Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

[Happy Birthday] Jayson Tatum, marche après marche vers le sommet

L’ailier, qui ne cesse d’épater, fête seulement ses 22 ans ce mardi. Retour sur un début de carrière qui promet de grandes choses pour les Celtics.

Parmi les superstars en puissance qui s’affichent dans de spectaculaires highlights de lycées et d’universités, combien le deviendront vraiment ? Très peu. Jayson Tatum fait partie de ceux qui sont sur la bonne voie, de ceux qui parviennent à traduire leur potentiel à l’échelon ultime.

Une évidence pour les Celtics

Car celui-ci était certain il y a trois ans, quand les Celtics l’ont drafté, réussissant ce qu’ils voulaient en échangeant à Philadelphie leur premier choix de Draft contre le troisième, transformé en Jayson Tatum, et un autre, devenu Romeo Langford. « Oui, on l’aurait pris avec le first pick » assura le GM, Danny Ainge, après la Draft. Difficile d’en vouloir aux Sixers d’avoir misé sur Markelle Fultz : il était lui aussi était très prometteur. Tout comme Lonzo Ball, qui ne pouvait atterrir ailleurs qu’à Los Angeles.

« C’est le gars auquel on pensait beaucoup dès le début » déclarait Brad Stevens à l’époque. « Danny y pensait, et quand j’ai été intégré dans le processus après la fin de saison, c’était un des gars qu’on ciblait vraiment. » L’ailier allait bientôt gravir la première marche en étalant son talent en Summer League.

Celle-ci, beaucoup de prospects la franchissent avant une plongée dans le grand bain autrement plus compliquée. Celle de Jayson Tatum se fit contre les Cavaliers de LeBron James, dans un match marquée par la grave blessure de Gordon Hayward. Un tournant pour celui qui devint ce soir-là le premier rookie celte depuis Larry Bird à compiler un double-double pour sa première (14 points, 10 rebonds).

Gordon Hayward à l’infirmerie pour un petit bout de temps, lui et Jaylen Brown allaient récupérer de précieuses minutes, et les responsabilités qui vont avec. Encore plus avec les blessures successives de Marcus Smart et Kyrie Irving. Titulaire au sein de la deuxième meilleure équipe de la conférence Est (il a d’ailleurs commencé ses 242 matchs en vert dans le cinq majeur), le débutant compila 13.9 points de moyenne à 48% aux tirs et 43% à 3-points pour sa première saison régulière, avant la nouvelle grosse étape de sa carrière : les playoffs.

L’avènement du King

Une étape elle aussi franchie facilement, en laissant exploser ce potentiel de superstar. S’appuyant sur lui, Jaylen Brown ou Terry Rozier, Boston créa la surprise pour aller jusqu’en finale de conférence. Avec leur rookie comme meilleur marqueur, à 18.5 points de moyenne, en comptant ce poster déjà mythique sur LeBron James. « Il m’a eu » dira LeBron James après sa victoire au Game 7. « Ce putain de Tatum m’a explosé. Il est si fort, il est si fort, il est si fort, il est si fort. » Oui, le King répéta quatre fois cette dernière phrase.

Le plus dur aurait pu être de confirmer, surtout avec les retours combinés de Kyrie Irving et Gordon Hayward, et l’embouteillage que cela allait créer. Mais alors que Terry Rozier se dirigeait vers la sortie et que Jaylen Brown frôlait la déprime, Jayson Tatum fit parler sa force de caractère pour s’affirmer, sans faire de vagues, comme la deuxième option offensive derrière Kyrie Irving. Avec des stats en baisse et une sélection de shoots moins efficace, le sophomore fut tout de même l’un de ceux qui se tira le mieux de cette saison très compliquée à Boston.

Le départ d’Uncle Drew, compensé par l’arrivée d’un Kemba Waler plus altruiste, allait lui permettre d’aller vers l’étape suivante : le All-Star Game. Depuis le début de cette saison, sa troisième, l’ancien de Duke prend de plus en plus de place dans l’attaque de Brad Stevens, tournant à 30.7 points de moyenne en février, et sur la saison à 23.5 points de moyenne à 45% aux tirs, 40% de loin, avec en prime 7.1 rebonds, 2.9 passes, 1.3 interception et 0.9 contre.

Deux derniers chiffres qui témoignent de son principal axe de travail et de progression cette saison : la défense.

Le « Green Mamba »

En attaque, le jeune homme n’a jamais rien eu à prouver : son talent est présent depuis bien longtemps et l’a suivi. Il met par contre un point d’orgue à devenir un des meilleurs « two-way player » de la ligue, comme ses modèles Kawhi Leonard et Paul George, à qui il a montré toutes ses qualités en novembre lors d’une défaite en prolongation, puis en février avec une victoire cette fois-ci en double prolongation.

La dernière marche vers le sommet sera évidemment le titre, celui que Boston attend depuis 2008. Une 18e bannière à accrocher au plafond du TD Garden. « Il sera meilleur que moi » assurait ce week-end la légende locale Paul Pierce, comme pour lui donner de la force. Lui espère sûrement atteindre le niveau de sa légende à lui, l’ennemi juré des Celtics, celui qui l’a fait tomber amoureux du basket, Kobe Bryant.

Il avait eu l’occasion de réaliser son rêve en s’entraînant avec lui à l’été 2018, après avoir eu l’honneur de voir son jeu décrypté par le « Black Mamba » dans sa série « Detail ». Il avait alors posté une photo de la session légendée avec la question : « À quel point ça compte pour toi ? » Nul doute que l’élève faisait la fierté de son maître.

Voir cette publication sur Instagram

“How much does it mean to you” @kobebryant

Une publication partagée par Jayson Tatum🙏🏀 (@jaytatum0) le

Jayson Tatum Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2017-18 BOS 80 31 47.5 43.4 82.6 0.6 4.4 5.0 1.6 2.1 1.0 1.4 0.7 13.9
2018-19 BOS 79 31 45.0 37.3 85.5 0.9 5.2 6.0 2.1 2.1 1.1 1.5 0.7 15.7
2019-20 BOS 59 35 44.8 39.8 80.6 1.0 6.1 7.1 3.0 2.1 1.4 2.2 0.9 23.6
Total   218 32 45.6 39.9 82.7 0.8 5.1 6.0 2.2 2.1 1.2 1.7 0.8 17.2

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés