Mondial
2019
Mondial
2019
FRA67
AUS59
ARG75
ESP95
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Il y a 10 ans, Derrick Rose donnait le ton d’une incroyable série entre les Celtics et les Bulls

Le 18 avril 2009, Derrick Rose disputait son premier match de playoffs et entrait directement dans l’histoire en plantant 36 points. Le premier coup d’éclat d’une série d’exception entre les Celtics et les Bulls.

Déjà à l’époque, la question était posée : le premier tour entre Boston et Chicago de 2009 est-il le plus beau de l’histoire des playoffs ?

Dix ans plus tard, la réponse n’est toujours pas tranchée tant on a vécu d’autres séries épiques, mais une certitude demeure : cette série était inoubliable.

Pendant deux semaines et sept matchs, les champions en titre de Boston ont été bousculés par des jeunes Bulls affamés. Kevin Garnett absent durant toute la série, chaque joueur de Boston a dû élever son niveau de jeu pour répondre à des Derrick Rose, Ben Gordon et Joakim Noah en feu.

Dès le premier match, la série avait basculé dans l’histoire. Ce 18 avril 2009, le rookie de l’année Derrick Rose était venu au TD Garden pour inscrire 36 points (plus 11 passes) et égaler le record de points du premier match de playoffs d’un rookie, qui appartenait jusque-là à Kareem Abdul-Jabbar. Le meneur actuel des Wolves avait preuve d’un sang-froid incroyable pour marquer deux lancers-francs décisifs à 22 secondes de la fin.

Tellement à retenir

Ensuite ? C’est une vague d’images et de performances où chacun fait son miel entre les émotions, la dramaturgie, les shoots décisifs, les chiffres et les records qui tombent.

Dans le Game 2, Ray Allen envoie un missile à 3-pts sur la tête de Joakim Noah, quand c’est Ben Gordon qui réussit un magnifique shoot primé dans la première prolongation du Game 4. Comment oublier les 51 points de Ray Allen dans le Game 6 ? Ou le dunk de Joakim Noah sur Paul Pierce dans ce même match, au bout d’une course de 25 mètres, à 35 secondes du terme de la 3e prolongation ? Enfin, rappelons les énormes statistiques de Rajon Rondo : 19.4 points, 11.6 passes, 9.3 rebonds de moyenne.

Durant sept rencontres, les deux équipes vont accumuler sept prolongations, un record absolu dans l’histoire des playoffs, toutes séries confondues. Si les surprises du premier tour comme les qualifications des Nuggets en 1994, des Knicks en 1999, des Warriors en 2007 ou encore des Grizzlies en 2011 etu des Sixers en 2012, tous 8e de leur conférence, marquent toujours plus les esprits, ce premier tour demeure un souvenir fabuleux et une série comme on en voit peu dans une vie. Et c’est Derrick Rose, MVP en 2011, qui l’avait donc illuminé lors du premier match.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boston Celtics en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés