Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

À Utah et Phoenix, le boycott déclenché par les joueurs NBA fait jaser

À Phoenix, alors que le propriétaire des Suns a affiché son soutien, un conseiller municipal de la ville a dit tout le mal qu’il pensait du mouvement de boycott.

« Salopes pleurnichardes. » Sal DiCiccio, conseiller municipal à la ville de Phoenix, s’est exprimé en ces termes, sur Twitter, pour désigner les joueurs NBA, en réaction au mouvement de boycott sur fond de violences policières.

Un propos insultant que l’élu, connu depuis des années pour ses prises de position en faveur de la police, dit assumer, dans un second message : « J’en retire pas mot. Pas un seul. J’en ai assez de ces athlètes qui jouent dans des salles financées par les contribuables et qui gagnent des millions de dollars en tapant sur des policiers qui gagnent 40 000 dollars par an. Le public, aussi, en a assez d’eux. »

Les propos de l’élu républicain contrastent largement avec ceux de Robert Sarver, propriétaire des Suns et du Mercury, avec qui la ville est d’ailleurs partenaire pour rénover la Talking Stick Resort Arena.

« Bien que je ne puisse pas me rendre compte de ce que nos joueurs noirs ressentent et vivent aujourd’hui, je leur manifeste ma sympathie, je les écoute et je les soutiens », a déclaré Robert Sarver, en soutien aux joueuses du Mercury qui ont boycotté le match de mercredi. « Je reste personnellement prêt à travailler aux côtés de nos Suns, du Mercury et d’autres joueurs et entraîneurs WNBA et NBA pour amener une réforme de la justice pénale. »

Donovan Mitchell en défense des footballeurs

USA Today rappelle que Sal DiCiccio était l’un des deux membres du conseil municipal qui, l’année dernière, a voté contre le versement par la ville de 150 millions de dollars pour la rénovation de la salle des Suns. « Je dois protéger le contribuable », justifiait-il à l’époque.

Ce dernier n’est pas le seul à s’être manifesté contre la protestation actuelle dans le monde du sport américain. Dans la Major League Soccer (MLS), le propriétaire du Real Salt Lake, Dell Loy Hansen, s’est lui aussi montré très critique de l’annulation du match de son équipe.

« Tout ce que je peux dire, c’est qu’ils ont soutenu d’autres questions au niveau national, mais ils n’ont clairement pas soutenu notre ville ou notre organisation. C’est un moment très triste. C’est comme si quelqu’un te poignardait et que tu tentais de trouver un moyen de retirer le couteau de ton dos pour continuer d’avancer. Il s’agit d’un manque de respect profond pour moi, au niveau personnel. »

Ses propos sont tellement mal passés que le syndicat des joueurs a appelé à ce qu’il soit suspendu et que la ligue, qui s’est désolidarisée du propriétaire, ouvre une enquête. Dans le même temps, The Athletic publiait un article sur le « passé de commentaires racistes » de l’intéressé. Le local de l’étape, Donovan Mitchell, en profitait pour afficher son soutien aux joueurs du club tout en conseillant au propriétaire à vendre l’équipe…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Utah Jazz en 1 clic

Phoenix Suns en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés