Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
BOS
ATL1:00
CHA
NYK1:00
BRO
WAS1:30
CLE
MIL1:30
PHI
IND1:30
MEM
MIA2:00
DEN
OKC4:00
POR
TOR4:00
SAC
GSW4:00
Analyse Awards News

La course au MVP : Derrick Rose admis au club des MVP par Kobe

Tous les mardis, la « course au MVP » vous propose un classement des 5 candidats potentiels au titre de Most Valuable Player 2011.

Cette semaine, ce n’est ni le retour en force du double MVP en titre qui nous a marqués, ni la prise de pouvoir du seul Européen à avoir remporté ce trophée.

Non, aujourd’hui, nous allons nous intéresser à un joueur de 22 ans à peine qui n’en finit plus d’étonner ses pairs et qui, ce week-end, a reçu un nouvel hommage de la part d’un joueur que beaucoup considèrent comme le meilleur joueur de la ligue.


Pas de surprise, c’est dans le titre, le jeune joueur dont nous parlons n’est autre que le meneur des Chicago Bulls, Derrick Rose.

Impressionnant depuis le début de cette campagne 2010-11, Rose ne cesse de monter en puissance et les hommages rendus par les anciens joueurs, les coaches et le joueurs adversaires remplissent régulièrement les colonnes des pages sportives de la presse Chicagoane.

Kobe Bryant-Derrick Rose : le passage de témoin ?

Ce week-end, Derrick Rose et les Bulls rencontraient les Lakers. L’occasion pour la presse d’interroger Kobe Bryant à propos du jeune meneur et le MVP 2008 n’a pas été avare en compliments.

« Je sais quand un joueur veut vraiment s’améliorer et fait tout ce qu’il faut pour progresser, » expliquait Bryant avant de rencontrer les Bulls au United Center. « C’est une qualité que j’avais quand j’étais plus jeune. J’admire ça chez lui. Je peux vraiment voir la différence entre cette année et l’année dernière. »

Kobe Bryant n’est pas du genre à faire des compliments pour faire bonne figure devant les journalistes locaux mais l’un d’entre eux, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de K.C. Johnson du Chicago Tribune, n’a pas résisté à l’envie de lui poser la question symbolique :

« Ces compliments peuvent-ils être perçus comme un passage de flambeau ? »

Evidemment, la question de Johnson comportait une bonne dose d’humour mais Kobe Bryant, en véritable compétiteur, a eu une réponse à son image.

« Oh, bien sûr, mais je ne passe rien du tout. »

Johnson a ensuite demandé à Bryant si Rose avait les moyens de lui chiper ce flambeau. Ce à quoi Bryant a répondu en souriant :

« Il peut parfaitement essayer. »

En toute honnêteté, ce genre de question n’a aucune légitimité pour le moment mais personne n’aurait osé la poser il y a encore 6 mois et c’est la preuve que Derrick Rose est entré dans une autre dimension. Un avis partagé une fois de plus par Kobe Bryant.

« Pour lui ‘the sky is the limit’, » a poursuivi Bryant. « Vous pouvez voir les progrès qu’il a faits au shoot depuis la saison dernière et à quel point il a élevé son jeu à un autre niveau. »

Conscient des progrès et du travail accompli par le jeune meneur, Kobe Bryant a conclu par un dernier compliment :

« Je ne pense pas que vous puissiez développer un instinct de tueur. Soit vous l’avez, soit vous ne l’avez pas. Il l’a depuis qu’il est au lycée. »

En tant que l’un des joueurs, voire le joueur le plus clutch de la ligue, Bryant sait de quoi il parle.

Derrick Rose, le héros attendu de toute une ville

Au final, les Bulls l’ont emporté sur les Lakers et Derrick Rose a une fois de plus porté les siens tout au long du match avec des stats « Bryantesque » (29 points, 5 rebonds et 9 passes).

Ceci représente la première victoire des Bulls sur les Lakers depuis le 19 décembre 2006.

Justement, des records comme celui-ci, Derrick Rose en a fait tomber plusieurs depuis son arrivée à Windy City.

Régulièrement, on peut lire ici ou là des choses comme « Derrick Rose est le premier joueur depuis Michael Jordan à… ». Niveau pression on fait difficilement mieux.

Il faut dire que les Bulls ont vécu une période si difficile après le départ de Michael Jordan. Voir le meilleur joueur de l’histoire de la ligue tirer sa révérence et son équipe sombrer dans les profondeurs du classement n’est pas facile pour une franchise.

Pour tous les fans des Bulls, tout était une question de patience. Un jour, ils auraient un nouveau héros et celui-ci, en retour, aurait une énorme pression sur les épaules certes, mais serait porté par toute une ville fan de basket et de sport en général. C’est le cas de Rose.

Il faut dire que le hasard a bien fait les choses. Originaire de Chicago, Derrick Rose a été choisi en première position par les Bulls alors que la franchise ne possédait que 1.7% de chances d’obtenir le premier choix !

Dès son arrivée, toute la ville a vu en lui celui qui ramènerait la franchise au sommet. L’attente était énorme avant même qu’il n’est posé son premier pied sur un parquet NBA.

Deux éléments permettent de prendre un peu plus conscience de ceci. D’une part, dès sa première saison, Derrick Rose s’est retrouvé propulsé dans tous les top 10 des maillots les plus vendus dans le monde.

D’autre part, depuis la saison 2008-2009, le United Center est le stade le plus rempli (en moyenne) de toute la ligue.

Est-il trop tôt pour parler de MVP ?

A l’heure actuelle, Derrick Rose est le seul joueur de la ligue à inscrire plus de 24 points par match tout en distribuant plus de 8 passes. Des statistiques qu’il n’avait encore jamais atteintes.

En constante progression, Rose n’est plus seulement le joueur hyper rapide et athlétique que l’on décrivait lors de ses deux premières saisons. Il est devenu un véritable leader et il a développé une nouvelle arme que Joakim Noah qualifie d’effrayante : un shoot à trois-points très fiable (40 sur 95 soit 42.1% de réussite).

De plus, sa défense s’est considérablement améliorée et il est en train de se construire une véritable réputation de joueur clutch (les Rockets, les Cavs et les Lakers en ont récemment fait les frais). Bref, que des qualités nécessaires au titre de MVP.

Dans ce cas, qu’est-ce qui pourrait priver Derrick Rose d’un titre de MVP dès cette saison ou dans les saisons à venir, en dehors des autres prétendants bien sûr ?

Doug Thonus de chicagonow.com a rédigé un article très intéressant sur le sujet. Pour lui, Derrick Rose est exclusivement concentré sur la victoire et devrait, toute proportion gardée, être un peu plus « égoïste » dans certains cas.

Pas assez « égoïste » ?

Prenez l’exemple du match face à Minnesota. Les Bulls ont outrageusement dominé les Wolves tout au long du match et, malgré son record en carrière derrière l’arc (5 sur 6 à 3-points), Derrick Rose ne s’est contenté « que » de 10 petits shoots, terminant le match à 21 points.

Pour Thonus, Derrick Rose doit aussi un peu penser à lui car des joueurs comme Kobe Bryant ou LeBron James n’auraient pas hésité à planter 30 ou 35 points face à une défense aussi laxiste. Pour lui, c’est pour cette raison que Rose n’a aucune chance de terminer meilleur marqueur de la ligue.

Evidemment, on ne peut pas reprocher à un joueur d’être plus concentré sur les résultats de son équipe plutôt que sur ses propres performances, surtout quand ce dernier fait tout ce qu’il faut pour permettre à son équipe de l’emporter, mais le point de vue de Thonus est défendable.

Comme le disait Luol Deng, Derrick Rose joue toujours à son meilleur niveau mais parfois, les autres ne suivent pas et dans ce cas là, quel que soit le score, il continue de vous pousser et de vous pousser encore.

C’est certainement une qualité qui, même si elle ne suffit à convaincre certains votants de le choisir au moment du vote final, permettra certainement à Rose d’emmener les Bulls au sommet dans les années à venir et finalement, c’est tout ce qui semble l’intéresser.

Le chiffre du jour : – 52

C’est la différence entre les points marqués et les points encaissés par les Mavs (durant leur série de 12 victoires) lorsque Dirk Nowitzki est sur le banc.

Joueurs min pts reb pd int ctr bp % tirs % 3pts % LF
1 Dirk Nowitzki (2) 36,3 25,2 7,8 2,3 0,7 0,9 2,4 56,4 43,4 84,9
2 Dwight Howard (1) 35,0 21,5 12,0 1,0 1,1 2,4 3,4 57,7 00,0 55,0
3 Derrick Rose (4) 38,3 24,7 4,4 8,3 1,0 0,6 3,7 46,0 42,1 76,1
4 Deron Williams (3) 38,0 23,0 4,0 9,8 1,4 0,2 3,3 47,8 35,2 86,0
5 Amar’e Stoudemire (-) 37,4 26,2 9,1 2,5 0,9 2,0 3,8 53,3 55,6 79,3

Mentions spéciales (dans le désordre) : Kobe Bryant, Kevin Garnett, LeBron James, Dwyane Wade, Russell Westbrook.

Crédit photo : Keith Allison
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *