Pariez en ligne avec Unibet
  • TOR1.42NOR2.9Pariez
  • LAC1.8LAL1.95Pariez
  • TOR1.65BOS2.2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Mambay Day] La carrière de Kobe Bryant en 20 dates

Le Black Mamba, meilleur élève du maitre Michael Jordan, aura été un de ce joueurs que la planète basket adore détester, mais qui le regrettera terriblement. Retour en 20 dates sur les 20 ans en NBA de la légende Kobe Bryant.Nous y sommes.

Après 20 ans, 1345 matches, et cinq titres de champion, Kobe Bryant s’apprête à quitter la NBA. Au terme d’une grande tournée d’adieux, Kobe jouera une dernière fois au Staples Center ce soir face au Jazz. Le Black Mamba, meilleur élève du maitre Michael Jordan, aura été un de ce joueurs que la planète basket adore détester, mais qui le regrettera terriblement. Retour en 20 dates sur les 20 ans en NBA de la légende Kobe Bryant.

kobe-hornets

26 juin 1996, le soir de la draft

Le jeune Kobe Bryant se présente à la draft 1996 sans passer par la casse universitaire, comme c’est devenu une habitude au milieu des années 1990. Il est sélectionné en 13e position par les Charlotte Hornets, qui l’envoient le soir même à Los Angeles en échange de Vlade Divac. Cette 13e place est un affront pour le joueur qui s’en servira toute sa carrière comme une source de motivation. Ce soir-là, il transforme son « sourire d’enfant en instinct de tueur » et voit Samaki Walker ou Todd Fuller être choisis avant lui.

3 novembre 1996, son premier match en NBA

La planète n’a que six minutes pour découvrir le jeune Kobe Bryant, 17 ans, le 3 novembre 1996. Il n’inscrit pas le moindre point lors de la victoire des Lakers contre les Suns, deuxième match d’un certain Steve Nash sur les parquets NBA. Il faudra attendre le 6 pour voir le premier panier de Kobe en NBA face aux… Charlotte Hornets de Dell Curry, le papa de Stephen.

Durant cette première campagne, il inscrit en moyenne 7.6 points en 15 minutes lors de ses 71 matches, et passe plus de temps sur le banc avec Byron Scott, son futur coach, que sur le terrain avec Shaquille O’Neal.

9 février 1997, vainqueur du concours de dunks

L’édition 1997 du concours de dunks n’est pas la plus relevée de l’histoire puisque le plateau est le suivant : Chris Carr, Michael Finley, Ray Allen, Bob Sura, Darvin Ham et Kobe Bryant. Mais le 9 février restera le jour où le dernier nommé s’est fait connaitre du grand public en devenant le plus jeune vainqueur de l’histoire. Alors dans une première saison honnête mais loin d’être extraordinaire, Kobe montre au monde entier l’étendue de ses capacités physiques et de sa confiance en lui, 24h après avoir inscrit 31 points au Rookie Challenge.

8 février 1998, un de ses duels avec MJ

La génération qui les sépare les aura fait se croiser sans laisser un grand souvenir de leurs duels. Toutefois, certaines anecdotes symbolisent parfaitement la passation de témoin entres les deux légendes. Dans l’ordre, on retient leur premier All-Star Game en 1998 dans lequel MJ finit MVP et Kobe meilleur marqueur de l’Ouest. L’année suivante, lorsque Phil Jackson demande à son ancien franchise player de donner quelques conseils à son jeune arrière prometteur et que celui-ci balance à son ainé « je peux te botter le cul en un contre un ». Ou quand, pour son dernier All-Star Game, MJ pense donner la victoire à l’Est en prolongation mais Kobe gâche la fête en égalisant sur la ligne des lancers-francs. L’Ouest gagne ensuite et Jordan rate le titre de MVP. Enfin, lors du dernier match de ce dernier au Staples Center, le Black Mamba marque 55 points, dont 42 et 8 tirs primés en première période pour dire au revoir à son modèle.

19 juin 2000, son premier titre

La première finale NBA de Kobe est tronquée par une blessure à la cheville dans le deuxième match de la série (merci Jalen Rose !). Il regarde le Shaq écraser les Pacers à lui tout seul avec ses 38 points et 17 rebonds en 45 minutes de moyenne ! Si Kobe ne marque pas la série, il est à l’origine d’une action mythique lors du 7e match de la finale de conférence face aux Blazers : au terme d’un come back de 13 points en 4e quart-temps, il envoie le Shaq au alley-oop et propulse les Lakers en finale.

« De toute ma carrière, c’est l’action que je préfère » a déclaré Shaq récemment au moment de l’annonce de son intronisation au Hall of Fame.

15 janvier 2001, son premier triple double

Le 21 janvier 2001, Kobe Bryant mène les Lakers à la victoire sur les Vancouver Grizzlies après prolongation. Avec 26 points, 11 rebonds et 11 passes décisives, il enregistre le premier triple double de sa carrière, le premier d’une série de 22 dont 11 entre 2002 et 2005. Un petit peu plus d’un par an en moyenne, mais une onzième place au classement NBA en la matière, tout de même.

10 février 2002, MVP du All-Star Game

Plus jeune joueur sélectionné à 20 ans, plus longue série de l’histoire avec 18 participations consécutives, plus grand nombre de fois MVP : Kobe aura marqué l’histoire du All-Star Game. Ce jour-là, il reçoit son premier trophée de meilleur joueur du match des étoiles dans une ambiance hostile : les habitants de Philadelphie, sa ville natale, n’ont toujours pas digéré la défaite des Sixers contre les Lakers en finale l’année précédente. Sacré sous les yeux de Michael Jordan, sous les sifflets du public de Philly, il en gagnera 3 autres, un co-record détenu avec Bob Pettit.

Le mois de février 2003

En 2003, Kobe Bryant prend feu à la fin de l’hiver : entre le 9 et le 23 février, il marque au moins 40 points 9 fois de suite, pour une moyenne de 40,6 par match sur le mois. Une série incroyable pour un bilan de sept victoires et deux défaites qui relance des Lakers mal en point. Cette année-là, il marque au moins 40 points dans 19 matches de saison régulière. À titre de comparaison, Steph Curry en est à 12 cette saison.

30 juin 2003, le jour où sa carrière a basculé

La plus grosse zone d’ombre de la carrière du joueur. Eté 2003, alors âgé de 24 ans, Kobe est inculpé pour l’agression sexuelle d’une employée d’un hôtel dans le Colorado. Ce fait divers ultra-médiatisé se règlera finalement par un arrangement à l’amiable, « non-monnayé » assure la défense. Dans cette affaire, Kobe tient le choc sur les parquets malgré les aller-retours avec le Colorado où se tient le procès, mais il perd ses sponsors, le titre contre les Pistons, le Shaq, Phil Jackson, mais aussi son épouse qui demandera le divorce avant de se raviser. Au fil du temps et après un passage du numéro 8 au 24, la cote de popularité du Black Mamba remonte, les sponsors reviennent ainsi que les trophées. Cet évènement restera néanmoins une coupure dans sa carrière, avec un « avant » et un « après ».

20 décembre 2005, 62 points en trois quart-temps

Enervé par une défaite de justesse l’avant-veille face à Houston, Kobe Bryant prend feu au Staples Center : contre Dallas, il inscrit 62 points en trois quart-temps. Les Lakers mènent 95-61, Kobe a donc inscrit plus de points que tous les Mavs réunis et ne joue pas la dernière période. Il compile un 18/31 aux tirs et un 22/25 aux lancer-francs, 4e plus grand nombre de lancers réussis sur un match dans l’histoire des Lakers.

« J’ai vu beaucoup de matches à 60 points dans ma vie, mais aucun réalisé en trois quart-temps » résumera Phil Jackson après la rencontre.

22 janvier 2006, ses 81 points

Staples Center, 22 janvier 2006. Les Lakers sont menés de 14 points par les Raptors à la mi-temps malgré 26 points de Kobe. Il décide alors de vraiment prendre les choses en mains et inscrit 27 points dans le 3e quart-temps, puis 28 dans le 4e pour permettre aux Lakers de l’emporter largement. Il devient par la même occasion le deuxième plus gros scoreur de l’histoire sur un match avec ses 81 unités, derrière les 100 d’un autre temps de Wilt Chamberlain. Il compile sur la rencontre un 28/46 aux tirs (60.9%), 7/13 à 3 points (53.8%) et 18/20 aux lancers-francs (90.0%)

30 avril 2006, il renverse les Suns

Entouré de Luke Walton, Sasha Vujacic ou Smush Parker, Kobe hisse les Lakers à la 7e place de la conférence Ouest cette année-là. Les Suns du double MVP Steve Nash se dressent face à eux au premier tour. Alors que les Californiens mènent la série 2-1, ils sont en position délicate au Staples Center, mais Kobe égalise à la fin du temps réglementaire avant de faire gagner les Lakers en prolongation dans une ambiance de folie. Malheureusement, LA verra Phoenix gagner la série 4-3 dans un retournement de situation tout aussi remarquable.

Le mois de mars 2007, quatre matches d’affilée à 50 points ou plus

Après sa série de matches à plus de 40 points, Kobe met la barre encore plus haute : il enchaine quatre rencontres à plus de 50 points. Entre le 16 et le 23 mars, il marque 65, 50, 60 et 50 points à nouveau pour un bilan de 4 victoires avec une écart de moins de 10 points, preuve de l’importance de ces performances. Seul Wilt Chamberlain a fait mieux dans l’histoire de la NBA avec 7 matches consécutifs. Bryant réalise cette performance à 10 reprises cette année-là.

1er février 2008, l’arrivée de Pau Gasol

Après le départ de Shaquille O’Neal pour Miami à l’été 2004, Kobe Bryant se retrouve enfin seul avec les clé de la cité des Anges. Mais après trois saisons sans dépasser le premier tour des playoffs, les Lakers acquiert Pau Gasol pour venir en aide au Black Mamba. Ce dernier sent tout de suite la bonne affaire : après le premier panier de l’Espagnol, il dit à Phil Jackson : « Nous avons un grand qui peut prendre le ballon et finir, nous allons retourner en finale ! ». Leur association permettra à Kobe d’enfiler deux nouvelles bagues de Champion pour compléter sa main.

6 mai 2008, son unique trophée de MVP

Le 6 mai 2008, Kobe est enfin sacré meilleur joueur de la ligue, onze ans après son arrivée en NBA. Quatrième Laker de l’histoire à recevoir cet honneur, il cumule 28.3 points, 6.3 rebonds et 5.4 passes pour son unique trophée de MVP, une injustice selon lui. Quand on lui demande en 2015 pourquoi il n’en a gagné qu’un seul, il répond, amer :

« Parce que ce sont les médias qui votent ! » déclare-t-il. « Ça me dérange, bien sûr que ça me dérange car on veut toujours en gagner le plus possible ».

17 juin 2010, son cinquième titre

Deux ans après leur défaite contre les Celtics, les Lakers s’imposent en finale 4-3 après avoir été menés 3-2. Avec ce cinquième titre, « le plus beau » selon lui, Kobe dépasse les 4 trophées de son meilleur ennemi Shaquille O’Neal et prend un avantage inscrit dans le marbre de la NBA.

« Nous avions trois Hall of Famers en face avec Garnett, Pierce et Allen. C’était la revanche de 2008. Il y avait toute la rivalité historique en jeu. J’avais un doigt cassé. Nous étions menés 3-2… Bref, tout cela le rend encore plus spécial que les autres. »

13 avril 2013, sa blessure au tendon d’Achille

Il y a trois ans, jour pour jour, le 13 avril 2013 à 3 minutes de la fin d’un match contre les Warriors, Kobe Bryant part en dribble puis tombe au sol : le tendon d’Achille de son pied gauche vient de se rompre. Il tire quand même ses deux lancers francs pour égaliser à 109-109 avant de sortir du terrain. Il effectue son retour sur les parquets 240 jours plus tard mais ne retrouvera jamais son niveau d’antan. Une fin de carrière plombée par les blessures, qui aura forcément été précipitée par cette rupture du tendon d’Achille et l’échec d’un « big four » bancal avec Pau Gasol, Steve Nash et Dwight Howard.

https://www.youtube.com/watch?v=5NqRrONH5KY

14 décembre 2014, il dépasse MJ au nombre de points en carrière

Kobe atteint un nouveau et dernier seuil symbolique le 14 décembre 2014, lorsqu’il dépasse Michael Jordan sur la liste des meilleurs scoreurs de tous les temps avec son 32 293e points en carrière. Tout un symbole pour le Black Mamba, qui sort son idole du podium au crépuscule de sa carrière.

« C’est un immense honneur » déclare-t-il après ce match contre les Wolves. « Le parcours a été très long… mais c’est passé très vite ! C’est magnifique d’en être arrivé là. J’essaie toujours d’apprendre et particulièrement de Michael Jordan. Il a été une telle influence sur mon jeu. Je lui dois une grande part de mon succès car il m’a donné beaucoup de conseils. Ma relation avec lui vaut tout l’or du monde. »

30 novembre 2015, l’annonce de sa retraite

Peu après le début de la saison, Kobe Bryant annonce ce qui était devenu une évidence : il prendra sa retraite en fin d’année. Il le fait par le biais d’une lettre d’amour posée sur chaque siège du Staples Center, cette salle qui aura été le théâtre de la plupart de ses exploits et qui l’aura toujours soutenue.

« Tu as offert son rêve de jouer aux Lakers à un gamin de six ans
Et je t’aimerai toujours pour ça.
Mais je ne peux pas t’aimer de façon obsessive beaucoup plus longtemps.
Cette saison est la dernière que je peux t’offrir.
Mon coeur peut endurer le choc
Mon esprit peut encaisser le combat
Mais mon corps sait qu’il est temps de dire au revoir ».

13 avril 2016, son dernier match

Kobe jouera ce soir au Staples Center son 1346e et dernier match face au Jazz. Si l’histoire peut s’écrire à Oakland avec la 73e victoire des Warriors, celle de Kobe s’arrêtera en même temps quelques centaines de kilomètres au sud, à Los Angeles.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés