Summer
League
Summer
League
MIN92
MEM95
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

L’étrange stratégie défensive des Blazers

Dominés mais jamais largués, les Blazers sortent du Game 1 en ayant l’impression de ne pas être si loin des Warriors malgré une stratégie défensive pour le moins surprenante.

Pendant toute la rencontre, la stratégie défensive de Portland sur le pick & roll fut déconcertante. Face à Stephen Curry, peut-être le meilleur shooteur à 3-points de l’histoire, le staff des Blazers avait demandé à ses intérieurs, et en particulier Enes Kanter, de rester dans la raquette pour protéger le cercle, offrant tir ouvert après tir ouvert au meneur. Le double MVP de Golden State va ainsi terminer le match avec 36 points, et 9 tirs à 3-points à 60% de réussite pour égaler son record sur un match de playoffs. Ouch !

Après la rencontre, Anthony Slater, de The Athletic, a donc posé à Terry Stotts la question qui était dans la tête de tout le monde. Pourquoi cette stratégie alors qu’au tour précédent les Rockets avaient connu du succès en « trappant » Stephen Curry systématiquement ou en « switchant », selon les défenseurs ?

L’entraineur des Blazers a répondu en défendant son choix de façon beaucoup plus agressive que la défense de son équipe lors de ce premier match. « Je ne me souviens plus… quand Curry a marqué 33 points en deuxième mi-temps, est-ce que Houston a trappé ? ». « Oui » répond le journaliste. « Ok… on y pensera, » ajoute froidement Terry Stotts.

La pire des stratégies face aux Warriors

Quelques minutes plus tard, Damian Lillard et C.J. McCollum ont eux pris le contrepied de leur coach, fustigeant le manque de rigueur de leur défense sur ce type d’action.

« L’execution de notre plan de jeu n’était pas à la hauteur. Avoir nos grands si bas quand on sait qui on en a en face, si on leur donne cette opportunité, ils vont avoir de la réussite, » critique le meneur. « On doit monter plus haut et les chasser de la ligne à 3-points et ce soir ils ont posé des écrans solides et on les a laissés prendre des tirs d’entrainement. C’est la dernière chose dont on a besoin si on veut avoir une chance de battre son équipe. »

C.J. McCollum faisait lui écho aux propos de son compère de la base arrière, allant même jusqu’à dire, en parlant d’ajustement pour le Game 2, que les Blazers doivent faire « tout sauf ce que nous avons fait ce soir ».

Ironiquement, ce sont les Warriors qui ont volé au secours de Terry Stotts. Stephen Curry a évoqué le besoin d’être patient, de continuer à faire vivre la balle et de ne pas forcément tirer tout de suite après le premier écran alors que Steve Kerr a lui souligné l’importance pour un entraineur de jouer sur les points forts de son effectif.

« Chaque défense est construite selon le personnel disponible et vous devez faire en sorte d’avoir un système avec lequel vous êtes à l’aise et dans lequel vos joueurs sont à l’aise, » décrit le coach. « Mais vous savez, ils n’ont pas eu beaucoup de temps pour préparer ce premier match, après leur Game 7 dimanche. Ils ont maintenant des vidéos qu’ils peuvent étudier et je suis certains qu’ils s’ajusteront. »

Une défaite encourageante ?

Un intérieur comme Enes Kanter aura par exemple du mal à être agressif sur le porteur du ballon mais à l’image de Billy Donovan en 2016 lors de la finale de conférence Ouest, Terry Stotts pourrait choisir de minimiser autant que possible le temps de jeu de son pivot quand Stephen Curry est sur le terrain.

Les problèmes sur pick & roll n’étaient toutefois que la partie visible de l’iceberg. Le mouvement de l’attaque de Golden State rend ses pick & rolls encore plus dangereux. Ajoutez à cela 21 balles perdues, leur pire marque de la saison, qui ont donné 31 points aux Warriors, dont 17 en contre attaque, et la marge de manœuvre déjà minime de Portland devient inexistante.

« Notre défense sur pick & roll a été mauvaise pendant toute la rencontre. En transition, les 21 balles perdues nous ont fait mal et ça débouche sur des paniers faciles pour eux. Sur l’homme, je pense qu’on a besoin de communiquer un peu plus, de serrer la vis et de leur rendre la vie plus difficile, » analysait C.J. McCollum.

Et pourtant, malgré tous ces problèmes, les Blazers ne comptaient que six points de retard à la fin du troisième quart temps. « À l’exception du dernier quart-temps, notre défense n’a pas été aussi mal que ça. Ils ont trouvé des ouvertures dans le quatrième et ont marqué 39 points mais avant ça, nous étions à -6, et nous avions trouvé des moyens de nous accrocher malgré nos problèmes en attaque, » relativisait Terry Stotts.

Les Warriors sont perfectibles

La stratégie défensive de Golden State peut se limiter à un slogan : « Tout sauf Lillard et McCollum ». Agressive sur les deux arrières, elle a limité le premier à 12 tirs, neuf de moins que sa moyenne de playoffs et ils ont misé sur le fait que les autres Blazers ne pourraient pas les battre. Malgré les 17 points chacun de Moe Harkless et de Rodney Hood, Portland a terminé la rencontre à 36% de réussite aux tirs, dont 25% à 3-points, leur pire marque de la saison. Pari réussi pour les Warriors.

Portland peut-il donc être encouragé par ses trois premiers quart-temps ? Oui, mais on doit aussi souligner que les Warriors n’ont pas été irréprochables des deux côtés du terrain. À chaque fois qu’ils ont pris plus de dix points d’avance, la bande de Steve Kerr a vu sa concentration prendre le chemin inverse. Ils ont manqué de rigueur sur leurs rotations défensives et, à l’image de la passe dans le dos de Stephen Curry qui a fini au premier rang, ils ont perdu des ballons évitables.

Il y a cependant fort à parier que la deuxième manche sera très différente pour les deux équipes. Comme le dit Steve Kerr, les Blazers vont avoir le temps de travailler et de s’ajuster pour perdre moins de ballons, trouver des ouvertures pour Damian Lillard et C.J. McCollum, et ne pas laisser autant de tirs ouverts aux Warriors. Ils n’ont ainsi besoin que d’une victoire à l’Oracle Arena pour mettre la pression sur les Warriors. Mais la prochaine semble impérative car Kevin Durant ne devrait pas tarder à revenir, ainsi peut-être que DeMarcus Cousins…

Propos recueillis à Oakland.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Golden State Warriors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés