NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
SAS119
UTH111
MEM121
OKC92
BRO119
SAC106
PHI77
ORL79
NOR18
WAS23
TOR
BOS3:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • TOR1.84BOS2.05Pariez
  • POR2.48LA 1.57Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La tragique histoire de Kimani Ffriend, le basketteur jamaïcain prisonnier en Serbie

BuW-KcCIUAAVoi6

Vous l’avez peut-être vu passer si vous avez suivi le tournoi qui regroupait récemment les équipes d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud à Tepic, au Mexique. L’image est forte. Elle figure tous les membres de l’équipe jamaïcaine qui posent avec deux initiales écrites sur des bouts de papier : KF pour Kimani Ffriend.

Avec un nom pareil et un tel soutien, le garçon semble déjà sympathique. Mais son histoire l’est beaucoup moins depuis la nuit tragique du 2 au 3 novembre 2012.

Un globe-trotter du basket…

Journeyman du basket international passé successivement par le Vénézuéla, la Russie, la Chine, Porto Rico, la Serbie, l’Israël, l’Italie, la Turquie, la Corée du Sud, l’Allemagne, la France, Chypre, l’Iran et l’Espagne, Kimani Ffriend (capitaine traditionnel de sa sélection) est sur le point de décoller pour Valladolid pour parapher un nouveau contrat.

Après une pige infructueuse de quelques matchs dans le club de Metalac, Ffriend attend impatiemment son nouveau passeport serbe qui doit lui parvenir le lundi suivant pour rallier l’Espagne avec un nouveau statut de naturalisé… et pourquoi pas, par la suite, tenter de rallier la NBA, son rêve ultime malgré un âge avancé (35 ans).

Plus jeune, à sa sortie de l’Université de Nebraska, Kimani a flirté avec la Grande Ligue américaine, en contact avancé avec le Heat de Miami notamment (tout près de son île natale donc), mais le pivot défensif n’a jamais réussi à percer. Quelques essais en D-League ne suffiront pas non plus…

En cette soirée de novembre à Belgrade, la NBA est encore loin.

… malheureusement mêlé à un tragique accident !

Au volant de sa voiture, Ffriend fait attention à ses moindres faits et gestes. Il faut dire qu’il est plus de 4h du matin et la pluie s’abat violemment sur le centre ville. Le géant de 2m11 sait aussi qu’avec les quelques cocktails qu’il a déjà avalés, il doit être d’autant plus précautionneux.

Et puis à un carrefour mal éclairé, le film s’accélère. Et la tragédie prend le dessus.

Après avoir raté un stop, Ffriend n’aperçoit pas une jeune femme qui traverse sous la pluie battante pour se rendre à la boulangerie du coin. La piétonne bascule sur le capot puis s’écrase sur le tarmac de la rue après l’impact.

Immédiatement, le géant jamaïcain s’arrête et va voir ce qui s’est passé. Dans la nuit noire et humide, il n’a rien compris… ou presque.

« Il se souvient que leurs regards se sont croisés pendant une fraction de seconde, pour un bref instant, et après elle a disparu. Comme une apparition. »

Le coeur de la jeune femme, Nevena Dragutinovic, ne bat plus.

Dans l’attente d’un verdict depuis deux ans…

Dans son article fleuve, rondement mené et stylistiquement exquis, Flinder Boyd raconte comment Ffriend (à qui il a rendu visite à Belgrade) a été mêlé à ce meurtre évidemment involontaire au coeur de l’hiver 2012. Et surtout, comment Ffriend est encore tenu captif en Serbie après le double report de son jugement.

Fiancée à une star serbe de la chanson, Neven Zivancevic, la jeune femme (qui était aussi alcoolisée au moment des faits) fera l’objet d’un battage médiatique assez rocambolesque. Et la peine de son amant donnera naissance à une chanson du groupe In Vivo, dans lequel il se produit, n’arrangeant pas la position de ce grand basketteur jamaïcain, sous l’influence de l’alcool au moment de l’accident. 

Passé par le Paris-Levallois en 2007-08 (15,5 d’évaluation de moyenne sur les 13 matchs), Ffriend a fréquenté les prisons les plus malfamées de Serbie, au contact de violeurs, d’assassins, de criminels de guerres… ou encore d’un PDG en détresse et d’un DJ qui a extorqué ses auditeurs… Seul noir de la prison, Ffriend a depuis été assigné à résidence où il a pu (au moins) retrouver un peu de dignité.

Mais le verdict tarde encore à tomber. Le juge serbe en charge de son cas n’a toujours pas tranché et que ce soit pour le camp de Nevena Dragutinovic (et notamment sa soeur jumelle, Jovana et son fiancé, Neven) que pour le camp de Kimani, l’attente n’a que trop duré…

LE COMPTE TWITTER AU SOUTIEN DE KIMANI FFRIEND

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés