Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
TOR
MIL2:30
Magazine News Previews

Preview Playoffs 2018 : Toronto (1) – Washington (8)

Les Raptors n’attendaient plus que ça. En progression globale depuis quatre ans et le cycle DeMar DeRozan, Toronto a atteint son but : trouver du jeu collectif et grimper au sommet de l’Est. Avec 59 victoires en saison régulière, le record historique de la franchise, les Canadiens ne peuvent plus se cacher et sont attendus pour aller loin dans ces playoffs et retrouver, a minima, la finale de conférence comme il y a deux ans. L’affiche de leur premier tour n’a pourtant rien d’un cadeau.

Washington est en effet une tête de série numéro 8 en trompe-l’œil, décevant cette saison mais au potentiel bien supérieur à sa place dans la hiérarchie, le même groupe ayant presque atteint les finales de conférence l’an passé. Surtout avec le retour juste avant les phases finales de John Wall. Sur le papier, cette opposition a tout du piège pour les Dinosaures.

MENEURS

Deux All-Stars et une opposition de style totale, la guerre du poste 1 s’annonce rude. Entre le Raptor complet et le Wizard slasher, chacun a ses armes mais difficile de sortir un vainqueur net de ce duel.

D’autant que défensivement, les deux joueurs ont, s’ils s’en donnent les moyens, les capacités de gêner leur adversaire. Mais Wall comme Kyle Lowry ont une petite revanche à prendre sur une régulière correcte mais en régression par rapport à leur production ces dernières années. Le joueur de Toronto doit aussi faire oublier des playoffs 2017 manqués et n’a pas vraiment brillé contre Washington cette saison (12.8 pts à 41.9% en quatre matches).

Egalité

EXTERIEURS

Mêmes causes, mêmes conséquences ? Comme pour le poste 1, la matchup à l’arrière promet entre DeMar DeRozan et Bradley Beal. Les deux joueurs ont livré une très belle saison, des saisons de All-Star. C’est à eux que reviendra la responsabilité de tenir la marque, et de leur bonne tenue dépend en grande partie le devenir de leur équipe. Le Wizard s’est montré brillant contre Toronto en saison régulière avec près de 29 points de moyenne, à 50% de loin.

Les deux joueurs devraient toutefois s’éviter directement et faire face au poste 3 adverse, à savoir OG Anunoby et Otto Porter Jr. Ce dernier pourrait être le facteur X de la série tant le Wizard semble le seul à se détacher clairement dans sa confrontation directe. À l’ancien de Georgetown de prouver son gros contrat et de faire la différence des deux côtés du parquet.

Avantage : Washington

INTERIEURS

Attention, poètes s’abstenir. Serge Ibaka – Jonas Valanciunas contre Markieff Morris – Marcin Gortat, on est plus proche de Metallica que de Chopin. À l’intérieur, les deux raquettes auront pour mission principale d’éviter les paniers faciles adverses et si possible de mettre quelques points. Dans ce registre, la paire de Raptors est plus responsabilisée, au point de marquer chacun autant de paniers par match que Kyle Lowry (oui, oui).

Attention toutefois, les Wizards pourraient utiliser Otto Porter Jr par séquences au poste 4 pour jouer petit, la solution pour laquelle avait opté Toronto durant les derniers playoffs.

Avantage : Toronto

LES BANCS

Même si en playoffs, les rotations se resserrent, les Raptors tiennent là une véritable force, et ce, contre tous les adversaires de la ligue. Le numéro un de l’Est possède certainement le banc le plus efficace de la ligue cette saison, le meilleur en tout cas (et de loin) pour garder voire accentuer l’avance laissée par le cinq majeur. Avec 11 joueurs à 15 minutes de jeu minimum, Toronto ne manque pas de ressources. Les Wizards ne peuvent en dire autant. Kelly Oubre Jr face à C.J. Miles, voire Tomas Satoransky face au duo Delon Wright – Fred VanVleet (toutefois incertain pour le match 1) auront fort à faire.

Sous les panneaux, Pascal Siakam et Jakob Poeltl partent avec un avantage sur le duo Smith-Mahinmi. Le Camerounais et l’Autrichien pourraient parfaitement suppléer sur des séquences plus longues le tandem Ibaka-Valanciunas.

Avantage : Toronto

LES COACHES

Dans un monde idéal, Dwane Casey n’aurait pas face à lui les Brad Stevens, Mike D’Antoni, Quin Snyder, Brett Brown et compagnie et serait un des favoris pour le titre de coach de l’année. Souvent critiqué ces dernières saisons pour ses limites à faire passer un cap à son équipe, le technicien réussit jusque-là une superbe saison. Il a adapté son style de jeu à la NBA actuelle, plus rapide et axée sur le tir extérieur tout en faisant de son banc, pourtant pas le plus clinquant sur le papier, une référence. Scott Brooks a pour lui d’avoir connu des parcours plus longs en playoffs avec OKC. Mais il n’a pas convaincu cette saison par le jeu pratiqué par son effectif et s’en est lui-même agacé il y a quelques jours.

Avantage : Toronto

LA CLÉ DE LA SÉRIE

Le mental. Ces dernières années, Toronto a souvent eu du mal à assumer son statut une fois les playoffs débutés. Ses difficultés contre Milwaukee au premier tour la saison passée (victoire 4-2 après avoir été mené 1-2) avant un sweep retentissant contre Cleveland l’ont encore rappelé. Cette saison, les Raptors semblent plus sûrs de leur fait, plus convaincus qu’une bonne saison régulière ne suffit pas. En face, les Wizards ont manqué de régularité toute la saison mais leur talent et surtout leur caractère peuvent les transcender. Ce groupe n’est jamais aussi fort que lorsqu’il est dos au mur, dans un statut d’outsider. Les Canadiens devront répondre au défi.

SAISON REGULIERE

Egalité 2-2

5 novembre : Toronto – Washington : 96-107
19 novembre : Toronto – Washington : 100-91
1er février : Washington – Toronto : 122-119
2 mars : Washington – Toronto : 95-102

VERDICT

Le bilan en saison régulière montre que ce ne sera pas simple, mais Toronto semble assez solide pour l’emporter. Plus complets, plus armés pour les playoffs, tout simplement plus forts, les Raptors sont un cran au-dessus. La (fin de) saison décevante des Wizards ne les fait d’ailleurs pas arriver en playoffs dans les meilleures dispositions. Et on les voit mal aller chercher un match au Air Canada Centre, forteresse quasi imprenable cette saison (34-7, meilleur bilan ex aequo avec les Rockets). Les écarts ne seront peut-être pas monstrueux, mais les Dinosaures ont notre faveur avec une victoire à Washington pour conclure l’affaire au Game 6.

Toronto 4-2

CALENDRIER

Game 1 : à Toronto, samedi 14 avril (à 23h30)
Game 2 : à Toronto, mardi 17 avril (à 1h00)
Game 3 : à Washington, vendredi 20 avril (à 2h00)
Game 4 : à Washington, dimanche 22 avril (à 00h00)
Game 5 : à Toronto, mercredi 25 avril (à déterminer)*
Game 6 : à Washington, vendredi 27 avril (à déterminer)*
Game 7 : à Toronto, dimanche 29 avril (à déterminer)*


Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *