Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Phil Jackson : « Michael Jordan était plus charismatique et sociable que Kobe Bryant »

S’il y a quelqu’un qui peut comparer Michael Jordan et Kobe Bryant, c’est Phil Jackson. Le « Zen Master » a longtemps entraîné les deux joueurs mais il avait toujours refusé de se livrer au petit jeu des comparaisons durant sa carrière.

Il aborde enfin le sujet dans son dernier livre, « Eleven Rings », et le vainqueur est clair.

« Michael Jordan était plus charismatique et sociable que Kobe Bryant », explique-t-il ainsi. « Il adorait traîner avec ses coéquipiers ou les agents de sécurité pour jouer aux cartes, fumer des cigares ou plaisanter. Kobe est différent. Il était timide en tant qu’adolescent, sûrement parce qu’il était plus jeune que les autres joueurs et n’a pas eu le temps de se sociabiliser à l’université. Mais il s’est ouvert en vieillissant. Il a mis plus d’énergie à essayer de connaître ses coéquipiers, surtout pendant les voyages ».

Meilleur leader, Michael Jordan était également un meilleur défenseur pour Phil Jackson.

« Sans hésitation, Michael était un défenseur plus dur et plus intimidant. Il ne se faisait jamais prendre dans un écran et pouvait éteindre n’importe qui avec son style intense et précis. Kobe a appris beaucoup en regardant Michael et nous l’avons donc souvent utilisé comme notre arme secrète quand il fallait tuer un match. En général, il s’appuyait beaucoup sur sa souplesse et sa ruse. Mais il prenait également beaucoup de risques et il en payait parfois le prix ».

Offensivement ? Là aussi, Phil Jackson donne l’avantage à « His Airness », expliquant que la différence « profonde » vient de leur adresse aux tirs. Kobe Bryant tourne ainsi à 45% alors que Michael Jordan a réussi « l’extraordinaire » en étant à plus de 50%. Une prouesse qui s’explique par son attitude.

« Michael dépassait ses adversaires grâce à sa puissance et sa force alors que Kobe essaie souvent de s’en sortir en finesse. Michael était plus costaud avec des épaules plus puissantes et un buste solide. Il avait également de très grandes mains qui lui permettait de mieux contrôler la balle et de feinter ».

Et il essayait de ne pas trop forcer.

« Jordan avait plus tendance à laisser le jeu venir à lui alors que Kobe a tendance à forcer les choses, surtout quand le match ne se passe pas comme il le souhaite. Quand il ne rentre pas ses tirs, il va continuer à tirer jusqu’à ce que sa chance tourne. Michael, lui, préférait se concentrer sur la défense, les passes et les écrans pour aider son équipe à gagner ».

Phil Jackson explique aussi que les accusations de viol à l’encontre de Kobe Bryant en 2004 ont cassé quelque chose avec son joueur. Sa fille ayant été elle-même victime d’un viol, le coach a eu du mal à pardonner l’affaire à son joueur, même si les charges ont été abandonnées l’année suivante.

C’est une des raisons pour lesquelles il a arrêté d’entraîner l’équipe pendant un an et il explique qu’il a fallu attendre le titre de 2009 pour qu’il retrouve une vraie complicité avec le Black Mamba.

« L’une des principales différences entre Michael et Kobe, de mon point de vue, c’est que Michael était supérieur en tant que leader. Même s’il pouvait être parfois très dur avec ses coéquipiers, il savait comment contrôler les émotions dans l’équipe et équilibrer les choses rien que par sa présence. Kobe doit encore travailler pour pouvoir dire la même chose. Il est bon mais il n’a pas encore ce vrai leadership qui coule dans ses veines, comme l’avait Michael ».

Meilleur coéquipier, meilleur attaquant, meilleur défenseur, meilleur leader. Pour Phil Jackson, Michael Jordan l’emporte donc dans tous les secteurs face à Kobe Bryant.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés