Summer
league
Summer
league
SAC87
PHO77
WAS91
MIL79
CLE73
IND74
ATL22
NYK24
LAL
CHI1:00
DEN
NOR3:00
DAL
OKC5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le MVP de la nuit | D’Angelo Russell, la renaissance d’un « tueur »

NBA – LeBron James absent et Anthony Davis limité, D’Angelo Russell a pris les choses en main face aux Bucks.

D'Angelo Russell

En cette entame de quatrième quart-temps, le public de la Crypto.com Arena a de quoi être anxieux. Les Lakers mènent certes encore de six points devant les Bucks. Mais cette avance va-t-elle tenir les 12 minutes restantes alors que les ressources offensives commencent à s’épuiser ?

LeBron James ? En civil sur le banc. Rui Hachimura ? Très maladroit malgré de bonnes positions. Spencer Dinwiddie ? Un non facteur. Anthony Davis, surtout ? Touché à l’épaule gauche quelques minutes plus tôt, il ne joue plus qu’avec un bras… Alors qui, pour alimenter la marque côté Californiens ? Réponse : D’Angelo Russell.

Époustouflant d’adresse tout au long de la soirée, le meneur des Lakers, auteur de quelques bijoux à la passe (un « back door » vers Cam Reddish, une passe laser vers Jaxson Hayes…), est rentré dans une autre dimension dans le dernier quart-temps.

Un premier panier lointain pour punir la zone adverse, un « step-back » devant Pat Connaughton, une feinte devant l’autre Pat, Beverley, toujours à 3-points, un « floater » après avoir dépassé Damian Lillard… « Il a pris le contrôle du match pour nous. J’étais limité, je ne pouvais pas vraiment lever mon épaule donc, j’ai essayé d’être un leurre en posant les écrans », résume Anthony Davis dont le coéquipier a profité de sa taille pour se créer des espaces dans la défense des Bucks.

Des pourcentages démentiels

Auteur de son 9e panier primé de la soirée à une minute de la fin, pour ramener son équipe à deux points, D’Angelo Russell a terminé sa soirée près du cercle. Il a débordé Malik Beasley puis terminé en 2+1 alors que Damian Lillard tentait de provoquer une faute offensive. Le même Lillard qu’il a repoussé sur la dernière possession, profitant d’un flottement sur la couverture du « pick-and-roll » avec Brook Lopez, pour marquer le tir de la gagne à six secondes de la fin.

« D-Lo a pris les choses en main et nous a permis de remporter le match, et bien sûr avec Spencer en défense sur la dernière possession. En voyant D-Lo prendre le contrôle du match, je n’arrêtais pas de lui dire pendant les temps-morts de nous ramener chez nous », rapporte Austin Reaves.

Son meneur l’a écouté et inscrit 21 des 27 points de leur équipe dans le dernier quart-temps, pour finir avec son record personnel cette saison : 44 points (17/25 aux tirs dont 9/12 de loin !), 9 passes, 6 rebonds et 50 d’évaluation ! Une performance qui vient confirmer sa dynamique actuelle. Depuis son gros coup de mou du mois de décembre (10 points à 41%), l’ancien joueur des Wolves enchaîne les mois à plus de 20 points de moyenne, avec de très bons pourcentages.

Depuis le All-Star Game, D’Angelo Russell tourne par exemple à 22 points pour 50% aux tirs, dont 45.5% derrière l’arc. Son bref passage sur le banc en décembre ou les rumeurs de transfert qui ont agité sa saison sont autant d’histoires anciennes.

Une « humiliation publique »

« Lui et moi avons discuté, et je ne rentrerai pas dans les détails à ce sujet. Je ne vais pas dire que c’est malheureux, mais c’est la réalité de notre business. Son nom a été mentionné parce qu’il a de la valeur et les autres équipes le voient. C’est un All-Star, et on entend toutes ces choses nées de sources secrètes. Mais on ne l’a pas prolongé pour rien. On veut qu’il fasse partie intégrante de ce groupe qu’on a fait revenir », note Darvin Ham.

Son coach se rappelle notamment de sa sortie à 39 points sur le parquet du Jazz, le 13 janvier, qui a eu l’effet d’un déclic. « Il a eu l’opportunité de revenir dans le cinq, il n’a pas regardé en arrière depuis. Il a été incroyable. » Et visiblement touché dans son égo.

Lui, qui assure n’avoir pas été particulièrement motivé par son duel avec Damian Lillard ce soir, le formule ainsi : « En dehors du terrain, vous savez tous ce que j’ai vécu. L’humiliation publique n’a eu d’autre effet que de me transformer en le tueur que vous voyez aujourd’hui. Je ne manque jamais de confiance. Je ne crains jamais la confrontation. » Les Bucks l’ont compris.

D'Angelo Russell Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2015-16 LAL 80 28 41.0 35.1 73.7 0.6 2.8 3.4 3.3 1.8 1.2 2.5 0.2 13.2
2016-17 LAL 63 29 40.5 35.2 78.2 0.5 3.0 3.5 4.8 2.1 1.4 2.8 0.3 15.6
2017-18 BRK 48 26 41.4 32.4 74.0 0.6 3.3 3.9 5.2 1.9 0.8 3.1 0.4 15.5
2018-19 BRK 81 30 43.4 36.9 78.0 0.7 3.2 3.9 7.0 1.7 1.2 3.1 0.3 21.1
2019-20 * All Teams 45 32 42.6 36.7 80.9 0.4 3.6 3.9 6.3 1.9 1.1 3.3 0.3 23.1
2019-20 * GOS 33 32 43.0 37.4 78.5 0.4 3.3 3.7 6.2 1.9 0.9 3.1 0.3 23.6
2019-20 * MIN 12 33 41.2 34.5 87.3 0.3 4.3 4.6 6.6 1.8 1.4 3.8 0.3 21.7
2020-21 MIN 42 29 43.1 38.7 76.5 0.4 2.3 2.6 5.8 1.6 1.1 2.7 0.4 19.0
2021-22 MIN 65 32 41.1 34.0 82.5 0.4 2.9 3.3 7.1 2.0 1.0 2.5 0.3 18.1
2022-23 * All Teams 71 33 46.9 39.6 82.9 0.5 2.5 3.0 6.2 2.0 1.0 2.6 0.4 17.8
2022-23 * MIN 54 33 46.5 39.1 85.6 0.5 2.5 3.1 6.2 2.2 1.1 2.7 0.4 17.9
2022-23 * LAL 17 31 48.4 41.4 73.5 0.4 2.5 2.9 6.1 1.4 0.6 2.3 0.5 17.4
2023-24 LAL 76 33 45.6 41.5 82.8 0.4 2.7 3.1 6.3 2.1 0.9 2.1 0.5 18.0
Total   571 30 43.0 36.9 79.2 0.5 2.9 3.4 5.8 1.9 1.1 2.7 0.3 17.8

Comment lire les stats ? MJ = matches joués ; Min = Minutes ; Tirs = Tirs réussis / Tirs tentés ; 3pts = 3-points / 3-points tentés ; LF = lancers-francs réussis / lancers-francs tentés ; Off = rebond offensif ; Def= rebond défensif ; Tot = Total des rebonds ; Pd = passes décisives ; Fte : Fautes personnelles ; Int = Interceptions ; Bp = Balles perdues ; Ct : Contres ; Pts = Points.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités