Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
HOU
POR2:00
SAS
PHO2:30
LAC
TOR4:30
Histoire News

Le 7 mai 1989, Michael Jordan réussissait « The Shot »

The ShotInscrire un buzzer beater pour faire gagner son équipe, ça marque la carrière d’un joueur. Mais inscrire ce buzzer beater en playoffs pour qualifier son équipe, ça vous fait entrer dans une autre dimension, voire dans la légende. John Stockton en 1997 face aux Rockets, ou LeBron James, par deux fois face aux Raptors, peuvent en témoigner…

Le 7 mai 1989, c’est Michael Jordan qui va réussir ce tir au buzzer, immortalisé sous l’expression « The Shot ».

Pourquoi est-il entré dans la légende ? Tout simplement parce qu’il s’agissait d’un Game 5 du premier tour des playoffs (à l’époque, le premier tour se jouait au meilleur des cinq manches), et que c’est sans doute ce soir-là que Michael Jordan est passé du statut de meilleur marqueur de la NBA, à celui de meilleur joueur de la NBA.

Ce soir-là, Son Altesse compilera 44 pts, 9 rbds et 6 pds, rendant fou son garde du corps attitré, Craig Ehlo. Ce même Ehlo qui pensait avoir donné la victoire aux siens à trois secondes de la fin, et qui se souvient de cette action.

« Sur la remise en jeu, Jordan est parti à droite et Larry l’a suivi. Puis Michael a coupé à gauche et ça a feinté Larry. La suite vous la connaissez, je me retrouve seul avec lui à l’aile. La prise à deux n’a absolument pas fonctionné. Je le poursuis alors qu’il va vers le cercle. J’ai toujours eu une bonne position en défense mais il était si rapide que j’ai dû courir après lui et quand je l’ai fait, je me suis un peu pris les pieds dans le tapis. Au moment où il s’est arrêté pour prendre le shoot, j’étais toujours en train de courir et je suis parvenu à mettre ma main devant son visage. »

« Vu le déroulement du match [Jordan finira à 44 pts], je pensais que ce shoot allait rentrer. J’ai vu la trajectoire du ballon et je savais qu’il allait y aller mais je continuais de prier pour qu’il touche le cercle et qu’il ressorte ou quelque chose comme ça. Ça l’a un peu touché d’ailleurs, mais ensuite, il est rentré et notre saison s’est arrêtée. C’est pour ça que je suis tombé au sol, je ne voulais pas que notre saison se finisse ainsi. Je souffrais de la défaite. En plus, de le voir sauter de joie, c’était encore pire. »

N’en déplaise à Craig Ehlo et à ses fans, on vous propose de revoir les dernières secondes de ce match avec ses images de liesse, et notamment Doug Collins qui saute dans les bras de Phil Jackson alors simple assistant des Bulls.

Les dernières secondes de Bulls-Cavs (Game 5, 1989)

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *