Summer
league
Summer
league
MIA120
MEM118
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Une semaine en NCAA | Illinois renverse Texas en prolongation !

NCAA – Grâce à un « money-time » renversant et une prolongation maitrisée, Illinois a marqué les esprits en s’offrant Texas au Madison Square Garden !

C’était la plus belle affiche de la semaine : un duel entre deux équipes classées au Top 25 de l’Associated Press, sur le parquet de la plus mythique des salles : Texas (#2) contre Illinois (#17), au Madison Square Garden.

Et comme souvent avec les rencontres universitaires tenues au « MSG », le spectacle et le suspense ont été au rendez-vous : le Fighting Illini, après prolongation, a en effet signé un « upset » en battant les Longhorns (85-78), qui étaient jusqu’alors invaincus depuis le début de la saison (6-0, des succès notables contre Gonzaga et Creighton).

C’était pourtant mal parti pour les hommes de Brad Underwood, qui après une solide première mi-temps (37-34) ont petit à petit perdu le fil de la rencontre après la pause. En effet, à une minute de la fin du temps réglementaire, Texas menait de cinq poins (68-63), et semblait totalement en contrôle grâce à sa défense.

Mais rien n’est jamais acquis dans la folie du basket universitaire, et Illinois, grâce à cinq poins consécutifs du « freshman » Jayden Epps (un tir primé puis deux lancers-francs décisifs après un stop défensif), a recollé au score à temps, envoyant le match en prolongation.

Une prolongation que les coéquipiers d’un très bon Matthew Mayer (21 points, 2 rebonds et 3 contres) ont ensuite aisément dominée (17-10), en grande partie grâce au « takeover » du talentueux Terrence Shannon Jr. (16 points, 5 rebonds et 3 interceptions), auteur de 12 de ses 16 points durant cette période de jeu supplémentaire.

Côté Texas, la paire d’arrières Tyrese HunterMarcus Carr, habituellement si tranchante en attaque depuis le début de la saison, est passée au travers (19 points à 7/25 aux tirs en cumulé). Seul l’ailier Timmy Allen (21 points, 7 rebonds et 8 passes) a tenu son rang parmi les titulaires, bien épaulé par une production efficace du banc (33 points). Ce fut malheureusement insuffisant, face à cette équipe d’Illinois plus réaliste dans les moments qui comptaient le plus.

Effectivement, malgré 17 pertes de balle et 10 lancers-francs ratés, Illinois s’en est sorti grâce à un réveil salvateur dans les instants les plus chauds du match. C’est assurément une victoire référence pour le Fighting Illini, la septième en neuf matchs, qui va le rapprocher du top 10 dans le prochain Top 25 de l’Associated Press, publié ce lundi.

Victoire londonienne pour Kentucky face à Michigan

Alors qu’ils alternent le chaud et le (très) froid depuis le début de la saison, les Wildcats de John Calipari (#19 du Top 25 cette semaine) se sont enfin offert un succès référence en ce début de saison : une victoire étriquée en fin de match mais non moins convaincante (73-69), face aux Wolverines de Juwan Howard.

Un match tenu à l’O2 Arena de Londres, initialement programmé en 2020 mais décalé à cause de la crise sanitaire.

Après 39 minutes très disputées mais difficilement lisibles quant à qui semblait tenir la corde, tout s’est joué dans la dernière minute. Notamment quand le « freshman » Cason Wallace (14 points à 4/4 derrière l’arc, 8 rebonds et 5 passes) a inscrit un tir primé décisif pour donner cinq points d’avance à Kentucky (66-61). Une avance que Michigan n’a pas pu rattraper, malgré un ultime tir primé de l’ailier Jett Howard (16 points et 4 rebonds), et plusieurs frayeurs des hommes de « Coach Cal », qui ont manqué trois lancers-francs de suite dans les derniers instants.

« On a évité le pire » résumait d’ailleurs John Calipari, agacé que ses Wildcats aient manqué 10 lancers-francs (!). « [Les lancers ratés] étaient la raison de notre défaite contre Michigan State [en début de saison]. »

Au global, Kentucky, excepté ces problèmes de lancers-francs, a signé un très bon match en attaque : 47% aux tirs dont 60% à 3-points (9/15), et les cinq titulaires qui ont dépassé les 10 points marqués. Notamment Oscar Tshiebwe, Player Of The Year à l’unanimité la saison passée, longuement gêné par les fautes en seconde mi-temps, mais tout de même auteur d’un double-double conséquent à 13 points et 14 rebonds.

Fred Hoiberg et Nebraska s’offrent Creighton !

Natif de Lincoln, ville dans laquelle se trouve le campus de la fac’ de Nebraska, Fred Hoiberg tente depuis 2019, et son licenciement des Bulls, d’insuffler une dynamique positive au programme, en difficulté depuis plusieurs saisons.

Ces trois premiers exercices en tant que « head coach » ont été très compliqués : 24 victoires pour 67 défaites.

Mais cette saison 2022/23, sa quatrième à la barre, semble enfin être celle du grand pas en avant. Et cette magnifique victoire référence contre Creighton (63-53), classé 7e du Top 25 avant la rencontre et surtout rival dans l’Etat du Nebraska, en est clairement la preuve.

« Remporter une victoire référence comme celle-là, c’est énorme [pour notre programme] » appréciait ainsi le technicien de 50 ans, chamboulé en conférence de presse après ce superbe succès, le premier pour Nebraska face à Creighton depuis 2018. Alors qu’il commençait logiquement à être sur la sellette après trois ans sans grand relief, Fred Hoiberg porte ainsi les Cornhuskers vers un solide début de saison, avec 5 victoires en 7 matchs avant d’attaquer les matchs de la conférence Big Ten.

Impériaux en défense, en limitant les Bluejays à 31% de réussite aux tirs et notamment leur meneur vedette Ryan Nembhard à 6 points à 3/13, les Cornhuskers ont aussi assuré en attaque, en convertissant 48% de leurs tirs. Sous l’impulsion de l’arrière Sam Griesel, natif de Lincoln comme son coach, grandiose avec 18 points, 12 rebonds, 7 passes et 2 interceptions, et de l’ailier Derrick Walker, qui a compilé 22 points et 8 rebonds.

https://www.youtube.com/watch?v=W5GDk3TB_dg

Trayce Jackson-Davis, un triple-double, la victoire et son nom dans l’histoire des Hoosiers

Si la victoire d’Indiana contre Nebraska (81-65) était le plus important à retenir collectivement pour les Hoosiers (7 victoires en 8 matchs, 14e du Top 25), leur pivot star, Trayce Jackson-Davis, a également pu savourer un accomplissement individuel.

Avec 12 points (en seulement 6 tirs), 11 rebonds et 10 passes, « TJD » est effectivement devenu le troisième joueur seulement de l’histoire du programme à réaliser un triple-double. Un accomplissement majeur, quand on connait l’immense et riche histoire de cette mythique fac’ d’Indiana.

« Honnêtement, ce genre de soirée justifie et renforce ma décision de revenir cette année » a alors déclaré le pivot, « senior » cette année. « Je suis revenu pour accomplir de grandes choses, pas seulement individuellement. Nous aspirons à de grandes choses collectivement. […] Donc des moments comme celui-ci, c’est spécial pour moi, et c’est un rappel que j’ai fait le bon choix de revenir. »

La vedette des Hoosiers continue, sans surprise, de s’affirmer comme un des tous meilleurs joueurs du pays cette saison.

https://www.youtube.com/watch?v=OHFMd5pYEFk

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités