NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
BOS90
WAS96
LAL122
SAC136
MEM119
MIL106
PHO128
DAL102
UTH61
SAS50
BRO
POR3:00
ORL
NOR3:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • BRO5.05POR1.16Pariez
  • ORL1.6NEW2.3Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Covid-19 : Gregg Popovich se sent plus en sécurité dans la « bulle » qu’au Texas

Âgé de 71 ans, le coach des Spurs a reçu le feu vert des médecins pour rejoindre la « bulle » de Disney World, et il salue le travail de la NBA pour tenter de créer un environnement sûr.

Avec Alvin Gentry (65 ans) et Mike D’Antoni (69 ans), Gregg Popovich (71 ans) faisait partie des trois entraîneurs qui auraient pu recevoir un avis défavorable de la part des médecins, quant au fait de rejoindre Disney World.

Âgés, et donc à risque par rapport au Covid-19, les trois techniciens sont finalement bien dans la « bulle » et l’entraîneur des Spurs assure qu’il n’a pas de crainte pour sa santé.

« J’ai parlé à beaucoup de gens, j’ai parlé au commissionner Adam Silver, et vous découvrez assez rapidement ce que lui et son équipe ont traversé pour mettre en place ce projet », explique le coach aux cinq titres NBA. « Je crois sincèrement, et ce n’est pas parce que je suis un soldat loyal de la NBA, que j’ai critiqué quand je pensais que c’était nécessaire, mais je ne sais pas où nous pourrions davantage être en sécurité que nous le sommes en ce moment. Ils ne peuvent pas nous gâter ici autant qu’ils le font habituellement, avant le Covid – nous sommes assez gâtés, de tas de façons. Nous ne sommes donc pas aussi gâtés désormais, mais c’est bon pour nous tous ».

Même s’il a avoué que l’idée de ne pas rejoindre Disney World lui a traversé l’esprit.

« Surtout à 71 ans, je me suis demandé si c’est vraiment l’endroit où je voulais passer mon temps ? À faire ça ? Dans ces circonstances ? »

« Surtout à 71 ans, je me suis demandé si c’est vraiment l’endroit où je voulais passer mon temps ? À faire ça ? Dans ces circonstances ? Ces derniers jours, c’était comme si j’étais en train de faire ma première année d’études au camp d’entraînement de l’armée de l’air. D’un point de vue intellectuel et médical, ce n’est peut-être pas le cas, mais je suis plus en sécurité ici – si cette bulle fonctionne – que je ne le serais au Texas. C’est certain. Surtout quand vous regardez ce qui se passe là-bas. »

Comme beaucoup d’autres États, le Texas fait ainsi face à une explosion des nouveaux cas, avec désormais près de 10 000 contaminés de plus chaque jour, et le nombre de morts quotidiens qui dépasse la centaine, alors que l’État n’avait que peu été touché en mars/avril, en ne passant qu’une seule fois les 50 morts par jour.

Pour Gregg Popovich, qui a violemment chargé Donald Trump pour sa gestion sociale suite à la mort de George Floyd, la « bulle » doit aussi être l’occasion pour la NBA de faire passer des messages.

« Depuis que la décision a été prise de faire [cette bulle], de recommencer la saison dans ces circonstances avec toutes les précautions, c’est une belle opportunité de faire des questions raciales l’enjeu principal au niveau social pendant que nous sommes ici », explique-t-il. « Les gens vont apprécier les matchs, les qualités athlétiques, les défaites, les victoires et l’excitation, mais le message que la ligue veut envoyer est un message d’équité. Pas d’injustice pour qui que ce soit, en s’assurant que les gens y pensent tous les jours. Que ce soit un entraîneur ou un joueur qui s’exprime, c’est l’élan que nous devons maintenir, et la ligue peut jouer un grand rôle pour cela. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés