Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

[preview 2015/16] Numéro 25 : New York Knicks

Bonne nouvelle pour les Knicks, et leurs fans, il sera difficile de faire pire que la saison passée : 17 victoires pour 65 défaites. La pire saison de leur histoire pour la première année avec Phil Jackson au pouvoir. Autre bonne nouvelle : Carmelo Anthony a un genou tout neuf, et il sera mieux entouré que la saison passée.Depuis le 26 septembre, Basket USA se jette à l’eau en vous proposant ses traditionnelles previews pour la saison régulière. Comme chaque année, on effectue un compte à rebours, de la 30e à la 1ère place, et il s’agit d’une synthèse globale des choix de la rédaction. Comme chaque année, on ne fera pas l’unanimité mais comme chaque année, on en prend le risque. Après les Sixers, les Nuggets, les Blazers, le Magic, et les Timberwolves, on s’attaque aux Knicks.

ÉTAT DES LIEUX

Bonne nouvelle pour les Knicks, et leurs fans, il sera difficile de faire pire que la saison passée : 17 victoires pour 65 défaites. La pire saison de leur histoire pour la première année avec Phil Jackson au pouvoir. Autre bonne nouvelle : Carmelo Anthony a un genou tout neuf et il sera mieux entouré que la saison passée. L’équipe avait terminé la saison avec un cinq proche de la D-League, mais cette fois-ci, Phil Jackson est parvenu à recruter de bons joueurs. Pas de superstar puisque New York n’attire plus, mais des joueurs d’expérience et de qualité comme Robin Lopez, Arron Afflalo et Derrick Williams, mais aussi Kyle O’Quinn et Kevin Séraphin sous les panneaux. Ils ont tous au moins 4 ans de NBA dans les pattes, et certains ont même l’expérience des playoffs.

Sans oublier l’attraction numéro 1 : Kristaps Porzingis. Le rookie Letton, formé à Séville, semble avoir la tête bien faite et les épaules assez solides pour gérer la pression de « Big Apple ». Le gamin impressionne tout son monde depuis les summer leagues, et même s’il ne sera pas grillé, c’est lui l’avenir de la franchise au poste 4.

Le cinq est plus riche que l’an passé, plus emballant aussi, mais le banc inquiète sérieusement, notamment sur les extérieurs. Ce sera sans doute trop court pour aller en playoffs. Le poste de meneur de jeu n’est pas un gage de sécurité et l’apprentissage du jeu en triangle demeure un vrai problème avec autant de recrues.

ARRIVÉES

Kristaps Porzingis (Draft), Jerian Grant (Draft), Robin Lopez (Blazers), Arron Afflalo (Blazers), Derrick Williams (Kings), Kevin Séraphin (Wizards)

DÉPARTS

Tim Hardaway Jr (Hawks), Shane Larkin (Nets), Jason Smith (Magic), Cole Aldrich (Clippers), Andrea Bargnani (Nets), Alexey Shved

LE CINQ DU DÉBUT DE SAISON

cinq-majeur-knicks

LE BANC

Kristaps Porzingis, Jerian Grant, Langston Galloway, Kevin Séraphin, Sasha Vujacic, Kyle O’Quinn, Cleanthony Early, Lou Amundson.

LE JOUEUR À SUIVRE

Kristaps Porzingis

On l’aime bien, le Letton et son physique incroyable. Près de 2m20 alors qu’il joue 4. C’est le prochain Ralph Sampson, ou le Dirk Nowitzki de la prochaine décennie. Si tout va bien… Car pour l’instant, ce n’est qu’un prospect et une grosse prise de risque de la part de Phil Jackson. Mais l’ancien de Séville a de très bonnes mains, il est mobile, et son intelligence de jeu semble au-dessus de la moyenne. Des qualités qui devraient lui permettre de ne pas griller les étapes, et de progresser à son rythme. On peut s’attendre à ce qu’il joue 15-20 minutes en début de saison, et que son temps de jeu augmente au fil des mois. On peut aussi s’attendre à ce qu’il souffre face à des intérieurs plus costauds et plus expérimentés. Mais sur ce qu’on a vu en summer league, il a du culot et il apprend vite.

Pour rappel, à 20 ans, Dirk Nowitzki qui débarquait d’Allemagne avait tourné à 8 points et 4 rebonds de moyenne lors de son année rookie. De telles stats feront sans doute le bonheur de Porzingis.

MASSE SALARIALE

74 millions de dollars (14e sur 30)

MOYENNE D’ÂGE

27.9 ans

Si tout va bienAvec un Jose Calderon enfin à 100% et une meilleure assise sous les panneaux, le jeu en triangle fonctionne enfin, et ça change tout. Carmelo Anthony, comme Michael Jordan et Kobe Bryant autrefois, n’a plus besoin de forcer le un-contre-un puisqu’il trouve des positions de tir faciles. Mieux, il retrouve un vrai poste d’ailier, et il n’en est que plus dangereux. À ses côtés, Arron Afflalo et Robin Lopez s’avèrent être des très bonnes pioches, et ils permettent à l’équipe de franchir un cap en défense. Résultat, l’équipe se fait respecter à domicile et se mêle à la course aux playoffs…

stvmDerek Fisher a beau être pédagogue, le jeu en triangle ne prend toujours pas. À l’aise uniquement sur jeu rapide, Derrick Williams joue à l’envers, et ça oblige le coach à décaler Anthony au poste 4. La star des Knicks donne tout ce qu’il a en attaque mais il souffre en défense. Sous les panneaux justement, il manque un intérieur capable d’apporter 15-20 points de manière régulière. Robin Lopez n’a plus LaMarcus Aldridge à ses côtés et il montre ses limites. À la mène, Jose Calderon souffre du poids des ans, et l’explosif Jerian Grant n’a pas encore la carrure d’un meneur titulaire. Quant au banc, c’est l’un des plus faibles de la ligue, avec l’absence notoire d’un vrai joker.

PRONOSTIC

4e de la division Atlantic / 13e de la conférence Est

[poll id= »301″]

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

New York Knicks en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés