Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.1TOR1.76Pariez
  • BRO1.13LOS6.55Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Longtemps diminué, le Heat est parvenu à limiter la casse

Particulièrement touché par le Covid-19 et les blessures, Miami pointe finalement à la 6e place de la conférence Est à la mi-saison. Avant d’appuyer sur l’accélérateur en deuxième partie de saison ?

Victorieux de 11 de ses 15 derniers matchs, le Heat a retrouvé son mojo, remontant doucement mais sûrement la pente, après une entame de saison ratée (7 victoires et 13 défaites, au 1er février). Et le retour au premier plan de Jimmy Butler n’est évidemment pas étranger à ce retournement de situation, lui qui a une nouvelle fois brillé la nuit dernière, contre les Pelicans (29 points et 9 passes, dont 10 des 16 derniers points de son équipe).

Touché par le Covid-19, à l’instar de beaucoup de ses coéquipiers, l’ailier (habituellement) All-Star avait été contraint de manquer dix rencontres entre les 12 et 28 janvier derniers. Sans son leader, Miami s’est logiquement effondré, s’inclinant à huit reprises sur la période. Et au 1er février, le finaliste NBA en titre ne pointait qu’à une triste 13e place à l’Est, en plus de disposer du 27e bilan de la Ligue…

Pour ne rien arranger, Erik Spoelstra a également dû jongler chaque soir (ou presque) avec les absences de plusieurs autres de ses joueurs-clés, alignant la bagatelle de 18 cinq de départ différents (!), en 36 matchs. En réalité, seul Duncan Robinson a jusqu’ici participé à l’intégralité des rencontres du Heat cette saison, tandis que Kelly Olynyk, le rookie Precious Achiuwa, Andre Iguodala et Bam Adebayo en ont quant à eux manqué maximum trois chacun.

Jimmy Butler, le stabilisateur

En plus de celle déjà évoquée de Jimmy Butler, les absences successives (voire conjointes) de Goran Dragic, Tyler Herro, Kendrick Nunn, Maurice Harkless ou encore Avery Bradley n’ont donc pas facilité la tâche de Miami. Mais, une fois Jimmy Butler revenu aux affaires, la franchise floridienne a automatiquement rectifié le tir, elle qui présente un bilan de 14-8 quand il joue (avec 110.8 points marqués sur 100 possessions) et un bilan de 4-10 quand il ne joue pas (avec 104.2 points sur 100 possessions).

Pour le plus grand bonheur de ses coéquipiers, parmi lesquels Goran Dragic, toujours aussi impressionné par celui pour qui « seule la victoire compte ».

« Nous lui faisons confiance, nous voulons qu’il ait la balle dans les moments chauds et il s’en sort toujours à merveille », souligne le meneur slovène pour le Miami Herald. « C’est vraiment incroyable de le regarder jouer, de voir ce qu’il est capable de faire. Il peut mener le jeu, aller sur la ligne des lancers-francs, inscrire des tirs, impliquer tout le monde… C’est un joueur vraiment unique. »

Auteur d’un début d’exercice poussif, Jimmy Butler s’est depuis bien rattrapé puisqu’il affiche à ce jour des statistiques de 20.5 points, 7.5 rebonds, 7.8 passes et 1.9 interception (45% aux tirs, 24% à 3-points et 86% aux lancers), postant surtout ses meilleures moyennes au rebond et à la passe.

Plus complet que jamais, « Jimmy Buckets » stabilise toujours autant le jeu du Heat, en compagnie de Bam Adebayo, au sortir de sa campagne de playoffs dantesque dans la « bulle » d’Orlando.

Vers une deuxième partie de saison de feu ?

Snobée pour le All-Star Game, puisqu’elle n’y enverra cette année aucun représentant, la franchise de South Beach espère désormais capitaliser sur ce dernier mois de compétition pour poursuivre sa folle remontée au classement. L’avantage des joueurs de Miami étant que, contrairement à ceux d’autres équipes, ils pourront compter sur une semaine de repos complet et assurément bénéfique pour eux. En plus de se trouver dans une conférence Est très ouverte, où tout peut bouger très rapidement.

L’objectif de Jimmy Butler pour son Heat, lors de cette deuxième partie de saison marathon, est donc tout trouvé : faire mieux, histoire d’arriver fin prêt en playoffs.

« C’est bien de ne pas être en négatif [au All-Star break], mais je continue de penser que nous pouvons être encore meilleurs », juge ainsi l’ancien joueur des Bulls, des Wolves et des Sixers. « Et nous le serons lorsque l’on reviendra [après la pause]. C’est bien de disposer de ces quelques jours de repos, afin de récupérer physiquement et mentalement, en vue de notre deuxième partie de saison. »

Tirs Rebonds
Joueurs MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Bp Int Ct Fte Pts
Jimmy Butler 37 33.7 49.6 22.2 85.4 2.0 5.4 7.4 7.2 2.2 2.0 0.4 1.4 21.6
Bam Adebayo 46 33.5 56.3 25.0 81.9 2.4 7.2 9.5 5.4 2.6 0.9 1.2 2.3 19.1
Tyler Herro 41 31.7 42.9 34.0 81.7 0.5 4.5 5.0 3.4 2.0 0.7 0.4 1.4 15.6
Kendrick Nunn 38 28.6 45.7 37.2 90.7 0.4 2.7 3.1 2.6 1.5 1.0 0.2 1.8 13.5
Goran Dragic 33 26.7 43.9 34.6 83.1 0.3 3.0 3.3 4.5 2.7 0.6 0.2 2.2 13.2
Duncan Robinson 52 32.5 44.1 40.8 84.5 0.1 3.7 3.8 1.8 1.2 0.5 0.2 2.5 13.1
Victor Oladipo 4 27.8 37.2 23.5 66.7 0.8 2.8 3.5 3.5 3.5 1.8 0.5 3.2 12.0
Kelly Olynyk 43 26.9 43.1 31.7 77.5 1.0 5.0 6.1 2.1 1.3 0.9 0.6 2.9 10.0
Avery Bradley 10 21.1 47.0 42.1 77.8 0.2 1.6 1.8 1.4 0.9 0.7 0.1 2.6 8.5
Trevor Ariza 11 24.9 31.6 26.2 78.9 0.5 3.4 3.8 1.5 0.5 0.5 0.6 1.4 6.7
Max Strus 26 12.9 46.7 35.7 68.8 0.1 0.8 1.0 0.5 0.2 0.2 0.0 1.1 6.2
Gabe Vincent 36 14.1 37.1 28.0 87.0 0.2 0.9 1.1 1.5 0.8 0.5 0.1 1.6 5.3
Precious Achiuwa 49 12.3 55.9 0.0 50.5 1.3 2.3 3.6 0.5 0.8 0.3 0.5 1.6 5.3
Andre Iguodala 47 21.3 37.2 32.4 63.6 0.6 3.2 3.8 2.1 1.0 1.0 0.5 1.4 4.4
Nemanja Bjelica 6 12.5 40.9 21.4 33.3 0.2 2.3 2.5 1.3 0.5 0.3 0.3 2.3 3.7
Meyers Leonard 3 9.8 42.9 42.9 50.0 0.0 2.3 2.3 0.7 0.7 0.0 0.0 1.7 3.3
Chris Silva 11 7.5 69.2 100.0 73.3 0.6 1.6 2.3 0.5 0.8 0.1 0.5 1.8 2.7
Kz Okpala 25 12.9 40.9 29.7 33.3 0.6 1.4 2.0 0.4 0.5 0.2 0.3 1.8 2.7
Maurice Harkless 11 11.2 38.5 45.5 0.0 0.2 1.0 1.2 0.6 0.3 0.2 0.4 1.3 1.4

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |