Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
IND
CHA0:00
MIN
PHO1:00
SAS
LAC1:00
Histoire News

Michael Jordan : anatomie d’un extra-terrestre

Pas forcément le meilleur joueur des Etats-Unis au lycée ou à l’université, Michael Jordan était un parfait concentré de talent, travail et force mentale. Il a atteint les sommets grâce à ses qualités physiologiques, d’intelligence situationnelle mais aussi par son goût de l’effort et du sacrifice.

Voici les secrets de son succès avec la découverte d’un coeur qui bat exceptionnellement bas ou de capacités d’anticipation hors du commun.

LE CARACTERE

Michael était une bête de compétition. Avant le match, tout se passait dans la tronche. Sur le parquet, s’il cogite, c’est l’espace de 2-3 secondes. Sa prise de décision est instantanée et il n’obéit qu’à un seul précepte, celui de son père : « Invite les autres à te suivre. S’ils ne te suivent pas, vas-y seul. »

LES YEUX

Tim Grover, son préparateur physique, explique : « En général, les gens voient des objets. Michael, lui, voit des couleurs. Avec l’âge, il n’a perdu qu’un centième de temps de réaction. »

LE CŒUR

Tout mouvement a un coût énergétique de 1 à 3. Plus le joueur maîtrise son geste, plus il est bas. Chez Mike, il est de 1 avec des battements de 40 puls/mn au repos. Le commun des mortels oscille entre 60 et 100. Michael est en bradycardie. Plein pot pour un dunk ou sur une phase de défense, son cœur bat à 190 pulsations.

 

LES BRAS

Si Michael n’était pas un malade de la muscu, ses après-midis étaient quand même consacrés aux haltères. En dehors de la saison, il avait sa propre salle de musculation chez lui… parce qu’il ne voulait pas que les autres joueurs le voient bosser ! Bras, jambes et torse ont un faible pourcentage de masse grasse : 9, comme le marathonien, alors que la moyenne pour un basketteur se situe à 12-13.

 

LES MAINS

Son premier instrument de travail. En principe, plus les années passent, moins la coordination entre les mains et les yeux se fait rapidement. Chez Mike, rien de tout cela. La mimine reste alerte, le poignet ferme. Aucune blessure n’est venue frapper la main de Dieu. C’est le principe de la proprioception fine. Mike était capable d’anticiper pour ne pas se blesser. Un boulot qu’il a appris jeune avec de longues séances d’étirements.

 LA DETENTE

Deux chiffres à retenir : 1m04 et 1m22. Il s’agit de chiffres non officiels (on ne mesurait pas encore la détente lors des camps pré-draft), mais on a estimé à 1m04 la détente sans élan de Michael Jordan, et à 1m22 la détente avec élan. On ne l’a pas surnommé « Air » par hasard…

LES JAMBES

Tim Grover : « Explosion et vitesse étaient deux qualités essentielles dans le basket. Michael a perdu un peu des deux au fil des années. » C’est clair, à son retour sur les terrains en 1995, son premier pas n’était plus celui de ses jeunes années mais il a compensé en taffant dans d’autres secteurs de jeu, le rebond notamment.

LES PIEDS

48 de pointure. Michael a un panard normal. La seule différence avec les autres joueurs, c’est qu’il changeait de chaussures à chaque match. Deux paires de chaussettes Nike le protègeaient d’éventuelles ampoules.

LE MAILLOT

Le 23 évidemment, le 45 pour son retour en 1994-95 et le 12 un jour où sa tunique habituelle fut volée dans le vestiaire d’Orlando. Une mi-temps, le temps qu’un sbire aille en ville acheter un 23.

(visuel : Lucasscott)

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *