Matchs
hier
Matchs
hier
Magazine News

Most Improved Player : le choix de la rédaction

Qui succédera à Victor Oladipo pour le trophée de la meilleure progression ? S’il faudra attendre la fin des Finals, et la cérémonie des NBA Awards pour connaître les lauréats des trophées individuels, Basket USA vous propose déjà ses choix avec le vote de la rédaction.

Peu ou pas de suspense à attendre pour ce trophée si l’on en croit les votes de la rédaction. Devenu titulaire aux Raptors, et carrément la deuxième option en attaque à certains moments de la saison, Pascal Siakam fait l’unanimité.

1 – Pascal Siakam (Toronto), 90 points

2017-2018 : 7.3 points à 50%, 22% à 3-pts, 4.5 rebonds en 21 minutes
2018-2019 : 16.9 points à 55%, 37% à 3-pts, 6.9 rebonds, 3.1 passes en 30 minutes

C’est clairement la révélation de la saison puisque personne ne l’attendait à un tel niveau, et personne ne lui imaginait un tel potentiel offensif. Simple rotation la saison passée derrière Jonas Valanciunas et Serge Ibaka, il est carrément devenu titulaire et ses qualités de mobilité, mais aussi de vitesse et d’adresse, lui permettent de poser des problèmes à tous types d’ailiers forts. Désormais surveillé de près, il doit encore gagner en régularité. Les playoffs sont un test grandeur nature pour lui.

2 – D’Angelo Russell (Brooklyn), 38 points

2017-2018 : 15.5 points à 41%, 32% à 3-points, 5.2 passes, 3.9 rebonds en 26 minutes
2018-2019 : 21.1 points à 43%, 37% à 3-points, 7 passes, 3.9 rebonds en 30 minutes

Comme Pascal Siakam, le meneur des Nets en a mis plein la vue pendant la saison régulière, au point de devenir All-Star. Difficile à croire quand on se souvient que les Lakers ne lui faisaient pas confiance et avaient préféré l’échanger pour faire de la place à Lonzo Ball. D’Angelo Russell a beaucoup progressé dans son jeu, mais aussi dans son attitude. Il commence à s’imposer comme leader, et par sa créativité, sa lecture du jeu et sa facilité technique, il rappelle parfois James Harden. Comme Pascal Siakam, les playoffs ont montré qu’il avait tout de même une grosse marge de progression dans la justesse et la sélection de ses tirs. Et il faut espérer qu’il soit toujours sérieux après avoir signé son contrat…

3 – Buddy Hield (Sacramento), 22 points

2017-2018 : 13.5 points à 44%, 43% à 3-pts, 3.8 rebonds en 25 minutes
2018-2019 : 20.7 points à 46%, 43% à 3-pts, 5 rebonds en 32 minutes

Si les Kings avaient décroché une place en playoffs, peut-être que le shooteur des Kings aurait été mieux placé. Il est devenu aujourd’hui l’un des meilleurs « deuxième arrière » de la ligue dans un style « old school ». C’est un pur shooteur, pas forcément athlétique et explosif, mais son bras est rapide et précis. Dans le jeu rapide de Sacramento, il s’est régalé et il forme avec De’Aaron Fox, un backcourt prometteur même s’il a déjà 26 ans, et non 25 comme tout le monde le croyait…

4 – De’Aaron Fox (Sacramento), 14 points

2017-2018 : 11.6 points à 41%, 31% à 3-pts, 2.8 rebonds, 4.4 passes en 28 minutes
2018-2019 : 17.3 points à 46%, 37% à 3-points, 7.3 passes, 3.8 rebonds, 1.6 interception en 31 minutes

C’est toujours compliqué d’opter pour un « sophomore » comme Most Improved Player puisqu’il est dans sa deuxième année, et que forcément, dans le meilleur des cas, un rookie va progresser… Il n’empêche qu’on ne s’attendait pas à ce que De’Aaron Fox corrige aussi vite ses défauts de sa première année. Il va toujours aussi vite mais il se précipite moins, et surtout il s’est comporté en vrai meneur de jeu. Clairement, on a l’impression de revoir le jeune John Wall avec un volume de jeu déjà impressionnant. Quand il aura progressé sur jeu placé, il sera tout proche des All-Stars.

5 – Domantas Sabonis (Indiana), 6 points

2017-2018 : 11.6 points à 51%, 7.7 rebonds, 2 passes en 25 minutes
2018-2019 : 14.1 points, 9.3 rebonds, 2.9 passes, 59% aux tirs, 53% à 3-points en 25 minutes

Avec un temps de jeu équivalent à la saison passée, le fils du « Tsar » a amélioré toutes ses stats, et ça en fait bien sûr un candidat au trophée de Most Improved Player. Second de nos votes pour le meilleur remplaçant, la doublure de Myles Turner et de Thaddeus Young est l’intérieur moderne idéal. Le Lituanien a de bonnes mains, il est polyvalent, peut jouer face au cercle ou dos au panier, et mieux encore, il est devenu dangereux à 3-points.

Mentions : Giannis Antetokounmpo (Bucks), John Collins (Hawks), Terrence Ross (Magic), Spencer Dinwiddie (Nets)…

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *