Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

« Bamba number five », le tube de l’été à Orlando

Les avis demeuraient partagés au lendemain de la Draft, du côté d’Orlando, où Mo Bamba a atterri hier pour être officiellement intronisé en compagnie de Melvin Frazier et Justin Jackson (35 et 43e choix). D’un côté, le Magic récupère un intérieur prometteur avec le 6e pick, aux qualités athlétiques exceptionnelles (2m40 d’envergure, un record enregistré au Draft Combine). De l’autre, les observateurs locaux se questionnent sur ce choix, celui de récupérer un nouveau pivot alors que deux postes 5 sont déjà sous contrat dans le roster, et pas des moindres puisque Nikola Vucevic et Bismack Biyombo font partie des trois plus gros salaires de l’effectif pour la saison à venir (respectivement 12.7 et 17 millions de dollars).

De ces interrogations, Mo Bamba n’en a cure. Mieux, la « Bamba hype » a déjà fait le tour de l’état à l’issue de la présentation où le natif de Harlem s’est présenté avec le n°5 au dos de son nouveau maillot, déclenchant l’hilarité sur les réseaux sociaux en référence au hit du chanteur Lou Bega à la fin des années 90 « Mambo number five ».

« J’ai demandé à Shaq si je pouvais avoir sa maison »

De plus, le produit des Texas Longhorns a animé la conférence de presse avec son esprit et, là aussi, une certaine présence, comme il l’avait fait le soir de la Draft, n’hésitant pas à tacler ses petits camarades de promotion.

« Une des différences entre moi et tous les autres prospects de la classe 2018, c’est ma présence. Maintenant que je suis introduit en NBA, je ne veux pas paraître arrogant en disant ça, mais je sens que je pourrais être un des meilleurs dans la protection du cercle en tant que rookie dans la ligue. C’est un aspect que j’ai vraiment essayé de maîtriser dans ma carrière et sur lequel je vais continuer à progresser », a notamment déclaré le pivot qui culminait à près de 4 contres par match la saison dernière au Texas.

Racontant les dernières heures vécues comme un rêve pour Mo Bamba, de retour à New York sur la terre de son enfance pour vivre une soirée gravée à jamais, le nouveau Magic a également glissé, sourire en coin : « La première chose que j’ai faite, c’est appeler Shaq pour lui demander si je pouvais avoir sa maison à Orlando, mais il ne m’a pas encore répondu », s’attirant une fois de plus les rires de l’assemblée. En tant que référence parmi les forces de la nature, Shaquille O’Neal connaît bien le disciple Bamba pour l’avoir suivi de près depuis sa dernière année au collège de Westtown en Pennsylvanie.

Pas qu’un « rim protector »

Sur un ton autrement plus sérieux, le président Jeff Weltman et son nouveau coach Steve Clifford se sont également exprimés sur leur nouvelle pépite.

« Son potentiel est sans limites. Il a déjà montré qu’il avait le potentiel pour être un défenseur d’élite, et quand on regarde Mo jouer, on regarde ses pieds, ses mains, son placement, son anticipation, en réfléchissant au joueur qu’il pourrait devenir. On l’imagine aussi dans un match NBA où il ne sera pas encore à l’aise au poste, mais pourrait être davantage utilisé en tant que « roller » (en sortie de pick&roll) ou dans le spacing vertical » a souligné Jeff Weltman.

Steve Clifford a quant à lui loué sa lecture du jeu, rappelant qu’il pouvait être mieux qu’un simple « rim protector ».

« Un aspect qui me motive particulièrement, c’est qu’il sent le jeu », a noté l’ancien head coach des Hornets. « Il a cet instinct naturel et cette anticipation sur la lecture des différentes situations des deux côtés du terrain. Défensivement, bien sûr, il est talentueux, mais je vois aussi quelqu’un qui peut jouer en attaque, parce que c’est l’esprit de la ligue aujourd’hui, d’avoir ces deux facettes. Dans sa position, il peut tout faire, jouer en cinq au large où il prendra des 3-points, ou un « roller » dynamique, et je l’en crois capable. C’est crucial de nos jours qu’un pivot ait la capacité de jouer en attaque comme en défense. »

Comme prévu, il y aura beaucoup d’attente autour du « Bamba number five ». Ce dernier aura avec lui une certaine confiance, développée au fil des dernières semaines durant lesquelles il dit avoir pris au moins « 200 000 tirs ». 

« Je continue de le dire, mais c’est le jour et la nuit en ce qui concerne ma confiance, en général, que ce soit mon tir, mes moves et tout le reste. Quand tu ajoutes ce niveau d’entraînement, ça élève vraiment ton basket au niveau supérieur, et je suis très excité à l’idée de commencer à jouer ici ».

Mo Bamba sera-t-il de la trempe de Shaquille O’Neal ou de Dwight Howard, révélés en leurs temps en Floride pour faire les beaux jours du Magic ? Réponse dans… quelques années.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés