Summer
league
Summer
league
MIA120
MEM118
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Bulls espèrent toujours conclure…

Chicago est la deuxième équipe de la ligue en terme de matches joués dans le « money time », mais l’efficacité peine à montrer le bout de son nez. Dernier exemple en date : la défaite contre le Jazz.

Même s’il y a du mieux depuis quelques semaines en terme de résultats, les Bulls continuent d’afficher des manques importants. Le plus gros est sans doute l’incapacité à gagner les matches à suspense. Qu’ils soient devant ou derrière dans les ultimes minutes, les joueurs de Chicago peinent à faire les justes efforts.

Contre Utah, portés par Zach LaVine, ils ont réussi à revenir, à égaliser avec un 8-0. Puis, rideau, et victoire du Jazz avec un très bon Rudy Gobert. « On a bloqué le Jazz à 102 points alors qu’ils tournent à 108 unités », commente Jim Boylen. « On a gagné la bataille au rebond, on a forcé 17 ballons perdus. On n’a simplement pas mis assez de tirs pour monter à 103 points. On a eu des bons shoots à la fin. On peut les mettre. »

Zach LaVine, lui, prend l’inverse de son coach pour expliquer cette courte défaite.

« Il nous a manqué des tirs, une meilleure exécution offensive, mais aussi des stops. Je regarde toujours l’aspect défensif, car si on avait fait un stop de plus, on n’aurait pas été dans cette position, celle où on est derrière : on aurait été devant. »

Défense ou attaque, le constat est le même : encore une défaite de quelques points. Encore un goût amer dans la bouche. « Ce sont les défaites les plus frustrantes », reconnaît Kris Dunn. « Contre Milwaukee, on était énervé bien sûr, mais ils étaient bien plus forts. Là, on a bien joué, avec quelques pannes et on a laissé le match nous glisser des mains. On doit être plus propre en attaque. Parfois, on est un peu immobile, on oublie nos systèmes. »

Peu de victoires dans les moments chauds ou face à des équipes au bilan positif

Cette saison, les Bulls ont connu 23 matches avec des situations clutch (pas de plus cinq points d’écart dans les cinq dernières minutes du match). Seul le Thunder (26 fois) a davantage disputé de fins de match aussi tendues. Sauf qu’à la différence d’Oklahoma City (16-10), qui a redressé la barre dans ce domaine après un mauvais départ, le bilan de Chicago n’est pas fameux : 8 victoires et 15 défaites.

Dans ces instants, les Bulls ne shootent qu’à 36.5%. « On sait tous qu’on peut marquer, pénétrer, mais il s’agit de réaliser la bonne action au bon moment », estime Wendell Carter Jr. « Rien ne remplace l’expérience. »

Les Bulls commencent à en avoir un paquet, il va donc bien falloir que cela tombe du bon côté s’ils veulent encore croire aux playoffs. Surtout que malgré ces frustrantes défaites et des prestations en dents de scie, il n’y a que 2.5 victoires de retard sur le huitième actuel, Orlando. « On pose les fondations, les bases », analyse le coach des Bulls sur NBC Sports. « On est dans un nouveau système, avec de nouveaux joueurs et un nouveau coach. Je voulais une équipe défensive : on l’a. On doit progresser au rebond, à défendre sans faute, ainsi qu’en attaque. J’aime ce groupe, on bosse et on joue dur. On doit continuer. »

Dernière statistique enfin, qui elle aussi représente bien les faiblesses de Chicago : cette saison, les Bulls ont affronté à 14 reprises une équipe avec un bilan positif, au-dessus des 50% : 13 défaites ! Et une victoire, face aux Clippers. Pas de quoi être rassuré donc, alors que les deux prochaines rencontres seront contre Boston et Dallas.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *