Pariez en ligne avec Unibet
  • MIN4.35MIL1.22Pariez
  • CHA1.61CLE2.33Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[preview 2015/16] Numéro 19 : Dallas Mavericks

Depuis le 26 septembre, Basket USA se jette à l’eau en vous proposant ses traditionnelles previews pour la saison régulière. Comme chaque année, on effectue un compte à rebours, de la 30e à la 1ère place, et il s’agit d’une synthèse globale des choix de la rédaction. Comme chaque année, on ne fera pas l’unanimité mais comme chaque année, on en prend le risque. Aujourd’hui, les Mavericks, avec un effectif bien différent de celui de l’an passé. Suffisant pour les playoffs ? Pas sûr…

ÉTAT DES LIEUX

Encore une année folle pour Mark Cuban et les siens. Tout d’abord l’espoir, avec un début de saison réussi sous l’impulsion de joueurs comme Monta Ellis et Chandler Parsons. Le rêve ensuite, avec l’arrivée de Rajon Rondo mais rapidement, la machine Mavericks va s’enrayer. L’arrivée du fantasque meneur change radicalement le style de jeu des Texans, et leur dynamique. La mayonnaise avec le reste du groupe ne prend pas et on sent déjà que la première saison de Rondo avec les Mavs sera la dernière. Chandler Parsons n’arrive pas à rester en bonne santé mais, malgré tout, Dallas se retrouve miraculeusement en playoffs. Sortis au premier tour par Houston, les hommes de Rick Carlisle font face à des problèmes internes, notamment avec Rajon Rondo.

Puis il y a cet été, et l’épisode DeAndre Jordan. L’énorme pivot des Clippers décide finalement de rester à L.A. après avoir donné son accord verbal à Dallas… Forcément, Mark Cuban l’a encore mauvaise. Avec le départ de Rajon Rondo mais également de l’efficace Monta Ellis et de Tyson Chandler, c’est tout une ossature qu’il faut recréer.

Mark Cuban ne s’en est d’ailleurs pas mal tiré durant cette intersaison. Le propriétaire de la franchise a fait du grand ménage. Deron Williams arrive à la mène dans ce qui pourrait constituer un nouveau départ pour l’ancien du Jazz, en grosse baisse de régime ces dernières années. Il formera une traction arrière new-look à Dallas puisque Wesley Matthews, le soldat de l’Oregon, pose également ses valises dans le Texas. À l’intérieur, Dirk Nowitzki accueille à ses côtés Zaza Pachulia mais également Javale McGee et Samuel Dalembert.

Derrière Chandler Parsons (ou devant si l’ancien Rocket ne parvient pas à enchaîner les matches), le rookie gaucher Justin Anderson aura également une belle carte à jouer. L’ancien de Virginia sort d’une excellente Summer League avec plus de 17 points par match et son profil atypique devrait coller à la NBA.

Comme l’année dernière, les Mavericks se présentent avec un cinq majeur intéressant. Mais entre les soucis physiques les points d’interrogation défensifs, le groupe avance sans certitude.

ARRIVÉES

Deron Williams (Brooklyn), Wesley Matthews (Portland), Zaza Pachulia (Milwaukee), JaVale McGee (Philadelphie), Samuel Dalembert (New York), Justin Anderson (Virginia), Maurice N’Dour, John Jenkins (Hawks), Jarrid Famous, Jamil Wilson, Brandon Ashley, Salah Mejri, Jeremy Evans (Jazz)

DÉPARTS

Monta Ellis (Indiana), Tyson Chandler (Phoenix), Rajon Rondo (Sacramento), Amare Stoudemire (Miami), Al-Farouq Aminu (Portland)

LE CINQ MAJEUR DU DEBUT DE SAISON

cinq-majeur-mavericks

LE BANC

JJ Barea, Raymon Felton, Wesley Matthews, John Jenkins, Justin Anderson, Charlie Villanueva, Dwight Powell, Jeremy Evans, Maurice N’Dour, Brandon Ashley, Samuel Dalembert, Javale McGee, Salah Mejri

LE JOUEUR À SUIVRE

Deron Williams

Peut-on encore croire en Deron Williams ? Le coeur nous donne envie de dire oui, tant l’ancien meneur de Brooklyn nous a fait rêver durant ses premières saisons en NBA. Avec le Jazz, son association avec Carlos Boozer était crainte sur toute la côte Ouest. Ses dribbles et ses changements de direction ont fait faire des cauchemars à bon nombre de défenseurs. Double champion olympique, quand il quitte le Jazz pour les Nets en 2011, on parle même de lui comme du meilleur meneur de la NBA.

Oui mais les années passent et D-Will a aujourd’hui 31 ans. Son efficacité sur le terrain est en chute libre : ralenti par d’innombrables blessures, il sort de sa pire saison sur tous les plans, notamment en termes d’adresse. Libéré des Nets par l’intermédiaire d’un « buyout », il veut maintenant retrouver son niveau All-Star à Dallas. Sauf qu’il tient le même discours depuis deux ans. S’il parvient à retrouver des couleurs, le ciel pourrait cependant rapidement s’éclaircir pour les Mavericks.

MASSE SALARIALE

73 millions de dollars (21e sur 30)

MOYENNE D’ÂGE

29.6 ans

stvb

Sous l’impulsion d’un Deron Williams libéré, les Mavericks enchaînent. Son entente avec Dirk Nowitzki fonctionne à merveille et permet au reste du cinq de s’écarter et de sanctionner à trois points. Pour cela, qui de mieux que Wesley Matthews, revenu dès décembre, et un Chandler Parsons enfin acclimaté à la franchise texane. L’ancien de Florida retrouve son rythme et c’est Mark Cuban qui jubile. Zaza Pachulia, lui, distribue les pains aux intérieurs un peu trop tenaces, et brille au rebond offensif.

Chef de file de la « second unit », Devin Harris endosse enfin la casquette du super sixième homme et parvient à emmener dans son sillage un banc qui, sur le papier, n’est pas bien glorieux. À l’image d’un Dwight Powell qui montre tout le bien que la franchise pense de lui depuis son arrivée de Sacramento. C’est sympa à voir jouer, mais il ne faut pas se leurrer, ça manque encore de densité et d’impact défensif pour aspirer à de plus grandes choses.

stvm

Et si le pari Deron Williams était un fiasco total ? Une hypothèse à ne pas écarter quand on se réfère à l’âge et aux dernières saisons du meneur. Dans ce cas-là, que peut espérer Dallas ? La responsabilité offensive reposerait sur les épaules d’un Dirk Nowitzki qui ne peut pas tout faire. Pas totalement remis de son opération au genou, Chandler Parsons est inconstant au possible tandis que Wesley Matthews doit repousser son retour sur les parquets et, comme prévu, le banc des Mavericks prend l’eau dans une conférence Ouest où les faux pas ne sont très peu autorisés. Et cette fois, Monta Ellis n’est pas là pour sauver les apparences. La franchise visait les playoffs, elle devra finalement attendre la draft en juin prochain pour espérer quelque chose d’intéressant cette saison.

PRONOSTIC

5e de la division Southwest – 11e de la conférence Ouest

[poll id= »307″]

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires