Summer
league
Summer
league
MIA
OKC0:00
HOU
DET0:30
MEM
DAL2:00
PHI
POR2:30
SAC
UTH4:00
LAL
BOS4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Victor Wembanyama, un exemple à suivre dans sa gestion des réseaux sociaux

NBA – Suivi par des millions de personnes sur les réseaux sociaux, Victor Wembanyama ne lit jamais ce qu’on dit de lui, en bien ou en mal. Gregg Popovich aimerait que ses coéquipiers l’imitent, et les Spurs ont même engagé des conseillers.

victor wembanyama

Alors que les Spurs vivent la pire saison de l’histoire de la franchise, Gregg Popovich supplie ses joueurs de ne pas lire les réactions sur les réseaux sociaux. Mais à l’image de Victor Wembanyama (20 ans), son jeune effectif est né avec Facebook et Twitter. Dès le match terminé, certains Spurs prennent leur smartphone pour lire les commentaires des internautes.

« Ils n’ont pas à vivre à chaque instant en se demandant ce que n’importe qui dit, en bien ou en mal », soutient le coach des Spurs. « Les gens n’ont pas à savoir quand ils vont aux toilettes, quand ils mangent ou quand ils lavent leur voiture. Cela ne devrait pas affecter leur vie du tout. »

Mais cette recommandation a du mal à passer, et Coach Pop’ et ses dirigeants ont demandé l’aide de spécialistes pour convaincre les joueurs de lâcher les réseaux sociaux. « Les joueurs plus âgés, comme LeBron James par exemple, y sont probablement désensibilisés », explique Julie Wiernik, psychologue sportive à San Antonio. « Mais la jeune génération se préoccupe de ce que les gens pensent d’elle et cela peut perturber son équilibre. Il faut limiter les distractions et, franchement, les médias sociaux sont devenus une distraction majeure. »

La recette de « Wemby » : effacer les applis, puis les réinstaller si besoin

Chez les Spurs, un jeune, et même le plus jeune des joueurs, ne tombe pas dans ce piège. Il s’agit de Victor Wembanyama. Pendant très longtemps, le Français est resté éloigné des réseaux sociaux, et même s’il cumule des millions de followers, il n’est pas « esclave » de X, Instagram et du reste, pour reprendre le terme employé par Popovich.

« J’éteins mon téléphone, et la plupart du temps, ces applis ne sont même pas installés » explique « Wemby ». « Je les efface pendant des joueurs, des semaines, ou des mois parfois. Et quand je veux regarder quelque chose, je les télécharge à nouveau. »

En fait, le pivot des Spurs assure qu’il utilise les réseaux sociaux pour rester en contact avec ses amis et ses proches. C’est tout. « C’est quelque chose qui ne m’a jamais préoccupé » ajoute-t-il.

Mieux utiliser son temps libre

Pour Rick Carlisle, c’est la meilleure attitude possible, et comme tous ses collègues, il aimerait que ses joueurs en fassent de même. Tout du moins, qu’ils n’aient pas ce réflexe d’aller lire les commentaires sur les réseaux. « Quand on ne les voit pas, cela n’affecte pas d’une manière ou d’une autre », résume le coach des Pacers.

Quant à Coach Pop’, il espère que ses joueurs seront sensibles aux conseils des spécialistes venus au club. « Je ne suis pas les joueurs toute la journée et toute la nuit pour voir combien de minutes ils passent sur leur téléphone. Mais nous avons fait appel à des personnes pour leur en parler, afin qu’ils comprennent qu’il existe des moyens d’utiliser leur temps de manière beaucoup plus efficace et significative. On espère qu’ils y prêtent attention. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités