Présaison
NBA
Présaison
NBA
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.9BRO1.88Pariez
  • LOS1.52GOL2.48Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le plus dur commence pour Omer Yurtseven

NBA – Plutôt bon sur la California Classic puis la Summer League de Las Vegas, le nouveau pivot du Heat commence à découvrir les conséquences de son nouveau statut.

Après un passage remarqué lors de la California Classic Summer League de Sacramento, Omer Yurtseven a confirmé à Las Vegas, dans une autre ligue d’été, où il tourne à 20 points, 9.7 rebonds et 2.7 contres de moyenne après trois matchs.

Avec un profil de pivot alliant un côté moderne, capable de shooter de loin par exemple, mais aussi « old school », ne serait-ce que par sa taille et sa palette offensive au poste bas.

A 23 ans, le pivot de 2m13 a déjà accumulé pas mal d’expériences. Après avoir débuté dans le monde pro à l’âge de 16 ans à peine, du côté de Fenerbahce, il a ensuite passé deux ans à North Carolina State avant de rejoindre Georgetown, spécialisé dans le développement des grands, puis de connaître une première aventure en G-League à Oklahoma City la saison dernière.

L’effet de surprise s’estompe au fil des matchs

La suite logique serait la NBA, et donc Miami, où il a signé un contrat de deux ans afin d’évoluer en troisième rotation au poste 5, derrière Bam Adebayo et Dewayne Dedmon. La Summer League est une étape importante avant de lancer Yurtseven dans le grand bain, et chaque match devient un peu plus dur que le précédent.

« En particulier maintenant, alors que les équipes l’ont vraiment repéré. Il ne prend personne par surprise », a déclaré Malik Allen, son coach en Summer League. « Mais il a relevé le défi et c’est génial pour lui. Il se fait bousculer, il doit jouer avec le contact, et la ligue est comme ça pour les grands, surtout avec ses qualités. Cela fait partie du processus, c’est ce dont il a besoin, et surtout maintenant, au fur et à mesure que nous avançons. Il y a cet aspect mental aussi qui lui permet de grandir. Ces expériences sont tout simplement inestimables pour lui. »

Derniers réglages avant le grand saut ?

Omer Yurtseven est aussi confronté à la diversité des profils parmi les postes 5 qu’il a pu affronter jusque-là, entre un robuste Xavier Tillman Sr., croisé face à Memphis, ou un gabarit plus longiligne à la Makur Maker, affronté face aux Nuggets de Bol Bol, un autre profil atypique, sans parler d’Udoka Azubuike du Jazz. Autant d’oppositions qui lui permettent d’avancer.

« Il y a eu des petits, des costauds et des forts, mais aussi des grands contre lesquels j’ai dû jouer », a-t-il indiqué. « Quand les équipes sont plutôt en small ball, il faut être capable de s’adapter. Pareil pour un affrontement plus normal, grand contre grand. Donc, acquérir cette expérience a été très bénéfique. Et être capable de faire en sorte que ces grands joueurs sortent (à cause de sa menace sur le tir extérieur), et ensuite avoir des lignes de passes ouvertes pour les arrières, je pense que c’est quelque chose qui peut aider n’importe quelle équipe au niveau NBA. »

A lire aussi