Matchs
hier
Matchs
hier
ORL112
PHI97
CHA117
MEM119
BOS140
WAS133
HOU102
LAC93
MIN129
SAS114
LAL87
GSW71
POR77
TOR82
Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.14MIA1.71Pariez
  • MIL1.1CHI7Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les ballons connectés arrivent en G-League

Après avoir été testés en Summer League, les ballons connectés de la société ShotTracker débarquent en G-League. Avant sans doute de trouver leur place en NBA…

Ce n’est sans doute qu’une question de temps avant que les ballons connectés n’arrivent en NBA. Car après la Summer League, c’est en G-League que l’entreprise ShotTracker va mettre en place sa technologie.

L’idée, c’est d’avoir un ballon équipé de capteurs, qui transmettent en temps réel 70 statistiques différentes, comme la localisation de la balle, mais aussi la vitesse du ballon, sa rotation, l’angle du shoot… Des informations lisibles instantanément sur une application utilisable notamment sur iPad et qui peuvent être utiles pour les équipes, les commentateurs ou les fans, si la NBA décide d’utiliser la technologie pour ses matchs à réalité augmentée.

« Mettre une puce dans une balle, ça a été résolu de façon technique il y a longtemps mais il fallait encore passer par les phases de développement et de test », explique Davyeon Ross, le co-fondateur de ShotTracker, à The Athletic. « Aucun être humain ne peut concevoir ce que le ballon traverse. Mais le cuir de la balle s’en va avant que notre capteur ait des problèmes ».

Les ballons ont une autonomie de 14 à 20 heures avant de devoir être rechargés sur un chariot spécial, ce qui prend environ 90 minutes. ShotTracker pense que sa technologie sera rapidement en NBA, la ligue ayant notamment testé le système en Summer League pour voir si les joueurs pouvaient voir la différence entre les ballons connectés et les ballons classiques. Conclusion ? Impossible de savoir si le ballon était équipé d’une puce…

Mais pour l’entreprise, dans laquelle David Stern et Magic Johnson ont investi, la NBA n’est qu’une vitrine. Le principal enjeu vient de la NCAA, 61 universités faisant déjà appel à ses services. Comme ShotTracker fonctionne sur abonnement, c’est en misant sur les nombreuses facs et lycées que la société compte faire des bénéfices.

« Nous nous sommes vraiment concentrés sur l’université parce que c’est là que nous voyons une possibilité de prolifération », confirme Davyean M. Ross. « Si vous pouvez fournir une solution évolutive pour couvrir toutes ces demandes, vous obtenez une proposition dont la valeur est particulièrement intéressante. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés