Matchs
hier
Matchs
hier
Pariez en ligne avec Unibet
  • LOS1.5MIA2.75Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Médiatisation de l’Equipe de France : le revers de la médaille (d’or)

Tentative de récupération d'un geste très courant

Ce samedi matin, L’Equipe Magazine consacre 23 pages au titre de champion d’Europe de l’Equipe de France. Sur la devanture de chaque libraire, Tony Parker apparaît sur la une de Paris Match, l’un des hebdomadaires les plus vendus en France.

Retour sur une semaine de folie médiatique, quasi parfaite, où les Bleus ont autant séduit que sur les terrains. Et pourtant, tout aurait pu dégénérer par la faute d’une polémique bidon…

La tentative de récupération de Dieudonné

A l’instar de nombreux autres sportifs français d’hier et d’aujourd’hui, de Yannick Noah à Philippe Candeloro, en passant par Nikola Karabatic ou Teddy Riner, Tony Parker a déjà posé  avec Dieudonné en mimant l’un des gestes fétiches de l’artiste (la fameuse « quenelle » en ce qui concerne TP).

Trop prompt à créer le buzz, Slate s’est risqué à un parallèle hasardeux entre célébration sportive et geste politique. Boris Diaw et Tony Parker, visiblement très surpris par cet amalgame ridicule, ont mis un terme à ces atermoiements en réfutant toute connivence avec le petit doigt en l’air de Dieudonné.

Comme cela a déjà été rétabli dans un article de Libération, le geste des Bleus sur la photo avec le Président Hollande sur les marches de l’Elysée est tout simplement le signe « Un » de l’index qui signifie le premier titre ! Comme les joueurs NBA l’ont toujours fait depuis des lustres…

Eviter la gueule de bois médiatique…

Après la polémique des « tapettes », avait-t-on réellement besoin de gâcher ce moment historique du sport français à coup de présupposés obscurs ? Avait-on besoin de les comparer et opposer systématiquement aux footballeurs ?

C’est bien là le risque majeur de cette entrée de nos Bleus champions d’Europe dans les médias plus généralistes et la presse de grands boulevards. En une de l’Equipe depuis le 18 septembre dernier, l’édition du 27 septembre a marqué la fin de ce règne exceptionnel de la balle orange sur la première page du quotidien sportif. Pendant 10 jours, on n’a parlé que de basket, et en bien. Sur les réseaux sociaux, les Bleus ont été l’un des sujets les plus discutés. Tout à tour, les Parker, Diaw et Batum ont squatté les plateaux TV. À chaque passage, de la bonne humeur et de la modestie. Logique quand on est sur le toit de l’Europe, et qu’on devient une star médiatique.

Mais après la vague bleue qui a envahi les plateaux de JT et d’émissions ou les apparitions chez des sponsors partenaires, le challenge est désormais de ne pas subir ce contrecoup, cette déprime d’après titre quand chacun des champions vaque à ses propres activités, de la Russie au Texas, de Belgrade à Nancy…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés