Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

LeBron James accuse Donald Trump d’utiliser le sport pour diviser

« Minable », « soi-disant président »… Depuis plusieurs mois maintenant, LeBron James n’hésite pas à égratigner ouvertement Donald Trump. Interrogé par CNN à l’occasion de l’ouverture de son école « I Promise », et au lendemain d’une prise de position de Carmelo Anthony contre le président américain, James en a remis une couche. Sur le volet racial notamment.

« Ce que j’ai remarqué ces derniers mois, c’est qu’il utilise le sport pour nous diviser en quelque sorte, lâche-t-il d’abord, en référence au mouvement de protestation né en NFL avec Colin Kaepernick. C’est avec le sport que, pour la première fois de ma vie, j’ai fréquenté quelqu’un de blanc. J’ai eu l’occasion d’apprendre à les connaître, et ils ont eu l’opportunité d’apprendre à me connaître. Et nous sommes devenus très bons amis. Je me suis dit ‘Oh, tout ça grâce au sport.’ Le sport n’a jamais été quelque chose qui divise les gens. Ça a toujours été quelque chose qui rassemble. »

Le président des Etats-Unis rend-t-il la vie plus compliquée aux Afro-américains depuis qu’il est au pouvoir ? James rétorque étonnamment que non : « Ça a toujours été le cas, juge le joueur, chez qui la mort de Trayvon Martin a eu l’effet d’un déclic dans son engagement. Mais avec ce président, les gens s’en fichent (d’afficher ouvertement leurs positions raciales). Ils le disent ouvertement maintenant. »

« Peu importe votre importance, votre réussite ou ce que vous faites dans la vie, être Afro-américain en Amérique est difficile, et il y aura toujours quelqu’un pour vous le rappeler. […] Quand vous regardez les plus grands leaders de notre temps, Mohammed Ali et Martin Luther King, après toutes les épreuves qu’ils ont traversées, ils n’ont jamais laissé tomber. Ils l’ont utilisé comme une forme de motivation pour être plus puissants, et ils sont la raison pour laquelle nous sommes ici aujourd’hui. »

LeBron, président ?

Lorsque le journaliste lui demande ce qu’il dirait à Trump si le président était en face de lui, James se montre catégorique : « Je ne serai jamais assis en face de lui. » À moins que les deux hommes ne se retrouvent un jour en face à face… lors d’un débat présidentiel. LeBron, président ? « Je ne pense pas, je ne sais pas », commence par répondre le néo-Laker avec un grand sourire. Mais le journaliste insiste sur l’hypothèse un peu farfelue que le Parti démocrate ne parvienne à trouver aucun candidat, que ce soit le seul moyen de battre Trump… « Eh bien dans ce cas-là, je pourrais y aller. J’espère qu’ils trouveront quelqu’un ! »

En attendant, James entend profiter de son statut dans le sport américain et, plus largement, dans la société américaine pour s’exprimer encore : « Ma voix doit porter au-delà du sport. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés