Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Les Cavaliers affectés par le départ de Jordan Clarkson

Soirée des contrastes pour Cleveland : de la joie avec une troisième victoire de suite, de la peine avec le transfert de Jordan Clarkson.

Ils n’avaient pas connu une telle série de victoires depuis les cinq succès de rang enregistrés entre le 28 mars et le 5 avril 2018. LeBron James était toujours un Cavalier, pour quelques semaines encore.

Depuis, les Cavaliers peinaient à enchainer les succès. Cette victoire contre Atlanta est la troisième de suite, mais elle intervient dans un contexte compliqué : le transfert de Jordan Clarkson quelques minutes avant le début de la rencontre. Tristan Thompson a notamment lancé un simple « Utah » à Kevin Love, qui s’interrogeait sur l’absence de son coéquipier.

« J’ai demandé : Utah quoi ? », commente l’intérieur. « Thompson m’a alors répondu : Jordan. Je suis tombé de ma chaise. J’ai été blessé. Il était devenu un ami proche au fil des mois. C’est vraiment dur, surtout quand on n’en a aucune idée. Ils n’avaient pas besoin de me le dire, ils ne me doivent rien, ça n’aurait pas rendu les choses plus faciles. Ça fait mal. »

La victoire pour Jordan Clarkson

Le timing rend le transfert encore plus compliqué à avaler puisque, si les deux équipes discutaient depuis la semaine passée d’après les informations du site Cleveland.com, l’échange intervient ce lundi soir, après le meilleur match de Jordan Clarkson cette saison (33 points contre Memphis).

« Quand ces choses-là arrivent, c’est toujours difficile de se dire qu’il faut y aller et élever son niveau de jeu », livre Collin Sexton. « Il fait partie de l’équipe, de ce qu’on allait réaliser ce lundi soir… On a tout de même joué et même s’il n’est plus dans l’équipe, cette victoire, on a été la chercher pour lui. C’était un super coéquipier. » 

Ce transfert va sans doute profiter aux jeunes Darius Garland et Kevin Porter Jr. Ils l’ont prouvé contre les Hawks, avec 19 points marqués en dernier quart-temps à eux deux. « J’adore être sur le parquet dans ces moments », se réjouit Kevin Porter Jr. – neuf points dans le « money time » – avant de penser à son coéquipier.

« La seule chose qui me dérange, c’est que mon pote n’est plus là. Jordan m’a beaucoup aidé, afin que le basket me soit plus facile. Je me suis beaucoup nourri de lui. Je n’ai jamais connu de telle situation, j’étais dévasté mais, deux minutes après, il fallait jouer. Je n’ai pas arrêté d’y penser pendant trois quart-temps. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cleveland Cavaliers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés