Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Deandre Ayton, bientôt éclos ?

Aussi talentueux que frustrant, Deandre Ayton a le potentiel pour être le prochain pivot dominant de la Ligue. Les Suns n’attendent que ça pour retrouver les playoffs…

Certes désigné dans le premier cinq des rookies l’an dernier avec 16 points, 10 rebonds, 2 passes et 1 contre de moyenne, DeAndre Ayton n’avait pas encore forcément convaincu tous les sceptiques.

Cette saison semblait partie pour confirmer la tendance, avec une suspension de 25 matchs d’entrée après un contrôle positif à un produit diurétique. Pour ne rien arranger, de retour à la mi-décembre, Deandre Ayton va se blesser à la cheville et en reprendre pour cinq matchs.

Malgré tous ces détours, le pivot bahaméen des Suns termine tout de même sa deuxième saison avec 18 points, plus de 11 rebonds, 2 passes et 1 contre de moyenne. Une production toujours aussi solide au sein d’une équipe des Suns qui a retrouvé des couleurs sous la houlette de Monty Williams.

Constance et défense

Phoenix semble même avoir trouvé la bonne carburation, ainsi que l’illustre sa fin de saison dans la bulle à 8 victoires de rang. À laquelle Deandre Ayton a participé, mais là encore pas à hauteur de son talent avec 15 points et 9 rebonds « seulement »…

« Il doit gagner en constance donc je suis toujours après lui, à lui donner des conseils », entonne Aron Baynes. « Il est tellement plus athlétique que je le suis mais je peux l’aider à comprendre ce qu’il peut faire sur le terrain et comment il peut avoir un plus gros impact, surtout en défense. Il est tellement grand et costaud qu’il peut déjà contester et changer les tirs adverses, même quand il n’est pas dans les meilleures positions. Si on peut arriver à l’impliquer davantage de ce côté du terrain, ça va énormément nous aider. »

Ce fut en l’occurrence le chantier sur lequel Deandre Ayton a bossé cette saison. Avec Mark Bryant, l’ancien soutier des raquettes passé par les Blazers et les Suns dans les années 90, en tant que mentor dans le staff, il était surveillé comme le lait sur le feu en défense. Et le projet prend tournure.

« Il est très bon pour protéger le cercle, et il commence à parler davantage », confirme Mark Bryant. « En tant que pivot, tu vois tout ce qui se passe et il faut communiquer avec tes coéquipiers en défense, prévenir tes arrières de ce qui se passe. Depuis le début de la saison jusqu’à la bulle, il a énormément progressé. »

Dans la série « Breakthrough » produite par les Suns, on voit ainsi Deandre Ayton beaucoup parler en défense. « Quand il est dans de bonnes dispositions, il rend le jeu facile pour tout le monde », lance Monty Williams

« One-and-done » à Arizona, le grand Deandre reste assez brut de décoffrage. Il a certes pour lui certaines qualités physiques innées, telle sa rapidité de pieds qui lui permet de se resituer rapidement et tenir la distance face aux arrières adverses, une belle explosivité pour protéger le cercle et il est aussi un très bon finisseur sur les lobs. Ne manque plus que la constance

« C’est un truc mental avec lui », avance Kelly Oubre Jr. « Il peut faire ça tout le temps. Je pense qu’il a eu ce déclic et il comprend maintenant qu’il doit être un monstre sous les panneaux pour que l’équipe soit forte. »

De nets progrès

Avec son premier match en carrière à 20 points – 20 rebonds (26 et 21 en l’occurrence), sur le parquet du MSG à New York, Deandre Ayton a cependant montré des signes de gros progrès sur la fin de sa deuxième saison. En février, il remettait ça avec deux sorties à 28 points et 19 rebonds et 8 matchs en double double sur 11 sorties.

« Je suis content pour lui mais je pense que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg », souffle Devin Booker. « Je pense que ça peut devenir quelque chose qu’il fait chaque soir. Je connais son potentiel, je sais ce dont il est capable, quand son jeu est bien en place. On sait qu’il lui faut une phase d’apprentissage mais je pense que sur le temps qu’il a eu cette saison, il a montré qu’il progressait match après match et qu’il comprenait de mieux en mieux comment ça fonctionne [en NBA]. »

Responsabilisé par Monty Williams, Deandre Ayton a également des coéquipiers sur qui compter pour grandir et progresser. Quand Frank Kaminsky voit en lui un All-Star en puissance, le pivot aux gros biscotos avoue aimer l’influence croate de son coéquipier Dario Saric.

« Ce mec ne parait pas comme ça mais il est très costaud, et très intelligent aussi. Je vois ce gars tous les jours, surtout pendant la bulle, et j’ai commencé à relever des trucs qu’il fait. J’essaye de suivre ce qu’il fait et d’apprendre à son contact. »

Comme l’expliquait récemment l’Arizona Central, Deandre Ayton fait fantasmer les fans des Suns mais il n’arrive pas encore à répéter ses productions avec régularité. Manque d’agressivité ou de concentration, il a clairement le talent en magasin pour devenir un joueur dominateur, et faire passer les Suns dans la classe supérieure (celle des équipes régulièrement en playoffs).

Si la comparaison avec Luka Doncic, qui l’a suivi en n°3 de la Draft 2018, lui est clairement désavantageuse (celle avec Marvin Bagley, 2e choix, l’est beaucoup plus), DeAndre Ayton a encore le temps de rééquilibrer le débat avec davantage de sérieux et une mentalité plus agressive sur les planches. Mais le garçon n’a encore que 22 ans.

Deandre Ayton Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2018-19 PHX 71 31 58.5 0.0 74.6 3.1 7.1 10.3 1.8 2.9 0.9 1.8 0.9 16.3
2019-20 PHX 38 33 54.6 23.1 75.3 3.9 7.6 11.5 1.9 3.1 0.7 2.1 1.5 18.2
Total   109 31 57.0 17.6 74.8 3.4 7.3 10.7 1.8 3.0 0.8 1.9 1.2 17.0

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Phoenix Suns en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés