Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Le 18 juin 1985, les Hawks draftent Arvydas Sabonis… pour rien

Dans l’anonymat, la franchise d’Atlanta mise sur un pivot soviétique. Malheureusement pour les Hawks, Arvydas Sabonis était trop jeune pour être drafté. Il le sera une nouvelle fois, en 1986, cette fois par les Blazers. Une décennie et des blessures plus tard, la NBA découvrira le phénomène.

La Draft 1985, organisée le 18 juin, est restée célèbre pour sa théorie du complot autour de l’arrivée de Patrick Ewing à New York. Avec également Karl Malone, Chris Mullin, Joe Dumars, Charles Oakley ou encore Terry Porter, cette cuvée 1985 fut de grande qualité.

Puis, en 77e position, ce qui était alors le quatrième tour, on retrouve le nom d’Arvydas Sabonis, un pivot soviétique de 20 ans. C’était alors le choix d’Atlanta.

Pourquoi la franchise de Géorgie a-t-elle misé sur un joueur européen ? Car Arvydas Sabonis a déjà fait parler de lui aux États-Unis. En 1982, lors d’une tournée américaine et à seulement 17 ans, il avait dominé Ralph Sampson, qui deviendra l’année suivante le premier choix de la Draft. Les coaches présents avaient été soufflés.

Arvydas Sabonis est alors un mélange de taille (2m21), de finesse technique, de puissance, de vitesse. Il a remporté l’Eurobasket en 1985 et s’est imposé comme le meilleur joueur du tournoi avec 20.1 points de moyenne.

Drafté deux fois de suite, avec plus 50 places gagnées d’une année sur l’autre

Mais les Hawks ne profiteront jamais des talents du futur Lituanien. En effet, trop jeune ce 18 juin 1985, Arvydas Sabonis ne peut être drafté. Le choix d’Atlanta est donc annulé par la ligue.

Voilà pourquoi le 17 juin 1986, en 24e position de la Draft (devant Dennis Rodman, Nate McMillan et Drazen Petrovic), les Blazers choisissent… Arvydas Sabonis. Cette fois-ci, ce ne sont pas des questions d’âge qui empêchent le pivot de rejoindre la NBA mais des soucis géopolitiques. La guerre froide bloque son arrivée.

La même année, il est impressionnant lors de la Coupe du monde disputée en Espagne et il se rompt une première fois le tendon d’Achille. Il passe une partie de sa rééducation à Portland, avec les médecins de la franchise.

Ce n’est qu’en 1995, n’ayant plus « rien à prouver » en Europe comme il l’affirme, qu’il enfile enfin un maillot NBA. Ses saisons seront solides, mais plombé par les blessures et les années, Arvydas Sabonis, 30 ans passés, n’aura jamais montré, sur les parquets américains, le maximum de son immense potentiel aperçu dans les années 1980 du côté de l’URSS puis en Espagne.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Atlanta Hawks en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés