Matchs
hier
Matchs
hier
Magazine News

Qui se cache derrière la photo du shoot d’anthologie de Kawhi Leonard ?

Photographe du quotidien local, le Toronto Star, Rick Madonik est l’auteur d’un cliché qui vient de faire le tour du monde. On y voit un Kawhi Leonard accroupi qui attend de voir si son « buzzer-beater » dans le Game 7 va rentrer.

« Quelle photo absolument incroyable. » Sports Illustrated n’a pas trouvé meilleur commentaire au moment de partager le cliché en question. Un Joel Embiid bouche bée, un Kawhi Leonard étonnamment accroupi, langue sortie, qui attend de voir si son tir va finir par tomber dans le cercle, le temps qui s’arrête, suspendu aux rebonds du ballon sur le cercle… Toute la tension et l’émotion de cette fin de match 7 est dans cette composition. Elle est l’œuvre de Rick Madonik, photographe du Toronto Star (Mark Blinch a réalisé un cliché du même angle, plus large).

La plongée du cliché, d’abord, s’explique évidemment par la position du photographe dans la salle. Dans ce qu’il appelle la « gondole », à des dizaines de mètres plus haut que le parquet. « Ce n’est pas une position classique pour shooter », nous raconte Rick Madonik. « On (les photographes locaux) l’utilise parce que nous perdons certaines de nos places sur le parquet quand les playoffs démarrent. Beaucoup de télévisions viennent et la NBA a ses propres photographes. » Des propos que confirmerait notre photographe Chris Elise, accrédité à l’année au Staples Center, mais qui se retrouve parfois dans les étages selon les affiches…

« Pourquoi c’est si long ? »

Finalement c’est un mal pour un bien sur l’action en question. Un peu à l’écart de l’ambiance électrique de la Scotiabank Arena sur le moment, le photographe décrit une « tension silencieuse » parmi ses confrères. « Je pensais que les Raptors allaient perdre le match, et tout à coup, tout se joue sur un tir avec soit une victoire, soit la prolongation. »

Son « plan » pour la dernière action, alors qu’il reste quatre secondes à jouer après le temps-mort ? « Suivre Kawhi et observer le banc ! Attendre de voir l’émotion. » Il ne va pas être déçu. Sur l’ensemble de la séquence, le photographe dit avoir pris environ une cinquantaine de clichés malgré sa surprise de voir Kawhi Leonard décocher un tel tir.

« J’ai gardé mon attention sur lui parce qu’il était à côté du banc. Cela semble durer une éternité. Je me souviens de lui, véritablement agenouillé, la langue tirée et puis la réaction. J’ai laissé échapper un petit rire quand le tir est rentré mais tout ce que je me demandais c’est : pourquoi c’est si long ? Je n’ai pas suivi la balle ou essayé de la localiser. Je n’avais aucune idée du nombre de rebonds qu’il a fallu, avant de l’apprendre dix minutes après le match. »

Pas une photo iconique pour lui

C’est dire le suspense pour lui ! Se disant « un peu dérouté » par l’écho que sa photo, rarement créditée sur les réseaux sociaux à son grand regret, a pu avoir, Rick Madonik refuse de la qualifier d’iconique.

« Je suis désolé de le dire mais elle ne l’est pas », défend le photographe qui ne veut pas encore entendre parler d’un potentiel titre de photo de l’année. « Du moins pas encore. Je trouve qu’on utilise trop ce mot de nos jours. Mais ne vous méprenez pas, c’est une très belle image dont je suis fier, mais seul le temps nous dira si elle reste dans les mémoires. »

Elle semble bien partie pour rester dans la sienne en tout cas. « Je travaille depuis 34 ans et j’ai eu la chance de faire beaucoup de choses différentes. Parfois heureuses, parfois tristes, joyeuses voire morbides. Je suis sacrément content de celle-ci », termine-t-il en évoquant également des clichés mémorables pris lors des Jeux olympiques d’hiver de Vancouver 2010, ou des ceux réalisés à l’étranger (Ethiopie en 2000 et Libye en 2011).

Propos recueillis à Toronto

Crédit photo : Rick Madonik/Toronto Star via Getty Images

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *