiid 40 14/27 2/5 10/13 4 15 19 3 3 1 2 2 40 47
B. Simmons 42 8/11 0/0 1/2 2 2 4 6 3 1 5 0 17 19
S. Curry 35 5/7 2/4 2/2 0 2 2 3 4 1 1 0 14 17
M. Scott 16 1/2 1/2 0/0 0 1 1 2 0 0 0 0 3 5
D. Howard 12 4/6 1/1 3/6 1 3 4 2 0 1 0 1 12 15
M. Thybulle 19 0/1 0/0 0/0 0 4 4 1 0 2 0 1 0 7
S. Milton 28 4/11 0/4 4/4 1 0 1 3 3 1 2 0 12 8
F. Korkmaz 12 2/4 1/1 3/3 0 1 1 0 2 0 1 0 8 6
Total 48/93 8/25 27/35 8 42 50 22 17 9 11 6 131
Jazz / 123 Tirs Rebonds
Joueurs Min Tirs 3pts LF O D T Pd Fte Int Bp Ct Pts Eval
R. O'Neale 42 2/7 2/6 1/2 3 7 10 5 2 1 3 0 7 14
B. Bogdanovic 34 7/15 4/10 0/0 0 5 5 0 0 0 0 0 18 15
R. Gobert 38 4/10 0/0 4/6 5 4 9 4 5 2 3 1 12 17
M. Conley 35 6/13 3/3 3/3 0 2 2 2 4 0 0 0 18 15
D. Mitchell 42 12/34 5/12 4/6 1 7 8 6 5 1 3 0 33 21
J. Ingles 25 6/7 4/5 0/0 0 6 6 1 2 1 3 0 16 20
G. Niang 10 2/2 1/1 0/0 0 0 0 0 1 0 0 0 5 5
D. Favors 14 2/2 0/0 0/0 2 5 7 2 4 1 1 0 4 13
J. Clarkson 23 3/10 2/7 2/2 1 4 5 2 1 1 3 0 10 8
Total 44/100 21/44 14/19 12 40 52 22 24 7 16 1 123

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |