NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
MIL11
BRO14
DEN
PHO2:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • DEN2.26PHO1.7Pariez
  • ATL2.32PHI1.64Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le sacre de Nikola Jokic fait la fierté du camp serbe

NBA – Le contingent NBA de joueurs serbes s’en donne actuellement à coeur joie dans un groupe de discussion privé : leur pays a désormais son premier MVP !

Ils sont au nombre de six cette année en NBA. Composé de Nikola Jokic, Bogdan Bogdanovic, Boban Marjanovic mais aussi Nemanja Bjelica, Aleksej Pokusevski et Alen Smailagic, le contingent serbe de la Grande Ligue partage un groupe en commun pour discuter facilement les uns avec les autres depuis le début de la pandémie.

Avec le sacre de Jokic en tant que MVP hier, le groupe de messages est « en feu », selon Bogdanovic. Et à juste titre. La petite nation des Balkans, qui recense une population totale de moins de 7 millions d’habitants, soit trois fois moins que la Floride (pour donner un ordre de grandeur), compte justement parmi elle, le meilleur joueur de basket de la planète cette saison. Rien de moins !

« Je pense qu’il ne s’y attendait pas »

En mai dernier, alors que ça commençait sérieusement à prendre tournure pour lui, avec des moyennes (records en carrière) de 26 points, 11 rebonds et 8 passes, Jokic se montrait philosophe. A l’avance.

« Je peux simplement dire que cette saison est probablement la meilleure de ma carrière. L’équipe a bien joué toute la saison. On a eu des hauts et des bas mais on a globalement toujours avancé dans la bonne direction. Si [le titre de MVP] arrive, ça arrive… »

Premier MVP de NBA drafté au second tout, en 41e position lors de la Draft 2014, Jokic devient également le sixième joueur né hors des Etats-Unis à ramasser ce trophée. Le premier pivot depuis Shaq en l’an 2000. Et tout simplement le premier Serbe à remporter ce trophée si prestigieux !

« Je pense qu’il ne s’y attendait pas », assure Bogdanovic sur NBA.com. « Vous pouvez lui demander mais je pense qu’il ne s’y attendait pas. Quand on jouait en jeune en Serbie, il était le gamin qui rigolait toujours avec le ballon. Il était sur le terrain et il faisait des blagues. Il se lançait dans des mouvements et parfois, ça ne ressemblait pas à grand-chose. Mais maintenant, il a tout réuni : les qualités techniques, ce talent qu’il a pour faire des passes aveugles ou des passes folles qu’on n’a jamais vues, mais aussi des mouvements au poste bas et sous le cercle. Il est différent. Il a progressé jusqu’au plus haut niveau et personne ne s’y attendait vraiment. Il est sans aucun doute une des motivations pour tous les jeunes [en Serbie]. Il est un des meilleurs exemples que ça n’importe pas si tu n’es pas classé haut ou si tu commences le basket plus tard. Il faut simplement continuer à travailler et suivre sa propre voie. »

Eternellement associé à son image de petit garçon grassouillet qui adorait boire du Coca, Jokic a connu une progression constante durant ses six saisons en NBA. Parti de 10 points, 7 rebonds, 2 passes durant sa saison rookie, ce qui lui avait valu une place dans le meilleur cinq des débutants, Jokic a toujours été fidèle à son jeu.

A vrai dire, il l’a même été de plus en plus, car de plus en plus responsabilisé par Mike Malone qui a eu raison de ne jamais vouloir dénaturer le jeu, tout en altruisme et (oui) en lenteur, du Joker. Coéquipier du tout jeune Jokic qui démarrait tout juste sa carrière pro, au Mega Leks, Boban Marjanovic nous offre sa perspective privilégiée.

« Nikola est un super gars. Je le connais bien. On a joué ensemble dans la même équipe à ses débuts. Je jouais pivot et il jouait ailier fort. Déjà à l’époque [en Serbie], il avait déjà cette qualité technique qu’il a maintenant. Il était vraiment bon. Tout ce potentiel, toutes ces belles passes, tous ces mouvements, toute cette intelligence, c’était déjà comment il joue maintenant à Denver. Il est incroyable et je savais vraiment qu’il l’était parce qu’il pouvait jouer à sa façon dans les grands moments. C’est un ami. Je suis très fier de lui. C’est tellement important pour la Serbie, pour tout le pays mais aussi pour moi. Il est l’un de mes amis très proches. On ne se parle pas tous les jours mais on est en ligne souvent. C’est énorme pour moi et pour le pays entier qu’on ait le MVP de NBA, la meilleure ligue du monde. C’est incroyable qu’il ait gagné le MVP, c’est énorme ! »

« C’est le premier à jamais »

Comme Kobe Bryant en 2007-08, Jokic a participé à tous les matchs de son équipe cette saison, ce qui l’a définitivement démarqué de ses poursuivants Joel Embiid et Stephen Curry. Plus encore, Jokic a dû encaisser les blessures de Jamal Murray mais aussi de Will Barton voire PJ Dozier, tout en amenant ses Nuggets au deuxième tour des playoffs, où ils combattent actuellement face à Phoenix (et DeAndre Ayton).

Pivot baroque, joueur à part, Jokic a pour le coup ancré pour de bon son nom, et sa personnalité, dans le folklore de la Grande Ligue. La Serbie aura désormais toujours sa place au chapitre NBA derrière son Joker préféré.

« On est tous derrière lui. Il sait qu’on est tous ses supporters pour ce titre », reprend Bogdanovic. « Il a fait son travail et ça veut dire beaucoup pour notre pays, c’est le premier à jamais. C’est forcément à part. Il a beaucoup bossé cette saison, mais aussi les années précédentes. Il a prouvé qu’il avait réalisé une saison de MVP. »

Pour Boban Marjanovic, c’est dans le sens du détail et dans la vision du jeu, nette et précise, que Jokic se distingue de la concurrence. Sous ses airs de grand dadais un peu loufoque, Jokic est un intello du basket. Rien de bien étonnant quand on parle de l’école serbe en fait…

« Sa préparation mentale pour faire les bons choix à chaque instant, c’est ce qui fait passer un bon joueur de basket au statut de grand joueur de basket. Tout ce qu’il fait en termes de dribble, de passe, de shoot, c’est déjà très bien mais de prendre les bonnes décisions, la partie intellectuelle, c’est incroyable. C’est ce qui fait qu’il est le MVP. Je m’attendais à ce qu’il soit un grand joueur. Je ne pensais pas forcément assez pour le titre de MVP mais maintenant c’est fait. »

Médaillé d’argent aux derniers Jeux Olympiques de Rio, Jokic n’a jamais délaissé sa sélection non plus, enchaînant les saisons américaines avec des préparations forcément costaudes en équipe nationale. Encore engagé en playoffs, Jokic fait d’ores et déjà partie de la liste dévoilée par Igor Kokoskov en vue du prochain TQO qui se tiendra à domicile, à Belgrade.

Avec le MVP NBA (Jokic), le MVP Euroleague (Vassilije Micic) et le MVP EuroCup (Milos Teodosic), cette équipe serbe devrait encore avoir fière allure. On espère la retrouver à Tokyo… avec le Joker en porte-drapeau ?

Nikola Jokic Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2015-16 DEN 80 22 51.2 33.3 81.1 2.3 4.7 7.0 2.4 2.6 1.0 1.3 0.6 10.0
2016-17 DEN 73 28 57.8 32.4 82.5 2.9 6.9 9.8 4.9 2.9 0.8 2.3 0.8 16.7
2017-18 DEN 75 33 49.9 39.6 85.0 2.6 8.1 10.7 6.1 2.8 1.2 2.8 0.8 18.5
2018-19 DEN 80 31 51.1 30.7 82.1 2.9 8.0 10.8 7.3 2.9 1.4 3.1 0.7 20.1
2019-20 DEN 73 32 52.8 31.4 81.7 2.3 7.5 9.7 7.0 3.0 1.2 3.1 0.6 20.0
2020-21 DEN 72 35 56.6 38.8 86.8 2.9 8.0 10.8 8.3 2.7 1.3 3.1 0.7 26.4
Total   453 30 53.3 34.7 83.5 2.6 7.2 9.8 6.0 2.8 1.1 2.6 0.7 18.5

A lire aussi