Pariez en ligne avec Unibet
  • LA 1.1SAC6.1Pariez
  • CHA2.27BRO1.58Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Un retour à Toronto toujours aussi particulier pour DeMar DeRozan

Encore mis à l’honneur par Toronto, l’arrière n’a pourtant fait aucun cadeau à son ancienne équipe, renversant les Raptors avec fracas.

Quand on a donné autant que DeMar DeRozan à Toronto, on a droit à un bel hommage, même la deuxième fois qu’on retrouve son ancienne salle. « Je ne connais personne qui a eu ça » se réjouit-il. « Trouvez-moi quelqu’un à qui c’est arrivé. C’est incroyable d’avoir encore autant de reconnaissance. Ça ne change pas. »

Sur le terrain par contre, son ancienne équipe ne lui a pas fait de cadeau, et réciproquement. « Ils ont défendu sur moi comme personne ne l’avait fait auparavant cette saison, avec des prises à deux. J’étais un peu comme Floyd Mayweather du coup, j’ai pris la température pendant les deux premiers rounds puis j’ai attaqué. »

Inoffensif en première mi-temps, « DD » a vu les Raptors prendre jusqu’à 18 points d’avance dans le troisième quart-temps. Il en a marqué autant sur le reste du match, pour aider San Antonio à renverser la situation et arracher la victoire, après avoir perdu lors de son premier retour.

Un hommage, des accolades et un climat apaisé

Avec notamment cet énorme poster sur Chris Boucher à 76-59, un tournant dans la rencontre.

« J’ai joué contre lui cet été, je ne le connaissais pas, et il contrait tous les tirs. Je me suis dit que quand je le verrai cette saison, je serai agressif, j’irai au cercle pour essayer au moins d’avoir la faute. C’est ce que j’ai fait, et j’ai dunké. » DeRozan 1 – 0 Boucher. « Je suis un contreur. Parfois tu réussis, parfois non » lui répond le Raptor. « J’ai contré des milliers de tirs. Ça arrive. Il m’a eu sur ce coup-là, je l’aurai peut-être la prochaine fois. »

Avec cette belle victoire, cet hommage, et les accolades qui ont émaillé la soirée, son histoire d’amour avec Toronto se remet un peu plus sur les rails. Il n’y avait qu’à le voir aller déranger Pascal Siakam dans le vestiaire des Raptors alors qu’il parlait devant les journalistes.

Quelques minutes avant, c’est Gregg Popovich qui ramenait à sa manière tout le monde sur terre. « Il a mis quelques paniers, pas de quoi en faire toute une histoire. C’est un héros ? Il y a un autre match dans deux jours. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toronto Raptors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés