Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Le jour où Jerry Colangelo a demandé à Kobe Bryant d’être le distributeur de « Team USA »

L’homme fort de la sélection américaine se souvient que convaincre l’ancienne légende de rejoindre « Team USA », pour les Jeux olympiques de 2008, n’a pas été compliqué.

22 janvier 2006. Kobe Bryant écrit l’une des pages les plus mémorables de son histoire en scorant 81 points face aux Raptors. À peine quelques jours plus tard, le Laker se rend à un premier rendez-vous en vue d’en écrire une autre. Alors que son équipe profite de cinq jours de repos, il rencontre Jerry Colangelo pour parler d’un gros dossier : les Jeux olympiques de Pékin, qui ont lieu deux ans plus tard.

Kobe Bryant n’a encore jamais porté le maillot national. Mais en l’accueillant dans son bureau, le patron de la fédération américaine comprend que le Laker a l’intention d’y remédier : « Il voulait en être coûte que coûte. Je lui ai dit : ‘Écoute, on va peut-être avoir besoin d’autre chose que de tes points. Il se peut que tu sois le distributeur’. »

Une requête susceptible de froisser l’arrière, qui vient de signer la deuxième meilleure performance offensive de l’histoire dans un match, en route pour sa saison la plus prolifique en carrière en termes de points inscrits (35.4 points de moyenne). « Il me regardait bizarrement, on souriait et puis il dit : ‘Je ferai tout ce que tu veux, je veux juste en être’. »

Être de cette fameuse « Redeem Team » pour ramener les Américains au sommet du basket mondial, après les affronts des JO de 2004 et des championnats du monde de 2002 puis 2006. Alors deux ans plus tard, Kobe Bryant, LeBron James, Dwyane Wade, Carmelo Anthony et les autres sont bien là pour remettre de l’ordre.

Une influence sur le travail des autres vedettes

Et au contact de ses partenaires de sélection, Kobe Bryant fait du Kobe Bryant. « On part en camp d’entraînement à Vegas et il arrive deux jours plus tôt, » se souvient Jerry Colangelo. « Il est dans la salle d’entraînement à 5h30 du matin à bosser avec ses poids. C’était son premier entraînement avant les deux entraînements quotidiens prévus. Carmelo, LeBron, Wade, Bosh et les autres l’ont vu et l’ont imité. Il a donc montré l’exemple. »

Exemplaire dans son éthique de travail, puis sur le terrain. « Dès le premier match d’entraînement, il plongeait au sol pour récupérer un ballon », rappelle encore le dirigeant qui n’a pas oublié cette finale olympique d’anthologie face à l’Espagne.

Avec ses 20 points, 6 passes et des tirs décisifs, Kobe Bryant, pas si distributeur que ça durant la compétition (2 passes de moyenne) en restera comme l’un des héros. « Si Wade (27 points) n’avait pas été là et surtout sans l’héroïsme de Kobe en fin de match, nous n’aurions peut-être pas gagné », termine Jerry Colangelo dont la formation empochera finalement la médaille d’or.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés