Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

[Coaching] Face aux Kings, Erik Spoelstra pose et évite les leurres

Petit jeu tactique entre Erik Spoelstra et Luke Walton, pour permettre à Bam Adebayo d’arracher une prolongation et au Heat de remporter ce match mal embarqué.

Privé de Jimmy Butler, le Heat est sur le point de perdre son deuxième match à domicile de la saison. Nemanja Bjelica a récupéré son rebond offensif pour offrir deux points d’avance (103-105) aux Kings, à 1.9 seconde de la fin.

Erik Spoelstra demande un temps-mort et doit mettre en place un dernier système, pour égaliser et aller en prolongation avec un panier à deux points ou pour arracher la victoire avec un shoot à 3-points. C’est Goran Dragic qui est chargé de la remise en jeu, face aux 2m15 d’envergure de Marvin Bagley III qui est chargé de le gêner.

Le système dessiné par le coach floridien a un but simple : offrir un avantage (de taille et physique) à Bam Adebayo sous le cercle pour le servir via un alley-oop. Pour cela, Erik Spoelstra va utiliser la tendance globale des défenses en fin de match, ces dernières années, qui changent sur tous les écrans afin de n’offrir aucun espace aux shooteurs.

C’est ainsi ce que vont faire Harrison Barnes et Cory Joseph, et c’est ce qu’espérait Miami.

Sous le cercle face au petit meneur de Sacramento, Bam Adebayo peut jouer des muscles et récupérer la bonne passe de Goran Dragic pour glisser le ballon dans le cercle et égaliser. Mais il reste 0.8 seconde sur l’horloge après cette action, le premier système décisif appelé pour le pivot depuis son passage à Kentucky, confiera-t-il plus tard.

Sacramento a donc encore une chance d’éviter la prolongation, et Luke Walton remet en place son joli système, qui avait piégé les Rockets et qu’il a depuis ressorti d’autres fois dans le « money-time ».

Une surprise ne reste pas longtemps une surprise en NBA…

Sauf que tout le monde observe tout le monde en NBA, et une surprise ne dure jamais très longtemps. Le piège de Luke Walton était peut-être surprenant la première fois mais, depuis, les adversaires ont compris que l’écran dans le dos de son intérieur n’était qu’un leurre, destiné à envoyer un ballon sous le cercle. Erik Spoelstra demande ainsi à Meyers Leonard de rester sous le panier, en attendant simplement de gêner le mouvement qui va arriver.

Les quatre autres joueurs de Miami changent sur les mouvements de Bogdan Bogdanovic, Nemanja Bjelica et Buddy Hield, et l’arrière serbe n’obtient donc qu’un tir très lointain et très compliqué.

Cette séquence illustre en tout cas assez bien comment la NBA cherche en continu des moyens d’utiliser les tendances contre ceux qui les utilisent. C’est un jeu du chat et de la souris en évolution permanente, où les pièges ne restent jamais des pièges trop longtemps. Et où le renouvellement est nécessaire de façon permanente.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sacramento Kings en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés