Summer
league
Summer
league
MIA
OKC0:00
HOU
DET0:30
MEM
DAL2:00
PHI
POR2:30
SAC
UTH4:00
LAL
BOS4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Jrue Holiday : « Plus jeune, je criais sur tout le monde »

NBA Finals – Jrue Holiday, champion en 2021 avec Milwaukee, dispute sa deuxième finale NBA et c’est un mentor pour ses coéquipiers.

jrue holiday

Alors que les Celtics sont à trois victoires d’un titre de champion NBA, seul un joueur de leur effectif possède déjà une bague : Jrue Holiday.

Du haut de ses 14 saisons en NBA, Holiday est l’un des joueurs les plus expérimentés du vestiaire de Boston. Même si Jayson Tatum, Jaylen Brown, ou Derrick White ont déjà goûté à une finale NBA, Jrue Holiday fait office de sage et guide dans le vestiaire. C’est l’une des raisons pour laquelle Brad Stevens est allé le chercher à Portland juste avant le début de saison.

Au-delà de ses (immenses) qualités défensives, Holiday est le relais de Joe Mazzulla sur le terrain. C’est lui qui va mettre le ballon sous le bras quand il le faut pour calmer ses coéquipiers, c’est lui qui va sacrifier son jeu offensif pour le bien du collectif. On l’a vu faire toute la saison et encore davantage lors de la finale de conférence contre Indiana.

Canaliser cette énergie

Jrue Holiday n’a pourtant pas toujours été cette force tranquille et ce coéquipier modèle dont tout le monde parle aujourd’hui, bien au contraire.

« Quand j’étais au lycée, j’étais un peu fou fou. Plus jeune, je pensais être le meilleur et je criais sur tout le monde. Mes coéquipiers, les arbitres, des gens dans les gradins… je manquais de respect à beaucoup de gens, » raconte-t-il. « Et ce sont mes parents qui m’ont aidé à changer mes mauvaises habitudes. Ils m’ont beaucoup réprimandé et ça m’a aidé à grandir et gagner en maturité. » 

Ce que ses parents lui ont fait comprendre, ce qu’on ne peut pas, dans le sport, se comporter comme ça. « Ils ont du me faire comprendre que je ne pouvais pas traiter les gens de la sorte même dans le cadre d’une compétition. Et c’est quelque chose que j’ai mis du temps à comprendre mais ça a fini par rentrer dans mon esprit. Par la suite, j’ai essayé de canaliser cette énergie en essayant de détruire mes adversaires à travers mon travail et en m’efforçant de montrer l’exemple. »

Cela lui a pas mal réussi avec un palmarès exceptionnel et un compte en banque bien garni : un titre de champion NBA, une médaille d’or olympique, deux sélections All-Star, six sélections dans les All-NBA Defensive Teams et… 254 millions de dollars de gains en carrière. Et il vient de signer un nouveau contrat de 134 millions de dollars !

Propos recueillis à Boston.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →