Pariez en ligne avec Unibet
  • DAL1.8LA 2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Gordon Hayward revient sur le choix de Boston

Si la faiblesse de la conférence Est est le moteur de la décision de Gordon Hayward, pourquoi avoir préféré Boston à Miami ?

Après tout, le Heat avait aussi beaucoup d’argent et un climat favorable. Mais Boston a une histoire, tout simplement.

« Les deux dernières semaines ont été assez folles pour moi », explique-t-il à ESPN. « Il y a quelque chose de différent à Boston, sur le fait d’être un Celtic. C’est une sensation unique quand on parle d’être un Boston Celtic. Au final, c’est ça qui l’a emporté. »

Bien évidemment, la présence de Brad Stevens était tout aussi importante puisqu’il considère l’ancien coach de Butler comme un membre de sa famille. Pourtant, malgré l’impact de la franchise au trèfle et cette présence, l’ancien ailier du Jazz n’avait donné aucune indication aux dirigeants de Boston après le rendez-vous entre les deux parties.

« C’était usant psychologiquement », reconnaît Danny Ainge. « On avait la sensation d’avoir réalisé une belle réunion avec lui. On avait du respect pour sa relation avec Utah, et sa réunion avec Miami, et on n’avait aucune idée du dénouement. Il ne nous avait donné aucun signe. On attendait, comme tout le monde. »

Très énervé quand l’info est tombée…

Puis il y a eu cette fameuse journée où un journaliste d’ESPN a lâché le scoop, alors même que les franchises concernées n’avaient pas été prévenues…

« Je sais qu’il y a eu beaucoup d’articles expliquant qu’on venait tout juste de terminer d’écrire sur The Players’ Tribune. Mais c’était complètement faux » explique Gordon Hayward. « Au fur et à mesure de mes visites avec les franchises, je parlais avec quelqu’un qui écrivait pour moi. Je partageais mes pensées. (…) C’était une journée complètement dingue, et c’est vrai que j’envisageais de rejoindre Boston, mais dans le même temps, ce n’était pas définitif. Je continuais d’en parler avec mon agent, et on en était encore à se dire les pour et les contre de rejoindre telle ou telle équipe. Quand l’info est tombée, j’étais au téléphone avec mon agent. J’ai regardé mon téléphone, et je lisais que j’avais décidé de rejoindre les Celtics. Tout le monde était au courant… On a décidé de prendre du recul. J’étais très énervé, et dans le même temps, je n’étais pas encore capable de dire : « Oui, je veux être un joueur des Boston Celtics ». Je devais faire machine arrière. On a décidé de se réunir, d’en parler encore et encore. Puis on a posté l’article. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boston Celtics en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés