Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.21BOS4.7Pariez
  • TOR3.45IND1.33Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Un jeune président bientôt à la tête des Warriors

Membre de la franchise depuis près de 20 ans, Brandon Schneider remplacera le futur retraité Rick Welts à la fin de la saison.

Le 1er février 1987, les Warriors reçoivent les Nets et s’imposent au bout d’un match peu commun, terminé après quatre prolongations. Ce jour-là, le jeune Brandon Schneider, 7 ans, est en tribunes. Pour le natif de la Baie, c’est le début d’une longue histoire d’amour avec la franchise NBA locale.

Plus de 30 ans plus tard, Brandon Schneider, 41 ans, accède au sommet de la pyramide Warriors. La franchise vient d’annoncer qu’il allait reprendre le poste de président, bientôt laissé vacant par Rick Welts, à la fin de la saison.

Un job « de rêve » pour lui et une situation « inimaginable. Je suis particulièrement reconnaissant envers Rick Welts pour son amitié, son mentorat et ses conseils au cours de la dernière décennie. Et bien sûr envers Joe Lacob et Peter Guber (ndlr : copropriétaires du club) pour avoir cru en moi et permis à cette franchise de prospérer grâce à leur vision et à leur engagement sans faille. »

« Les dirigeants, les dirigeants et les dirigeants »

Brandon Schneider a été recruté par la franchise en 2002, en tant que responsable de la billetterie. Année après année, il a gravi les échelons en matière de vente de billets. Sous son mandat a notamment été mise en place, en amont de la saison 2013/14, une « liste d’attente prioritaire » qui compte aujourd’hui plus de 40 000 membres visant le ticket pour la saison.

Le dirigeant a par la suite été nommé vice-président du développement commercial, avant une nouvelle promotion au poste de directeur des revenus, en 2018.

En poste depuis 19 ans aux Warriors, le futur président compte logiquement s’inscrire dans la philosophie développée par la franchise depuis près d’une décennie. Brandon Schneider veut d’ailleurs s’inspirer des propos de Rick Welts : « Je l’ai entendu dire tellement de fois, mais c’est si bien dit, qu’il y a trois choses dont vous avez besoin pour devenir une organisation sportive qui réussit : les dirigeants, les dirigeants et les dirigeants. »

Il rend ainsi hommage à la culture instaurée par les propriétaires de la franchise, « le recrutement des meilleurs, le fait de les laisser faire leur job, ça a l’air facile mais ça ne l’est pas. L’autre élément qui a changé selon moi, par rapport à mes débuts, et qui est certainement différent de la façon dont d’autres organisations fonctionnent, c’est le lien entre le côté business et le basket. »

Il aura bientôt un rôle clé à jouer pour préserver ce lien.

A lire aussi