Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Spurs ont toujours autant de mal à régler la mire à 3-points

Après une présaison conclue sans la moindre victoire, les Spurs cherchent encore à retrouver le style de jeu plus ouvert et plus rapide qu’ils avaient pratiqué dans la bulle.

S’ils étaient 28e sur 30 la saison passée en termes de tentatives à 3-points, les Spurs avaient pour intention explicite de tenter plus de tirs derrière l’arc pour cette nouvelle saison.

Longtemps réticent, Gregg Popovich semblait prêt à suivre le mouvement en étirant au maximum le jeu mais pour le moment, ça ne marche pas vraiment comme prévu. Malgré 30 tirs tentés au moins durant chacun de leurs matchs de présaison, les Spurs n’ont pas encore réglé la mire avec un tout petit 32/102 dans l’exercice du tir lointain.

Une adresse en berne

Face aux Rockets hier soir, 14 de leurs 29 premiers tirs sont venus à 3-points pour un zéro pointé qui fait tache.

« Ça ne se passe pas très bien », confirme Gregg Popovich. « On porte encore un peu trop la balle, ou beaucoup trop. Avec tous ces changements de défenseurs, c’est plus difficile de mettre en place ce qu’on veut. Il faut proposer différentes choses. C’était un duel difficile pour essayer de faire ce qu’on voulait. Mais je pense quand même qu’on a refusé plusieurs opportunités de tirs en catch & shoot. On est encore un peu trop altruiste. »

C’est le rookie Devin Vassell qui a montré la voie, en brisant la série noire à 6 minutes de la mi-temps, mais San Antonio finit encore dans les abysses en adresse à 3-points, à 7/33. Les titulaires terminent pour le coup à 1/17 avec LaMarcus Aldridge qui continue son chemin de croix de la présaison. Ayant pour objectif de bosser son tir de loin, ce dernier est pour le moment à côté de la plaque à 4/19 sur la présaison…

« Beaucoup de ces tirs sont des bons tirs », nuance DeMar DeRozan, pas mieux à 0/2 dans l’exercice mais 21 points au total. « Tant qu’à avoir un match comme ça, autant le faire en présaison. Mais personne n’a arrêté de shooter. Personne n’a lâché. Je ne pense pas qu’on doive s’attarder trop sur nos ratés, ce sont des bonnes positions. »

Une présaison sans victoire

Capots en présaison, les Spurs pensent pouvoir résoudre leurs problèmes d’adresse au fur et à mesure de la saison, en retrouvant le rythme des matchs, mais aussi en retrouvant certains joueurs encore blessés, tels que Derrick White et Keldon Johnson.

« On doit comprendre comment générer ces tirs autrement », explique DeMar DeRozan, « en restant agressif, en essayant d’aller sur la ligne des lancers francs, en trouvant un autre rythme vers le cercle de sorte qu’on puisse ensuite ressortir le ballon vers le 3-points. »

Après leur première saison sans playoffs en 22 ans, les Spurs continuent de faire évoluer leur fonds de jeu, et ça prend logiquement du temps. Ce dont manquent toutes les équipes NBA dans ce calendrier de rentrée compressé. Gregg Popovich n’est cependant pas près de tirer la sonnette d’alarme, ce n’est pas le style de la maison…

« On ne peut pas avoir mis les choses en place qu’on aimerait avoir déjà en place, donc il faut surtout s’assurer d’avoir nos fondations et nos rôles déjà bien définis. Heureusement, tout le monde est dans le même bateau, personne n’a pris de l’avance sur les autres. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités