Magazine News

La course au MVP : quand les anciens vainqueurs cumulent les trophées

Eh oui, cela fait déjà neuf ans que tous les mardis, on publie notre « Course au MVP », et le principe reste le même : chaque semaine, on propose notre Top 5 des meilleurs joueurs NBA, en tenant compte des performances individuelles et collectives.

Cette semaine, attardons-nous sur les MVP qui ont gagné d’autres trophées dans leur carrière. La renaissance actuelle de Derrick Rose laisse imaginer que le meneur des Wolves, sacré en 2011, pourrait bien être élu meilleur sixième homme dans quelques mois. Si multiplier les MVP n’est pas une rareté, accumuler les différents trophées l’est déjà plus. Qu’en est-il donc des MVP cumulards de trophées ?

Le MVP, un aboutissement

Dans une carrière, le trophée de MVP de la saison régulière est un aboutissement. Un couronnement individuel, qui symbolise le moment où un joueur a atteint le sommet de son sport. Il est donc rare de voir des joueurs aussi forts « retomber » dans des profondeurs plus habituelles pour le commun des mortels, sauf à cause de blessure et du poids des années.

Malgré les années, les MVP deviennent ainsi rarement des remplaçants ou de simples « role players ». Ils conservent toujours une aura et une autorité. Ils sont donc, en quelques sorte, toujours au dessus de la mêlée mais plus assez dominants pour aller batailler avec les nouvelles générations. En ce sens, Derrick Rose est un cas unique. Sept ans après, il n’est plus capable d’être MVP, mais reste assez fort pour exister pleinement dans un rôle bien précis.

Pourtant, ils sont deux joueurs à avoir gagné un trophée majeur quelques années après avoir été élus MVP. Le premier, Bill Walton, est le MVP de la saison 1977-1978 sous les couleurs de Portland avant de devenir le sixième homme de la saison 1985-1986 avec les Celtics. Ensuite, Kevin Garnett, lui aussi avec Boston, est sacré meilleur défenseur de la saison 2007-2008, quatre ans après son MVP à Minnesota (2004). Les deux seront d’ailleurs champions en 1986 et 2008.

Des anciens défenseurs de l’année devenus MVP

Le trophée le mieux partagé chez les MVP, c’est celui de défenseur de l’année. Sauf qu’à la différence de Kevin Garnett, de nombreux MVP ont remporté ce trophée avant d’être le meilleur joueur de la saison régulière.

David Robinson par exemple. Le pivot des Spurs est défenseur de l’année en 1992 avant d’être MVP en 1995. L’année suivante, en 1993, Hakeem Olajuwon lui succède au palmarès. Ensuite, il devient MVP en 1994. il réalise même le doublé en 1993-1994 avec un second trophée de défenseur de l’année. Une performance qu’il partage avec Michael Jordan, élu à la fois défenseur de l’année et MVP, pour la première fois, la même année, en 1988.

Enfin, un autre joueur a inscrit son nom au palmarès du trophée Maurice Podoloff avec un autre trophée dans sa besace. C’est le dernier MVP en date, James Harden. Le joueur des Rockets avait, en effet, élu meilleur sixième homme en 2012 à OKC.

Des premières cette saison ? ?

On le remarque donc : il n’y a pas de MVP anciens ou futurs vainqueurs du trophée de Most Improved Player. Des noms étaient pourtant ronflants. On pense notamment à Tracy McGrady, élu en 2001. L’ancien ailier du Magic ou des Rockets finira 4e des votes deux fois, en 2002 et 2003. Jermaine O’Neal aussi, 3e des votes en 2004 après avoir été MIP en 2002.

Il existe bien un joueur capable d’inverser cette tendance : Giannis Antetokounmpo. Le monstre des Bucks a été élu MIP en 2017 et ses performances, avec celles des Bucks, le rapprochent saison après saison du trophée suprême. Cette saison pourrait changer cela en sacrant le « Greek Freak » comme MVP, et Derrick Rose comme meilleur sixième homme.

1 – Giannis Antetokounmpo
Bilan : 
Bucks – 14v-6d – 2e à l’Est
Stats : 
33 min, 27.2 pts, 13 rbds, 5.7 pds, 1.4 int, 1.2 ct, 4.4 bps, 57.2% tirs, 12.5% 3-pts, 68.3% LF

2 –  Kevin Durant
Bilan :
Warriors – 15v-7d – 2e à l’Ouest
Stats :
35 min, 29.5 pts, 6.1 pds, 5 rbds, 1 int, 0.3 ct, 3 bps, 51% tirs, 32% 3-pts, 93% LF

3 – Joel Embiid
Bilan :
Sixers – 14v-8d – 3e à l’Est
Stats :
34.8 min, 28.1 pts, 13.3 rbds, 3.5 pds, 0.5 int, 2 cts, 3.3 bps, 47.4% tirs, 31.6% 3-pts, 80.9% LF

4 – Kyle Lowry
Bilan : Raptors – 17v-4d – 1er à l’Est
Stats : 34 min, 15.2 pts, 10.4 pds, 4.4 rbds, 1.3 int, 0.3 ct, 2.7 bps, 45.6% tirs, 34.6% 3-pts, 83.1% LF

5 – LeBron James
Bilan : Lakers – 11v-8d – 7e à l’Ouest
Stats : 35 min, 28.3 pts, 7.9 rbds, 6.9 pds, 1.3 int, 0.9 ct, 3.5 bps, 52.2% tirs, 38.6% 3-pts, 72.5% LF

Mentions : Marc Gasol, Damian Lillard, Kemba Walker, Nikola Jokic, Kawhi Leonard, Nikola Vucevic…


Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *