Pariez en ligne avec Unibet
  • TOR1.42NOR2.9Pariez
  • LAC1.8LAL1.95Pariez
  • TOR1.65BOS2.2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le 18 mars 1995, trois mots de Michael Jordan font trembler la NBA et chavirer les fans

« I’m Back ». Il y a 24 ans, Michael Jordan annonce son grand retour sur les parquets NBA. Avec le numéro 45 sur le dos !

JORDAN MILLER JACKSONC’est une journée spéciale pour tous les fans de basket du monde entier. Il y a 24 ans, jour pour jour, le samedi 18 mars 1995, tous se souviennent comment ils ont appris la nouvelle qui allait faire trembler la NBA : Michael Jordan revient !

L’annonce est faite par un communiqué aussi court qu’historique qui répond aux questions brûlantes des derniers jours sur son avenir : « I’m Back ».

mjbak2Le triple champion, déjà considéré comme le meilleur joueur de tous les temps à l’époque, revient dans la ligue pour reconquérir son trône. Le rêve est devenu réalité.

« Il est arrivé ce matin, m’a serré la main et m’a dit : c’est fait », raconte Phil Jackson. « Je l’espérais mais je ne pensais pas que cela deviendrait réalité. On avait évoqué une possibilité en début de semaine, et là, ça arrive. Pour nous et les fans, c’est un soulagement. »

Pour les adversaires beaucoup moins. Mais sur tous les plans, économique, médiatique, sportif, le retour de « Air Jordan » est une bénédiction pour la ligue. Évidemment, encore pour les Bulls.« Si cela le rend heureux, je le suis pour lui », explique Jerry Reinsdorf, propriétaire de la franchise. « J’ai toujours dit qu’il aurait mon soutien dans tout ce qu’il ferait, il semble impatient pour cette nouvelle aventure. Je ne veux pas qu’il fasse Superman en jouant trop tout de suite. Qu’il commence doucement. »

Euphorique, Phil Jackson manque de mots

Surtout que ce comeback n’est pas une façon de soulager son envie temporaire de jouer au basket. A tout juste 32 ans, Jordan revient définitivement aux affaires. « Je ne sais pas combien de temps il souhaite jouer mais il m’a dit plusieurs années. Il peut encore changer d’avis », commente Reinsdorf.

Outre le folklore médiatique, le premier match de Jordan est programmé pour le lendemain face aux Pacers. Une journée de préparation, c’est court, même pour le meilleur joueur du monde. Et pour Phil Jackson aussi, même si on sent bien que l’euphorie a pris le pas sur la lucidité ce samedi. « Je ne sais pas comment je vais le coacher, je ne peux pas dire combien de temps il va jouer », répond Jackson.

Avec seulement Scottie Pippen, Will Perdue et B.J. Armstrong rescapés des années victorieuses, l’arrière va devoir aussi évoluer avec des inconnus. Sans condition physique optimale, ni entraînement, comment Jackson imagine le visage de la rencontre et de la suite de la saison (il reste alors 17 matches avant les playoffs) ?

« Après le premier match, je serai capable de décrire tout ça, ou pas d’ailleurs. Une fois sur le terrain, avec son uniforme rouge, ce sera émouvant et on attend tous ce moment. »

Le lendemain, Jordan inscrira 19 points dans la défaite des Bulls, dans un match diffusé carrément sur Canal+ (on est en 1995…). L’essentiel était ailleurs, dans une certaine magie de l’instant. Puis, quelque part dans l’espoir de revoir Jordan voler, dominer, gagner comme avant et ne pas assister à un comeback raté. Personne ne sera déçu…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chicago Bulls en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés