Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
ORL88
CHA120
BRO107
NYK105
TOR84
BOS79
MEM97
ATL75
MIN102
CLE95
NOR113
SAC92
MIL67
IND55
UTH
GSW4:30
LAC
OKC4:30
News

Ben Wallace reconnaît avoir connu une période de déprime après sa carrière

Légende des Pistons, quadruple meilleur défenseur de la ligue, All-Star et champion en 2004, Ben Wallace a connu une carrière magnifique, probablement digne du Hall of Fame. Surtout quand on se souvient qu’il n’a pas été drafté.

Seulement, bien qu’il fut chanceux de connaître un tel parcours, la retraite en 2012 a été un coup dur à encaisser.

« Le basket est un contrôle de l’esprit », analyse-t-il. « Ça vous fait voyager entre des hauts et des bas. On en a presque besoin. Un jour, on prend vingt rebonds et le lendemain, seulement sept ou huit. Maintenant, on attend le prochain moment pour se prouver quelque chose. Quand on est à la retraite, on se sent exclu, personne ne fait plus attention à vous, plus personne ne vous appelle comme avant. On commence à déprimer, et il n’y a aucun match le lendemain pour se motiver, donc on coule. »

Ben Wallace perd alors presque 16 kilos et recherche du soutien. Il prend son téléphone et appelle Rick Carlisle.

« Ce fut un appel fondamental pour moi car il fut un de mes coaches et il me connaissait. Il a répondu et savait exactement ce dont j’avais besoin. Il m’a donné une liste de personnes que je devais appeler. Deux ans plus tard, j’ai appelé Mike Woodson et Doc Rivers. Ils m’ont aidé à m’orienter dans la bonne direction. »

Désormais président de l’équipe de G-League des Pistons, Ben Wallace a trouvé un os à ronger. Il n’avait pas pensé à cela quand il a quitté les parquets de la NBA.

« L’erreur que j’ai commise, c’est de penser que je pourrais arrêter et trouver quelque chose à faire. C’est génial de voir désormais les joueurs commencer à y penser quand ils sont encore dans la ligue. J’ai attendu de partir, j’étais préparé financièrement mais je n’avais pas posé les bases. J’étais habitué à un agenda et là, je rentre chez moi et j’ai du temps libre. Je rendais fou ma femme et mes enfants. Il a fallu m’adapter, ce fut le plus important. »

Un discours qui ressemble énormément à celui tenu par Chris Bosh il y a quelques mois.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *