Pariez en ligne avec Unibet
  • PHI1.05ORL9.15Pariez
  • MIA1.3DEN3.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La défense reste le grand chantier des Blazers

NBA – Chauncey Billups savait qu’il se préparait à affronter un sacré chantier à Portland. La présaison de son équipe l’a confirmé.

Le coach a changé à Portland, mais certaines habitudes sont restées. Malgré l’arrivée de Chauncey Billups aux manettes, les Blazers ont encore mangé chaud durant la présaison : quatre défaites en quatre matchs et 24 points d’écart de moyenne ! Et, comme l’année dernière avec Terry Stotts, le problème principal se situe en défense.

Déjà l’an passé, Terry Stotts avait essayé de changer les choses de ce côté du terrain, utilisant justement la présaison comme terrain d’expérimentation. Mais l’expérience avait tourné court. Après une large défaite à Denver, à cinq jours du début de la saison régulière, il avait retourné sa veste, en accord avec Damian Lillard et CJ McCollum, les piliers du groupe. En question, la défense sur les pick & rolls, déjà…

« Je me souviens quand on avait perdu ce match à Denver, et juste après le match, [Stotts] nous a demandé : ‘Vous voulez continuer avec ça ou vous voulez faire autre chose ?' », se souvient Damian Lillard dans The Athletic. « Ce n’était pas une grosse réunion mais c’est comme s’il disait : ‘Je ne suis pas sûr qu’on puisse mettre [cette défense] en application comme il le faudrait’. Donc au final, on a conclu qu’on allait revenir à notre défense habituelle, sur les dispositifs qu’on connaissait déjà. »

Coach Billups n’a pas le choix

Dans sa neuvième saison à Rip City, avec des ambitions de playoffs, Terry Stotts savait qu’il vivait avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. La défense a encore pêché et le couperet est tombé. La différence est que, pour Chacuney Billups, il n’y a pas de choix : il faut changer cette défense, il a été embauché pour ça.

« La question n’est pas de savoir comment, c’est qu’on doit tout simplement le faire », martèle le coach. « C’est ce en quoi on croit. Et d’ailleurs, c’est comme ça que ça marche dans beaucoup d’équipes, des grosses équipes, donc c’est un système qui a fait ses preuves. On doit simplement continuer, et on doit avancer petit à petit, en construisant sur tous les progrès, même minimes. Parfois, ça peut être frustrant parce que, quand ça ne va pas, ça ne va vraiment pas. Mais on doit être plus dur mentalement. »

Les Blazers prônent forcément la patience mais la saison démarre cette semaine et le bilan de présaison, vierge de victoire (en quatre tentatives), ne laisse rien présager de bon. Pour CJ McCollum, il faut surtout pouvoir récupérer tout le monde avant de pouvoir tirer quelque conclusion que ce soit.

« On doit simplement être meilleur dans ce qu’on essaie de faire. Mais tu ne peux pas savoir non plus ce qui marche avant de l’avoir fait, et on n’a pas encore pu vraiment disposer de l’équipe entière. Avant de pouvoir le faire avec Larry, Cody, Anfernee, Nas, Tony Snell, Dame… Avant de le faire avec tout le monde, tu ne sais pas comment ça va pouvoir marcher. »

Un chantier encore en cours

Mentionné par CJ McCollum, Larry Nance Jr. peut être un élément intéressant pour stabiliser la défense, lui-même se montrant très enthousiaste de son association avec Nassir Little en sortie de banc. Malgré son nez cassé, le vétéran Cody Zeller sera lui aussi un plus de ce côté-là du terrain.

« On n’est pas loin. On n’est pas loin du tout », affirme quant à lui Damian Lillard. « Parfois, ça n’en a pas l’air du tout et on a l’impression qu’on ne progresse pas mais c’est parce qu’il suffit d’une petite erreur pour tout foutre en l’air. Si un gars est dans le bon spot mais que l’autre ne fait pas sa part pour aller en aide, ça crée une faille. On a eu beaucoup de bonnes possessions mais il suffit d’une petite chose… C’est pour ça qu’on doit encore trouver nos repères avec ça, pour que tout le monde arrive à faire confiance à l’autre. »

À l’image de Jusuf Nurkic qui est encore passé sur le grill face à « Chef Curry » récemment, en se montrant beaucoup trop agressif au-delà de l’arc, la défense des Blazers est encore « un chantier en cours », et « inconstante », selon CJ McCollum et Chauncey Billups respectivement. Mais, rentrée oblige, on termine sur une note optimiste.

« On a eu des séquences qui étaient bonnes et puis d’autres où ça n’allait pas », conclut Chauncey Billups. « Quand tu es en train de changer des habitudes, il y a des difficultés normales et nécessaires. Mais plus que ça, tu as des situations où tu as l’impression que ça ne marche pas et la réaction normale est de revenir à ce que tu connais. Mais si tu fais ça, tu es assis entre deux chaises et ça ne marche pas. On a eu beaucoup de ces moments-là et je m’attends à ce qu’on en ai encore. Mais on doit en passer par là. »