Summer
league
Summer
league
CHI
MIL22:30
NYK
CHA23:00
BOS
MIA0:30
PHI
DET1:00
TOR
OKC2:30
POR
SAS3:00
DAL
UTH4:30
GSW
PHO5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2024 | Devin Carter déjà bien imprégné de la « Heat Culture »

Draft 2024 – Fils de Anthony Carter, joueur puis assistant au Miami Heat, Devin Carter pourrait être un choix possible pour Pat Riley.

Devin CarterCela pourrait être la suite logique : voir Devin Carter être drafté par le Heat. Fils du meneur remplaçant des années 2000, Anthony Carter, il est annoncé entre la 11e et la 20e place selon les « Mock Draft ».

Cela tombe bien puisque le Heat choisira à la 15e place et il s’agit typiquement du genre de joueur compatible avec Miami. Élu joueur de l’année de la conférence Big East, Devin Carter est un meneur/arrière ayant montré sa capacité à défendre et à shooter du côté de Providence.

Surtout, le « combo guard » connait bien la maison puisque son père a joué quatre ans à Miami (même si ça aurait pu être cinq, à un oubli près), puis y a été assistant entre 2018 et 2023.

« Sans le Heat, je n’aurais pas tenu 13 ans en NBA », admet son père, Anthony Carter. « Ils m’ont appris à travailler dur et à jouer en défense, et je pense que Devin conviendrait parfaitement à la culture du Heat. »

Un joueur déjà mature

Après avoir passé trois saisons en NCAA, Devin Carter est prêt à franchir le pas pour entrer en NBA. Il sera typiquement le joueur de rotation utile dès son arrivée en NBA avec ses qualités et surtout sa mentalité.

« Je pense qu’être avec des pros toute ma vie, voir comment ils travaillent, être dans les vestiaires quand j’étais enfant, me promener, les checker, tout ça. Cela m’a beaucoup aidé à mûrir tôt », affirme Devin Carter. « Beaucoup de gens qui entrent à l’université sont encore techniquement au lycée. Ce sont de jeunes enfants. Je pense que je suis arrivé à l’université avec le bon état d’esprit. »

Devin Carter est mature, et il a terminé la saison en tant que meilleur marqueur de sa conférence avec 19.7 points par match, et un désormais correct 37% de loin. Mais il met aussi l’accent sur d’autres secteurs, avec ses 8.7 rebonds, ou sa 4e place de la conférence aux interceptions (1.8 de moyenne).

« Je pense que la défense est ce qui vous amène sur le terrain, que vous réussissiez des tirs ou non », explique-t-il ainsi. « Vous pouvez rater tous les tirs, mais si vous défendez, vous serez sur le terrain. Je suis fier de défendre. Je n’aime surtout pas que le joueur que je défends marque. »

Un discours qui a évidemment de quoi séduire le Heat et Pat Riley…

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →