Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Team USA, une aubaine pour les Celtics

Les quatre joueurs de Boston présents dans la sélection américaine développent des liens précieux pour la saison à venir.

Jouer en sélection présente des avantages et des inconvénients. La grande majorité des stars NBA ont choisi leur camp, celui de la peur de se blesser ou d’arriver fatigué à la reprise. Kemba Walker, Jayson Tatum, Jaylen Brown et Marcus Smart ont choisi l’autre, celui de l’envie.

L’envie de représenter son pays, l’envie de progresser, l’envie de tisser des liens forts entre eux.

Ou d’en créer dans le cas de Kemba Walker, signé cet été, qui ne pense pas encore à la saison régulière mais ne nie pas que cette expérience servira aux Celtics. « Je suis concentré sur la sélection, on verra quand on se retrouvera avec les Celtics, mais c’est déjà bien d’être avec eux » avoue-t-il sur le site de la fédération américaine.

« Ce sont des super gars, ils me facilitent la tâche. Je suis très à l’aise. Je me dis que lorsqu’on arrivera à la saison régulière, la transition sera facile parce que je suis avec ces gars depuis pas mal de temps maintenant. Ils m’ont accueilli à bras ouverts, c’est plutôt cool. »

« Même les gars avec qui je joue depuis deux ou trois ans, j’apprends encore à les connaître davantage »

À cette aventure s’ajoute un voyage à Paris avec Jayson Tatum pour le meneur de jeu, déterminant dans sa venue à Boston. Un Jayson Tatum qui comptait sur l’expérience Team USA pour renforcer la cohésion celte, et qui n’est pas déçu. « C’est assez génial, on est quatre ici, quatre embarqués dans cette aventure ensemble à construire une bonne cohésion pour la saison. Surtout avec Kemba, qui nous a rejoints à Boston. »

Et même les trois autres, alors qu’ils se connaissent très bien, se rapprochent sous les couleurs américaines. « C’est super. J’apprends beaucoup des garçons, même ceux avec qui je joue » s’étonne Jaylen Brown. « J’ai appris de Marcus, de Jayson et j’apprends à connaître Kemba. Même les gars avec qui je joue depuis deux ou trois ans, j’apprends encore à les connaître davantage, donc c’est une super expérience. »

« Quand tu es hors de ta zone de confort à l’autre bout du monde, avec un verre de vin, tu vois les gens différemment » décrit l’ailier. La méthode Gregg Popovich permet donc bel et bien de resserrer les liens.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boston Celtics en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés