Pariez en ligne avec Unibet
  • CHA2.25DET1.65Pariez
  • ORL1.62SAN2.32Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le soir où le coeur des Warriors est entré dans la légende

Au terme d’un match dantesque et crève-cœur, Golden State continue de démontrer une force de caractère inégalable. Une victoire qui marquera les esprits.

Rudy Tomjanovich nous l’a dit il y a 25 ans, nombreux l’ont répété. « Il ne faut jamais sous-estimer le cœur d’un champion ». Match après match, saison après saison, les Warriors continuent cependant de redéfinir cette expression. Nous les avons vus aller chercher une victoire incroyable à OKC en 2016, dégoûter les Rockets à domicile lors des deux dernières saisons, l’emporter lors du Game 2 de ces Finals malgré les blessures de Klay Thompson, ischio-jambiers, et de Kevon Looney, fracture au niveau du thorax, mais cette nuit, d’après Draymond Green, c’était peut-être leur plus belle victoire.

« Ça doit être la plus belle, » analyse-t-il. « Quand vous êtes à -6 avec quelques minutes à jouer dans un match décisif où ils peuvent gagner le titre, on aurait pu agiter le drapeau blanc. On aurait pu baisser les bras, mais nous ne l’avons pas fait. Je l’ai déjà : je n’ai jamais vu ce groupe abandonner. Et c’est toujours d’actualité. »

Outre le déficit des dernières minutes et une fin de match complètement folle qui a vu les « Splash Brothers » prendre leurs responsabilités, une claquette refusée à DeMarcus Cousins, un retour en zone, un écran mobile, et un dernier stop défensif marqué par une prise à deux d’Andre Iguodala et un Draymond Green défendant deux joueurs pendant près de cinq secondes avant de contrer le dernier tir de Kyle Lowry, c’est la dimension humaine qui rend cette victoire si spéciale et si amère.

« Je viens de dire à l’équipe que je ne savais pas quoi dire car d’un côté je suis tellement fier d’eux, du cœur et de la force de caractère qu’ils ont montré, et de l’autre, je suis anéanti pour Kevin, » décrit Steve Kerr. « C’est un sentiment étrange. Une victoire incroyable et une perte horrible juxtaposées. » 

« Steph a rallié les troupes ! Il a parlé à tout le monde, il a dit tout le monde de rester concentré et d’aller chercher la victoire pour Kevin. »

Ce cœur de champion, on l’a vu avant tout chez Kevin Durant. Depuis un mois, le MVP des deux dernières Finals a fait tout ce qu’il a pu pour pouvoir rejoindre ses coéquipiers sur le terrain. Pendant ce temps, sa blessure et sa volonté ont été remis en question. Certains l’annonçaient déjà à New York ou Los Angeles alors qu’il était pourtant dans les travées de la Scotiabank Arena et de l’Oracle Arena en train de supporter son équipe.

Avec les Raptors à une victoire du titre, KD a donc tenté le tout pour le tout. Son retour a donné une bouffée d’oxygène, et 11 points en 12 minutes de jeu dont un 3 sur 3 de loin, à son équipe avant que son tendon d’Achille ne lâche, sous les applaudissements pervers d’une partie du public.

Montré du doigt toute la saison, Kevin Durant a répondu dans le langage qu’il maitrise le mieux, celui du terrain. Cloués au sol avec lui, les espoirs d’un triplé de plus en plus en éphémères. Personne n’en aurait voulu aux Warriors si cette nouvelle épreuve les avait mis K.O.

Ce cœur de champion s’est alors exprimé via Stephen Curry. Avec Andre Iguodala et Bob Myers, il a accompagné son coéquipier jusqu’aux vestiaires avant de s’assurer que le reste de l’équipe était prête à repartir au combat. « Vous pouviez sentir l’énergie s’échapper de nous, » décrit Draymond Green. « Mais Steph a rallié les troupes ! Il a parlé à tout le monde, il a dit tout le monde de rester concentré et d’aller chercher la victoire pour Kevin. »

Cireur de banc en début de match, DeMarcus Cousins devient décisif

Stephen Curry a continué de montrer l’exemple dès le retour sur le terrain, convertissant un 3-points avec la faute de Fred VanVleet et continuant à attaquer la défense canadienne jusqu’à la mi-temps. Il a également reçu l’aide d’un DeMarcus Cousins qui était parti pour encaisser un DNP lors du match le plus important de la saison, après deux performances décevantes.

Mais le cœur de champion est contagieux. Pour le septième match de playoffs de sa carrière, le pivot a ravalé sa fierté et a répondu présent quand son entraineur a fait appel à lui, marquant sept points de suite et se battant comme un beau diable pour aider son équipe en défense.

« DeMarcus a été fantastique ce soir. Il est resté prêt alors qu’on a préféré faire appel à Bogut en début de deuxième quart temps, » explique Steve Kerr. « Mais avec la blessure, on savait qu’on allait avoir besoin de son scoring. Je suis super content pour lui, après tout ce qu’il a vécu cette année. »

L’exceptionnelle défense d’Iguodala et de Green

Comment aborder ce cœur de champion sans parler d’Andre Iguodala ? Sur une jambe depuis le début des Finals, il a trouvé le moyen de marquer un tir à 3-points en début de troisième quart-temps avant lui aussi de sacrifier son corps pour ralentir Kawhi Leonard et terminer la rencontre avec quatre contres et une prise à deux décisive.

Cette défense, montrée du doigt à juste titre et de nouveau friable cette nuit, a pourtant tenu bon dans les trois dernières minutes, limitant Toronto à deux points après avoir frôlé la correctionnelle. « Notre défense a plié mais n’a pas cédé et le dernier stop a été énorme. Le contre de Draymond, il a couvert tellement de distance pour aller contrer Kyle dans le corner, » admirait Steve Kerr.

Ce cœur de champion s’est développé depuis des années à travers le trio original, Stephen Curry – Klay Thompson – Draymond Green. Et sans surprise, ce sont eux qui ont fini le boulot des deux côtés du terrain. « Ils ont tellement accompli de choses durant toutes ces années et ça n’arrive pas seulement par le talent, » rappelle Steve Kerr. « Il y a beaucoup d’autres ingrédients, ce désir de gagner, cette passion, cette dureté, et cette capacité à rester solide sous pression. »

« Nous n’avons plus rien à prouver sur l’identité de cette équipe, sur notre cœur, sur notre compétitivité »

Ce soir, le basket était pourtant secondaire. C’est la raison pour laquelle Bob Myers avait les larmes aux yeux en annonçant le premier diagnostic de la blessure de Krvin Durant. Et c’est pour cette raison que cette victoire avait un goût si particulier. « On est allé la chercher avec le cœur. On l’a fait pour Kevin ! » s’exclamait Klay Thompson. « C’est un vrai Warrior, il voulait se battre avec nous, compromettant sa santé physique. Et on va essayer de gagner les deux prochains matchs pour lui. »

Le Game 6, qui aura lieu jeudi à l’Oracle Arena, semblait pourtant bien lointain. Les Raptors y seront encore favoris mais pour une fois, la finalité de cette saison, du moins pour les Warriors, n’avait pas la même saveur. Même avec un titre de Toronto, Golden State aura encore réussi à ajouter un chapitre à sa légende. Et qu’on fasse partie ou pas de la « Dub Nation », on ne peut que respecter cette équipe après la performance de cette nuit.

« Ce soir, du début à la fin, ça a été les montagnes russes en terme d’émotion, et nous avons un autre match à jouer jeudi. On sera prêt mais nous n’avons plus rien à prouver sur l’identité de cette équipe, sur notre cœur, sur notre compétitivité, » précise Stephen Curry. « Nous voulons gagner ce titre, nous allons tout donner mais je pense que nous en avons fini avec le fait de prouver aux gens qu’ils ont tort à notre sujet ou d’envoyer des messages avec notre niveau de jeu. Les gens savent qui nous sommes. »

En effet, nous le savons. C’est l’équipe qui continue de redéfinir le terme « champion ».

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Golden State Warriors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés