Pariez en ligne avec Unibet
  • IND2.26WAS1.67Pariez
  • PHI1.14DET6Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

March Madness : Stanford résiste à Arizona et Aari McDonald pour remporter le titre féminin

La meneuse d’Arizona (22 points à 5/21 au tir) a eu le tir de la gagne, mais c’est raté et c’est Stanford qui s’impose (54-53) dans cette March Madness féminine. Un premier titre depuis 1992.

Avant la finale masculine entre Gonzaga et Baylor la nuit prochaine, ce sont Stanford et Arizona qui s’affrontaient chez les femmes. Après avoir respectivement éliminé South Carolina et Connecticut en demi-finale, les Cardinal et les Wildcats ont dû attendre le buzzer final pour savoir qui allait repartir de l’Alamodome avec le trophée.

Stanford a pourtant fait la course en tête tout au long de la partie, Arizona ne passant en tête qu’une seule fois, au milieu du deuxième quart-temps. Il faut dire que les Cardinal ont bien profité de leur avantage de taille, notamment avec Cameron Brink qui a souvent pu avoir de très bonnes positions poste bas.

Le principal objectif pour Stanford est de contrôler Aari McDonald, et ça a longtemps fonctionné, la meneuse ne trouvant pas de rythme et se heurtant très souvent à la muraille défensive adverse.

Un dernier tir trop compliqué pour Aari McDonald

Mais si Arizona manque de taille, les Wildcats compensent par une grosse pression sur le porteur de balle, engendrant beaucoup d’interceptions afin de rester dans le match. Haley Jones continue de faire son spécial, avec un « spin move » pour se rapprocher au maximum du cercle, et Stanford a une main sur le trophée.

Sauf que ça devient étouffant pour le Cardinal, et qu’Aari McDonald profite des interceptions pour ramener son équipe aux lancers-francs. Elle en laisse un en route mais il n’y a plus qu’un point d’écart à 37 secondes de la fin.

Stanford laisse filer le chrono mais n’arrive pas à créer de tir, et Arizona a donc 6 secondes pour un hold-up.

La balle est évidemment pour Aari McDonald, mais il n’y a pas d’écran ni de système, et elle doit donc faire la différence toute seule, face à trois joueuses de Stanford. Le tir est évidemment trop compliqué et rebondit sur l’arrière du cercle. C’est le troisième trophée pour Tara VanDerveer, à la tête de l’équipe depuis 1985, après les titres de 1990 et 1992. C’est Haley Jones (17 points, 8 rebonds) qui est élue MOP du « Final Four ».

BOXSCORE

Tags →
A lire aussi